UBS, dommage…


Les fuites ont été bien organisées, l’effet de surprise n’a pas joué. Au centime près, la perte historique de l’UBS est celle annoncée par les rumeurs. De quoi s’interroger sur le sens des rendez-vous trimestriels destinés aux journalistes et aux analystes, d’autant que la transparence, une fois encore, laisse à désirer. Ainsi quand l’UBS confirme un afflux d’argent frais au mois de janvier, on lui dit bravo. Mais pourquoi reste-t-elle si vague? Pourquoi tous les gestionnaires de fortune licenciés par l’UBS n’en profitent-ils pas?

Pour se donner une contenance, les dirigeants de la banque jettent en pâture d’autres informations comme la réduction du volume des actifs toxiques transférés à la BNS. Sans parvenir à rassurer véritablement les analystes, ils prévoient également un retour aux chiffres noirs dans le courant de 2009 et annoncent la création d’une unité de gestion de fortune sous le nom de Swiss Bank. Admirez la finesse du geste. On est à deux doigts de ressusciter feu la Société de Banque Suisse, dont l’appellation anglophone était Swiss Bank Corporation, justement, un établissement créé en 1856 et mort en 1998 pour donner naissance à… UBS. Ne manque plus qu’une fusion avec le Credit Suisse pour compléter le tableau idyllique de la banque helvétique unique

Inutile d’y songer, pour l’heure le scénario est tabou, à Berne et ailleurs. Comme n’est pas d’actualité la nationalisation de l’UBS, en dépit des milliards injectés par le contribuable. Dommage. Les parlementaires opposés au contrôle direct par la Confédération, gage d’une mission bancaire de service public, perdent une occasion de redorer leur blason auprès des petits patrons à court de liquidités. Depuis le début de la crise, ceux-ci voient en effet un ténor traditionnel du crédit nécessaire à leur développement leur faire faux bond.

Commentaire paru dans “La Liberté” du 11 février 2009

Tags: , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.