Politique et publicité, échanges de bons procédés sur la Riviera


PAR CHRISTIAN CAMPICHE

C’est «une manière originale» de communiquer que le «Régional», hebdomadaire gratuit arrosant une région située entre Lausanne-centre et Monthey, offre aux politiciens. Dans un courrier adressé aux «partis et aux élus», le directeur des ventes de ce journal «d’information et de proximité » basé à Vevey propose le marché suivant, certainement aussi lucratif qu’  «original»:  «L’achat d’annonces dans le journal vous donne droit à un certain nombre de signes dans des pages spéciales rédactionnelles, intitulées ‘Forum politique spécial élections’.»

Suit une fiche récapitulative des échelles de tarifs. Les « propositions publicitaires aux partis politiques pour leur campagne » vont de 3510 francs pour trois fois un quart de page à 13365 francs pour trois fois une page entière d’annonces. La lettre a été envoyée en avril 2010 dans la perspective des élections communales vaudoises qui se tiendront en mars 2011 : «ces pages seront publiées dès le 1er décembre 2010, offrant ainsi la possibilité de présenter plus avant vos idées, et même de débattre, si vous optez pour une formule à plusieurs parutions».

Une première pour le « Régional » (tirage: 116.500 exemplaires), un titre connu autrefois pour son indépendance et la qualité de ses enquêtes (il a révélé notamment l’affaire Doriot). Entretemps un groupe de presse est passé par là et, du jour au lendemain, des petits partis se sont vus privés de tribune. L’entrée en scène d’un autre prédateur, qui mise sur une rentabilité de 15%, n’a fait qu’accélérer la mutation en stimulant l’ «imagination créatrice» des commerciaux de la maison, expression désormais consacrée pour qualifier les concessions faites aux annonceurs.

L’histoire ne dit pas encore si des partis ont cassé leur tire-lire dans le cadre de cette opération win-win. Mais on sait, par contre, que les PS de Pully et Lutry, faute de ressources suffisantes, n’ont pas mis la main au porte-monnaie. Faut-il y voir une relation de cause à effet ? Toujours est-il que le 12 janvier, la presse locale n’a pas jugé utile de se déplacer quand ces formations ont présenté leurs candidats, dévoilant du même coup leur programme. Pourtant Pully et Lutry ne sont pas des hameaux. Ces localités recensent ensemble près de 30.000 habitants, davantage que Montreux. Commentaire d’un participant : «Faire payer les partis pour que l’on parle d’eux est purement scandaleux de la part d’un journal qui est un support régional aussi important».

Les explications de Nina Brissot

La Méduse a contacté la rédactrice en chef du « Régional » pour lui demander des explications. Voici la réponse de Nina Brissot :

«Durant de nombreuses années, notre journal a octroyé sans aucun frais une colonne aux partis politiques. C’était avant que le ‘Régional’ n’étende sa zone de diffusion. Aujourd’hui nous n’avons plus la place pour le faire. Nous avons donc offert à tous les partis de continuer à nous envoyer leurs papiers (avec interruption 6 semaines avant des élections) afin que nous les publiions sur le net.» (…)

(…) «Nous avons décidé de changer notre fusil d’épaule. Révoquant la première offre, nous avons envoyé un courrier à tous les partis et nous avons publié un édito dans le dernier numéro de l’année pour expliquer que nous offrons à tout le monde (à grands frais d’aménagement informatique) la possibilité de se faire connaître sur notre site. Chacun peut ajouter son programme, des vidéos, des photos, etc, et cela GRATUITEMENT. Parallèlement, ceux qui le veulent peuvent acheter des annonces, mais les choses ne sont pas liées. Le site est ouvert à tout le monde.»

Mme Brissot précise qu’à ce jour peu de formations ont utilisé ce moyen de communication sur la toile.

(…) «Enfin, pour ce qui est du rédactionnel, nous ne sommes actuellement que deux personnes à la rédaction et deux personnes à mi-temps en externe, plus quelques pigistes. Les communes concernées par ces élections sont au nombre de 62 pour les régions que nous couvrons. La liste finale des candidats sera publiée le 24 janvier, date à laquelle nous ouvrirons notre site en ligne. Par ailleurs et en cours de campagne, notre rédaction fera le point sur les tendances pour les trois régions qui nous concernent, à savoir Lavaux-Oron, Riviera et Chablais, ceci exclusivement pour les villes de plaines où les enjeux débordent sur les autres localités. Nous faisons tout notre possible mais nous n’avons pas les moyens de suivre toutes les  présentations.»

Tags: , , , ,

4 Responses to “Politique et publicité, échanges de bons procédés sur la Riviera”

  1. Nina Brissot 15 janvier 2011 at 17:41 #

    Vous alleguez que le fait qu’Edipresse soit entré dans notre capital dicte une loi “contre les petits partis”. Permettez-moi de vous dire qu’Edipresse, n’est, jusque-là, JAMAIS, intervenu auprès de notre rédaction avec des diktats ou même autres desiderata.

  2. Nina Brissot 15 janvier 2011 at 17:59 #

    les 2/3 de ma réponse soulignant toutes les erreurs a été supprimé.
    Quel courage

  3. Christian Campiche 15 janvier 2011 at 18:06 #

    Non, Madame, soyez de bonne foi, ils ont été corrigés directement sur le site (il s’agissait du chiffre du tirage et des prix des annonces ainsi que votre zone de diffusion, merci de les avoir communiqués). Ce sont les avantages d’internet.

  4. Jacques Vallotton 25 janvier 2011 at 21:04 #

    Le paysage médiatique romand se transforme peu à peu. L’information locale de type associatif et politique est de plus en plus abandonnée par les médias qui ne la trouvent plus assez sexy et commerciale et sans doute trop coûteuse à réaliser. Même Le Régional suit la tendance générale. Lors de la récente votation populaire sur la création d’un chemin riverain à La Tour-de-Peilz, il a été répondu au comité d’initiative que l’espace d’expression politique du journal avait été restreint mais qu’il restait la possibilité de donner un point de vue dans les pages publicitaires.
    Qu’elle est lointaine l’époque où plusieurs journaux se faisaient concurrence en ne ratant pas la moindre petite information locale! Ne versons pas pour autant dans la nostalgie! Mais cela ne doit pas nous empêcher d’être lucide et de constater que le monopole de fait de l’information dans l’est du canton a pour conséquence qu’elle s’est bien appauvrie.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.