Sex and the Army


Les empereurs de tous les empires, les monarques de droit, divin ou non, les cortèges de führer et autres dictateurs de sinistre mémoire, malgré tous leurs défauts dont l’histoire s’est chargée de châtier,  savaient mieux s’y prendre.  Leur grandeur avait ceci de génial, qu’en matière de stupre, ils toléraient les pires bassesses. De campagnes en villas, de châteaux-forts en bunker, on savait cacher ses mignons, ses marquises, ses petites vertus. Bien sûr les lieux s’y prêtaient. Passages dérobés, couloirs, boudoirs et souterrains, greniers et celliers, tout conspirait à rendre à la chose sa discrète efficacité. Personne n’y mêlait son regard que les bénéficiaires. De « sexe-express », point n’en parlait.

Flash-back.

Imaginez le Roi-Soleil, à ses heures aussi chef des Armées, devoir rendre des comptes au Parquet sur l’usage de ses poudrées ? La caution divine avait ici son utilité. Elle évitait l’enquête et le harcèlement.  Secret d’Etat.

« Roland, que diable, peut-on t’accuser d’avoir trop aimé ? Je pensais hier, mais l’actualité soumet l’opinion à de terribles adaptations, que  tes élans virils honoraient le genre humain, dans ce qu’il ne peut se contenter que de servir la Patrie. « Nef, cet inconnu », sous-titrait un confrère de la presse écrite. Vraiment ? Samuel, n’aurait-il pas fallu que tu lui dispensas aussi de solides leçons de choses, tu sais celles qui savent séparer la stratégie de la tactique, la conduite des hommes de celle du sexe.

« Il livrait son ex aux obsédés!», paraît-il.  Du stalking. Ah bon? C’est en gros une sorte de mobbing, dont la séduisante consonance anglo-saxonne ne peut que renforcer la crédibilité. C’est assiéger ceux qui ne le désirent point.  C’est transformer électroniquement une honnête femme en nymphomane, c’est mobber son prochain parfois jusqu’à la mort. Short messages, emails, phonecalls, naughty adds, TOC online, trucs hot sur hotmail. Tout est bon.

Pas beau, Roland ! Mais quand on aime, je te le concède, la raison ne rend plus de compte.  Sauf que tu es le Bon berger, qui conduit tes soldats dans les verts pâturages. Cela dut t’inspirer secrètement. Dommage que le sang-froid dont on te pensait doté n’a pas su t’inspirer un garde-à-vous? Comme dirait un pilier du Café du commerce « Messieurs, l’heure est grave ! »

Avant-hier, hier, aujourd’hui, la brigade des censeurs de la presse matinale, par leurs éditoriaux sans appel, t’ont déjà condamné. « Le Conseil fédéral doit agir, le chef des Armées doit partir, Schmid doit l’ouvrir…  et vous devez croire ce que je vous dis !»

Plus n’est besoin de réquisitoire institué, de plaideurs, de soigneurs et d’innocentes victimes, certain média s’est institué justicier. Il a traqué, récolté le matériau coupable,  instruit et jugé. A peine notre homme au violon (médiatique) que la question se pose déjà de sa succession. L’ambition est de taille, on va en profiter pour reconsidérer la vision globale de la sécurité suisse… et européenne ! Le stalking a quand même du bon. « Vision, communication, management, compréhension, moralité, stabilité ». On cherche l’oiseau rare. Et au creux de l’été, l’annonce risque de passer inaperçue.

Tags: ,

One Response to “Sex and the Army”

  1. Ana Mujer 1 août 2008 at 19:18 #

    Ce que je ne comprends pas, éclairez ma lanterne! c’est que 1. Monsieur Schmidt se trouve cloué au pilori, je le trouve assez inconsistant mais, dame, nous en eûmes d’autres, et 2. que Monsieur Naef n’en ai pas profité pour tirer son épingle du jeu: à choix, j’étais on peut le dire, en quelque sorte un “homme battu” ( il y a d’ignobles précédents) ou, mieux, il s’agit là d’un exercice de survie appliqué à la vie civile, bref, et nous en avons l’habitude, une touche de voyeurisme associée à un brin d’apitoiement pour le peuple au grand coeur de papier. Drôle de politique à l’alarme facile…

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.