Blocher sème la zizanie à la «BaslerZeitung»


CHRISTIAN CAMPICHE
C’est un appel désespéré que la rédaction de la «BaslerZeitung» (BaZ) a lancé le 15 novembre 2010 à l’éditeur du quotidien bâlois, l’avocat Martin Wagner. En février dernier, ce dernier a acquis 25% du capital de la BaZ, laissant les 75% restants, soit la majorité, au financier Tito Tettamanti. Mais depuis les relations entre les deux hommes se sont refroidies et Martin Wagner a pris de la distance par rapport à la gestion opérationnelle du journal.
De ce fait il est devenu le dernier symbole de l’indépendance du journal, mise à mal une nouvelle fois après l’annonce, le 14 novembre, de la remise par le groupe BaslerZeitung Medien (BZM) d’un mandat de conseil à une société appartenant à Christoph Blocher.

«La prise d’influence politique au sein de notre journal met en danger notre crédibilité (…). L’instrumentalisation de la BaZ nuit à notre image, non seulement auprès du lectorat mais aussi auprès des annonceurs», écrivent les journalistes de la BaZ. Ceux-ci rappellent à Martin Wagner que lors de son entrée dans le capital du journal, il avait promis de se battre pour l’indépendance du quotidien bâlois. «Nous devons constater que vous vous êtes retiré trop tôt de la direction de l’entreprise», déplore la rédaction.

Alors que l’on attend la réponse de M. Wagner, les commentaires vont bon train sur les intentions de l’avocat bâlois dont le parcours au sein de la BaZ a été jusqu’ici semé d’embûches. En mai, quand la BaZ se met à la recherche d’un nouveau rédacteur en chef, l’éditeur propose une solution «bâloise», en l’occurrence Urs Buess, alors rédacteur en chef adjoint de la BaZ, et Jürg Lehmann, l’ancien chef d’édition de la BaZ. Mais Tito Tettamanti met son veto.

C’est finalement Markus Somm, un blochérien convaincu, qui sera nommé trois mois plus tard. Les éditoriaux de la BaZ prennent un ton nettement plus musclé, dans la ligne ultralibérale de la droite conservatrice. Pour remercier le propriétaire de la BaZ, Somm lui ouvre les colonnes du journal en date du 6 novembre, jour des huitante ans de Tito Tettamanti. Le Tessinois, farouche contempteur de Bruxelles, y déploie son artillerie favorite: la Suisse doit s’inspirer de Singapour… On apprendra plus tard que ce texte, refusé au départ par la rédaction, avait été rédigé par Markus Somm en personne.

Journal traditionnellement au centre gauche, la BaZ glisse vers la droite radicale mais ses lecteurs ne sont pas dupes. En quelques semaines, elle perd plus de 600 abonnés. L’équilibre financier – les nouveaux propriétaires en avaient fait leur objectif numéro un – ne sera pas retrouvé à la fin de l’année.

Pour les observateurs, il ne fait pas de doute que les derniers événements confirment une stratégie médiatique visant à créer une constellation de journaux de tendance blochérienne. En témoigne la tentative, menée par MM. Tettamanti et consorts, de mettre la main sur le groupe argovien Mittellandzeitung. Devant la résistance de l’éditeur Peter Wanner, un radical à ce jour peu disposé à donner de nouvelles armes à l’UDC, l’opération s’est soldée par un échec. D’aucuns n’excluent pas non plus l’arrivée d’un groupe concurrent sur la scène médiatique bâloise. On parle de la NZZ ou de Tamedia. Dans ces conditions, personne ne serait très surpris que Martin Wagner jette l’éponge.

Article paru dans “La Liberté” du 16 novembre 2010

Tags: , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. info en danger » Blog Archive » Blocher sème la zizanie à la «BaslerZeitung» - 18 novembre 2010

    […] La Méduse […]

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.