Daniel Pillard critique “info-en-danger”. Sans savoir qu’il partage les soucis du mouvement de journalistes


Le directeur de Ringier Romandie s’en prend à l’Association “info-en-danger” qui a lancé une pétition, soutenue à ce jour par plus de 600 consoeurs et confrères, demandant aux patrons des médias de permettre aux journalistes de pouvoir exercer leur métier dans le respect de la “Déclaration des devoirs et des droits” des journalistes. Au contraire, ajoute Daniel Pillard, “la grande majorité des rédactions offrent encore d’excellentes conditions de travail pour exercer un journalisme ambitieux. Mieux, je suis convaincu que, pour assurer leur avenir, les médias ont tout intérêt à développer un journalisme de qualité (…)”.

Voilà ce qui s’appelle de la récupération. Si Pillard avait bien lu le texte de la pétition, il constaterait que l’exigence de qualité est justement le fil rouge de l’action d’ “info-en-danger”. Téméraire mais pas fou, le mouvement ne critique pas la publicité en soi, mais la tendance qui aboutit à faire du journaliste un appendice des services de marketing. C’est très différent. Car comme le dit l’appel lancé en 2005: “aujourd’hui, des annonceurs assistent aux séances de rédactions, des journalistes sont forcés de signer des articles de complaisance et pire, certains n’ont même pas conscience de ces compromissions”.

S’ils n’en ont pas conscience, ce n’est pas seulement parce que le jeune journaliste évolue parfois dans un environnement peu scrupuleux de la “Déclaration des devoirs et des droits”, mais aussi parce que la tendance est à l’engagement de personnes qui ne bénéficient pas d’une formation suffisante – situation dans laquelle les rédactions en chef ont de toute évidence une lourde responsabilité. Autrefois, il n’était pas imaginable qu’un journal puisse embaucher ce que l’on appelle un “non-RP”, une personne n’étant pas inscrite au registre professionnel. Aujourd’hui, plus d’un média recrute n’importe qui n’importe où, le critère décisif étant bien sûr le gain que permet le dumping salarial.

De telles économies se font sur le dos de la qualité rédactionnelle, laquelle ne s’improvise pas. Comme le barreau, l’architecture ou la médecine, le journalisme a ses règles. Loin d’être une profession facile, il requiert des compétences particulières dans le sens d’un engagement civique évident. Le journalisme est aussi un combat pour la démocratie.

Daniel Pillard embroche “info-en-danger” mais au fond il pourrait être son allié, voire même signer la pétition. En conclusion de son article, le directeur de Ringier Romandie ne déplore-t-il pas que le Prix Pascal-Arthur Gonet, récompensant un journaliste stagiaire de la presse écrite en Suisse romande, n’ait pas pu être attribué cette année? “Faute de candidat répondant à ses critères: originalité des sujets et talent d’écriture”. Tope-là, Daniel!

L’auteur est le co-fondateur de l’association info-en-danger, www.infoendanger.net

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.