Annecy 2018, encore une démission qui tombe mal


Décidément, la candidature d’Annecy aux Jeux Olympiques de 2018 a du mal à serrer les rangs. Après Edgar Grospiron, ex-champion olympique et directeur général du Comité de candidature, démissionnaire en décembre 2010, c’est au tour d’Hervé Madoré, directeur général adjoint de rendre son maillot. Celui qui était devenu le bras droit du sémillant Charles Beigbeder, nommé en janvier avec le soutien de Chantal Jouanno, Ministre des Sports, raccroche. Il préfère selon les termes officiels « relever un nouveau challenge auprès du Ministère des sports ».

Après la ronde londonienne la semaine dernière, lors de la convention SportAccord où tous les espoirs semblaient à nouveau permis, on peut s’interroger légitimement sur un défi plus important encore … que celui de faire gagner Annecy face à ses deux concurrentes : la ville allemande Munich, et  PyeongChang en Corée du Sud.

Mauvaise communication ? Difficulté à diffuser l’élan olympique auprès d’une population dubitative et mal informée des enjeux ? Cafouillage à la tête ? Gaspillage financier ? Bien des questions se posent aujourd’hui. Elles trouveront peut-être réponse, ce 13 avril, auprès des  experts qui vont donner la bonne parole aux quelques journalistes conviés à l’hôtel Impérial d’Annecy.

Donner « envie »

Et pourtant, Annecy 2018 a tout pour gagner : un environnement exceptionnel autour de son lac, des stations qui peuvent accueillir les sites olympiques avec des constructions en bois destinées, ensuite, à héberger les saisonniers et devenir des logements sociaux. Des champions présents sur tous les fronts. Une jeunesse très impliquée dans le sport au travers des centaines d’associations qui forment le tissu sur lequel repose par essence l’olympisme. Des professionnels engagés, d’Annecy à Chamonix, du Grand-Bornand à la Clusaz en passant par Saint-Jean-de-Sixt comme dans tout le pays de Savoie pour accompagner un événement unique. Des entreprises réunies dans le « Club 2018 » pour soutenir cette candidature.

Alors ? Alors il aurait fallu mieux expliquer, mieux donner « l’envie » tant prônée aux tous débuts de la candidature. En un mot, informer plutôt que de communiquer. Il reste trois mois. Trois mois pour convaincre, pour emporter l’adhésion de tous ceux qui s’interrogent sur l’avenir de leurs enfants dans une Haute-Savoie où il fait si bon vivre et qu’un tel événement effraie. Car l’élan olympique ne se décrète pas. Il doit être partagé par le plus grand nombre pour s’élever jusqu’au CIO, et atteindre Lausanne. La copie de la Commission d’évaluation – qui a visité les sites olympiques des trois villes -, doit être achevée le 10 mai. Et le verdict final, sera, lui, rendu le 6 juillet à Durban. Mais pour Annecy, la messe sera peut-être dite avant, si la flamme n’est pas vite ranimée.

 

 

 

 

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.