La com formatée de Federer



 

PAR MARC SCHINDLER
Je subis comme vous, chaque jour, les interviews de sportifs, champions ou entraîneurs. Bien sûr, on ne demande pas aux sportifs d’être aussi brillants que les maîtres du barreau, ces avocats grassement payés pour parader devant les micros et les caméras et parler au nom de Nicolas Sarkozy, Liliane Bettencourt, Eric Woerth ou Dominique de Villepin. Mais quand même !
Je ne vous parle pas des pitoyables prestations de Raymond Domenech ni des bafouillages pathétiques de Frank Ribéry. Non, je pense notamment à mon illustre compatriote Roger Federer. Voilà un prince de la raquette, un surdoué du tennis, le meilleur joueur de l’histoire – si j’en crois ses adversaires. Sur le court, il est sublime : service de plomb, passing d’enfer, retour impérial, déplacement de gazelle. C’est en conférence de presse que ça se gâte. Vous l’avez vu : le regard fuyant, la tête enfoncée dans les épaules, la voix rentrée dans la gorge, le sourire coincé. L’air de s’ennuyer à mourir, de se demander ce qu’il fait là.
Vous me direz : parler, ce n’est pas son métier. Ce n’est pas pour parler que les organisateurs de tournois et ses sponsors lui versent des dizaines de millions de dollars. Vous avez raison. Mais la communication, ça fait aussi partie du métier de champion. Federer est entouré d’une noria de conseillers : sportifs, médicaux, financiers, administratifs, communicants. C’est là que le bât blesse !
Son gourou de la com est de la même race que ceux qui conseillent tous les champions.
On apprend aux champions à maîtriser leurs émotions, à contrôler leurs gestes et à réprimer leur passion. Du coup, au lieu d’apparaître comme des êtres de chair et de sang, on a droit à des clones sans vie et sans voix. Ce que les Anglo-Saxons appellent des Talking Heads, des têtes parlantes.
Regardez donc les footballeurs, les tennismen, les cyclistes et les autres. Tous la même attitude, le même discours, la même voix basse et rentrée. Tous formatés. Regarder le public, convaincre par le regard ? Interdit. Utiliser ses mains pour faire passer le message ? A éviter. Mettre de la passion dans son discours ? Surtout pas. Bref, descendre de l’Olympe des dieux du stade, apparaître comme un mortel qui a des doutes et des émotions, vous n’y pensez pas ! C’est ce qui rend les interviews de sportifs sans intérêt et sans saveur, comme une bouillabaisse sans rouille.
Heureusement qu’il y des exceptions. On a eu Yannick Noah, le tennisman au grand coeur. On a eu aussi John McEnroe avec ses coups de gueule. On a aujourd’hui – quel grand bonheur – ce prince de la cendrée et du show : j’ai nommé Usan Bolt, le sprinter le plus rapide eu monde. Chaque interview du champion jamaïcain est un festival de mimiques, de bons mots, de grimaces et, surtout, son célèbre geste d’archer décrochant la lune. Que du bonheur ! On en redemande.
Hélas, les gourous de la com sportives continuent à brider leurs champions, à les faire parler comme des notaires de province, la compétence en moins. On craint que les nouvelles stars de la natation française ne soient, à leur tour, prises dans le moule. Mais laissez-leur donc exprimer leur joie de gagner. Ne les faites pas parler comme Laure Manaudou. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Tags: , ,

3 Responses to “La com formatée de Federer
”

  1. Jerrod Batchelor 23 août 2010 at 16:38 #

    On a bien compris Ribery a un gros salaire. ce salaire est juste honteux même si il est pas mauvais Avec ce salaire il pourrait nourrir au moins 10 000 pauvres.

  2. Artémis 29 août 2010 at 15:54 #

    Tout à fait d’accord avec vous, le ton “politiquement correct”, sans beaucoup d’émotion, qui caractérise beaucoup d’interview, est à la mode et est même devenu un modèle. Mais tous les helvètes sportifs ne sont pas coincés devant la caméra. La décontraction de Fabian Cancellara
    est peut-être le signe que chez les cyclistes on se prend moins au sérieux?

  3. annuaire gratuit 5 septembre 2010 at 12:23 #

    Raymond Domenech is not the only person who have done mistakes, but the players too !

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.