Les journalistes de “L’Express” et “L’Impartial” rendent hommage à leurs collègues sacrifiés


Ce texte collectif, paru dans les pages de “L’Express” et “L’Impartial” du 21 novembre 2008, se veut aussi un hommage aux quatre journalistes qui ont perdu leur emploi mercredi: Catherine Bex, Alexandre Caldara, Eugenio D’Alessio et Philippe Chopard

Presse régionale

Notre combat pour votre information

«Il faut savoir finir une grève». Dimanche soir à La Chaux-de-Fonds, entre rage et tristesse, le personnel de «L’Impartial» et de «L’Express» met un terme à son action entamée vendredi 14 novembre. L’éditeur vient d’accepter d’entrer en négociation sur le dépôt d’une demande de chômage partiel. Une demande refusée catégoriquement 48 heures auparavant.

Sur la place du Marché, quelque 500 personnes sont venues braver le froid pour soutenir le personnel gréviste. Autant de soutien qui n’ont pas manqué de peser dans un bras de fer bien déséquilibré au départ. Ainsi, les parutions des journaux de samedi et lundi ont laissé penser à certains que le mouvement n’était pas uni. Pourtant les signatures de collègues qui s’y trouvaient n’étaient que celles de journalistes ayant avancé leur travail et non de couards. Aucune plume n’est venue transgresser la décision prise à l’unanimité vendredi par la société du personnel de cesser le travail. Les journalistes ayant quitté leur poste après la non-entrée en matière de la direction, certains articles non terminés ont été retravaillés par «des cadres de l’entreprise». Idem dans l’édition du lundi, où les mêmes cadres ont, cette fois-ci, également commandé des articles à quelques pigistes.  Certains pardonnent, personne n’oublie. Pourtant notre métier, votre information doit vivre. Sur les marchés de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel samedi, nous nous sommes expliqués, mais nous avons aussi palpé l’inquiétude de la population et répondu à de nombreuses questions sur l’avenir des journaux régionaux. Car au-delà de notre lutte pour sauver l’emploi, vos interpellations ont fait sortir des amphithéâtres le débat sur l’avenir de la presse, l’ont fait descendre dans la rue où se joue votre quotidien. Les études de lectorat ont fait place à un dialogue direct entre rédacteurs et lecteurs. A ceux qui disent que l’on a la presse que l’on mérite, nous pouvons désormais répondre que nos lecteurs ont besoin d’une presse de qualité, régionale et généraliste. Fort de votre soutien, nous ne baisserons pas les bras.

Les journalistes de «L’Express/L’Impartial»

One Response to “Les journalistes de “L’Express” et “L’Impartial” rendent hommage à leurs collègues sacrifiés”

  1. SPREI 27 novembre 2008 at 15:46 #

    Voici le communiqué diffusé mercredi 26 novembre à 18h30.

    La délégation de la société du personnel des rédactions de L’Express et L’Impartial (Sprei) a rencontré Jacques Matthey, directeur général de la SNP, aujourd’hui à 16h30.

    Ce dernier lui a communiqué les informations suivantes concernant les conséquences de la grève débutée vendredi 14 novembre à 15 heures.

    La direction de la SNP a décidé une retenue de salaire de 1 jour complet pour chaque gréviste, au prorata du temps de travail.
    Jacques Matthey a pourtant reconnu que le préjudice économique de la grève était “faible” pour l’entreprise. Les recettes publicitaires n’ayant pas été touchées.

    La Sprei regrette ces mesures de rétorsion qui ne vont pas dans un sens d’apaisement entre la direction et les membres de la rédaction. Elle déplore que la direction de la SNP, au lieu de calmer le jeu et de se battre pour recréer un climat de travail le plus sain possible – dans l’intérêt même de l’entreprise – ait choisi la voie de la sanction et de la division.

    Elle regrette également la décision de démettre trois collègues de leurs fonctions d’adjoints à la rédaction en chef. Jacques Matthey a justifié leur déclassement par le fait qu’un cadre doit se ranger du côté de la direction, et que ce “statut hybride” ne pouvait être maintenu.

    La Sprei condamne la décision prise par la direction de sanctionner financièrement l’ensemble de la rédaction pour fait de grève. Cette grève était une réaction au non respect préalable par la SNP de la CCT et à la non entrée en matière de la direction concernant le chômage partiel.

    Par ailleurs, Jacques Matthey a informé la Sprei que la demande de mise au chômage partiel est toujours à l’étude auprès du service de l’emploi du canton de Neuchâtel.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.