Impôts, des corrections qui n’ont que trop attendu, concernant les gros salaires et les super-riches


La crise financière est aussi en rapport avec la répartition toujours plus inégale des revenus et de la fortune. Toujours plus de monde est d’accord là-dessus. La résolution des problèmes – et aussi l’élimination des déficits publics – suppose donc une répartition plus juste des revenus et de la fortune. Que les gros salaires et les super-riches doivent payer plus d’impôts, c’est devenu évident depuis un certain déjà. Mais politiquement, les personnes concernées ont réussi jusqu’à ce jour à empêcher que cela ne se fasse. L’imposition des bonus en Angleterre (50 %, limité dans le temps) est restée une exception. Que quelqu’un reconnaisse, comme le milliardaire Warren Buffett dans le “New York Times”, qu’il paie trop peu d’impôts est également exceptionnel. En France, certains riches essaient d’échapper à une éventuelle imposition obligatoire en proposant une taxe volontaire pour les plus riches. En Italie, ces derniers peuvent (encore) compter sur Berlusconi qui bloque toute proposition d’augmenter les impôts.

L’allégement de la charge fiscale dont ont bénéficié ces dernières décennies les gros salaires et les super-riches a parfois été énorme. Aux États-Unis, les présidents Reagan et Bush ont fortement baissé les impôts des catégories les plus élevées de revenus (les 0,5 % supérieurs). En 1970, le pour mille de revenu le plus élevé payait encore en moyenne 74,6 % d’impôts, alors que ce pourcentage n’était plus que 34,7 % en 2004. Si l’on relevait aujourd’hui les impôts des 0,5 % supérieurs au niveau des années 1970, le déficit de l’État central américain ne serait pas supprimé, mais cela entraînerait des recettes supplémentaires représentant jusqu’à 1 % du produit intérieur brut. Ce qui serait un allégement bienvenu et relativement peu conséquent d’un point de vue de politique conjoncturelle.

L’auteur est économiste en chef de l’Union syndicale suisse. Article tiré de son blog.

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.