La numérisation du «Journal de Genève» prend du retard, faute d’argent


Directrice adjointe au «Temps», Valérie Boagno confie: «La réalisation du projet a été plus lente qu’imaginé. A ce jour, nous avons pu compter sur l’appui financier de la Bibliothèque nationale, de la Bibliothèque de Genève et de la Bibliothèque cantonale et universitaire vaudoise. Mais cela ne suffit pas. Actuellement, nous sommes toujours à la recherche de fonds privés pour boucler le financement. Pourtant, nous avons ratissé large.»

Mme Boagno ne s’explique pas la réserve d’entités qui comptèrent parmi les actionnaires historiques du «Journal». «La bataille judiciaire et le flou qui entourent la liquiditation de la SA du Journal de Genève et Gazette de Lausanne pourraient être une raison». Mais la directrice adjointe du «Temps» ne veut pas désespérer.

L’initiative de scanner le «Journal de Genève» – 172 années d’archives et 600 000 pages imprimées – avait été annoncée à grand renfort de trompettes au dernier Salon du livre. Elle devait constituer une première en Suisse romande. Outre-Sarine, seule la «Neue Zürcher Zeitung» a procédé, en 2007, à la numérisation de ses exemplaires.

Six mois, une année? Valérie Boagno ne se prononce pas sur le prochain délai. Elle rassure: «Le projet est à mi-chemin, rien n’est stoppé. Grâce au financement public, nous avons terminé le scannage de 520 000 pages du «Journal». Nous pouvons désormais passer à la seconde phase, la reconnaissance optique en vue de permettre au public d’accéder à ce patrimoine d’importance nationale». D’ici là, une tranche de 10 ans d’archives pourrait être présentée à titre de test au prochain Salon du livre.

Mme Boagno estime à 1,2 million la somme nécessaire à la numérisation du «Journal de Genève» et celle d’un autre titre bicentenaire: «Maintenant que nous avons les mains dans le cambouis, la numérisation des 400 000 pages de la «Gazette de Lausanne» suivra dans la foulée».

Neuchâtel s’y met aussi

D’autres se lancent aussi dans la course à la numérisation. C’est le cas de «L’Express-L’Impartial», le plus avancé après le «Journal de Genève». «Les bibliothèques neuchâteloises ont été le moteur de l’initiative», confirme le rédacteur en chef Nicolas Willemin. Mais le projet neuchâtelois n’en est qu’à ses balbutiements. Tout ou presque reste à faire, à commencer par la recherche des sponsors.

Tâche ardue, là aussi, car on parle de journaux presque tricentenaires, donc de dizaines de milliers de pages. Actuellement, l’effort porte sur l’harmonisation des conditions de numérisation, sous l’égide de Presse Suisse, organe faîtier des éditeurs. «Nous comptons utiliser le savoir-faire du «Temps» qui est parti en éclaireur. Mais nous mettrons la barre moins haut. Le projet «Journal de Genève» est vraiment ambitieux», estime Nicolas Willemin.

*www.journaldegeneve.ch

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.