Le Radeau de la Méduse sous la loupe du “Corriere”


Un signe? Dans son édition du 15 février 2005, le “Corriere della Sera” se fait l’exégète du Radeau de la Méduse. Alastair McEwen, le traducteur des livres d’Umberto Ecco, se demande ainsi s’il faut voir dans le tableau peint par Géricault vers 1819 une métaphore de la France à un moment dramatique de son histoire (la Révolution, les guerres napoléoniennes) ou bien une figuration de la bonne vieille condition humaine. “Dans cette dernière hypothèse, écrit McEwen, la mer représenterait la vie et les occupants du radeau une humanité condamnée à s’accrocher à une embarcation fragile qui dérive au gré d’éléments infiniment plus forts qu’elle”. L’auteur de la peinture avait-il seulement la réponse? Sibyllin, Géricault laissa planer le doute jusque sur son lit de mort, rapporte McEwen. L’une de ses dernières phrases aurait été: “Le Radeau de la Méduse? Bah, une vignette”.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.