Le prix unique du livre et les avions de combat


C’est bien dommage que le groupe Dassault, en plus du Rafale et de Socpresse (le «Figaro», «L’Express»), ne détienne pas les sociétés de diffusion et d’importation de livres en Suisse romande. La Suisse pourrait profiter d’un ensemble d’avantages évitant de s’empêtrer dans les polémiques autour des avions de combat et du prix du livre. Plutôt que le Gripen, le Conseil fédéral choisirait le Rafale et par la même occasion négocierait avec Dassault des conditions d’importation de livres en Suisse à des conditions favorables.
De la même manière, il est bien dommage que le groupe EADS ne produise pas un avion de combat qui intéresse la Suisse en plus de l’Eurocopter ou de multiples armements. La maison Lagardère, actionnaire d’EADS, pourrait ainsi proposer à la Suisse des conditions avantageuses à la fois pour l’achat d’avions de combat et la diffusion de livres en Suisse.

Ce ne sont que des hypothèses farfelues car le Conseil fédéral ne pourrait jamais accepter de conditionner l’achat d’avions de combat au prix du livre. Armements et culture ne se mélangent pas, c’est bien connu. Chez Dassault, des unités séparées gèrent la presse et  l’armement. Idem chez Lagardère: l’armement, c’est EADS. La culture, Lagardère Publishing. La distribution, Lagardère Services. Lagardère Publishing détient Hachette et bien d’autres maisons d’édition: Grasset, Fayard, Lattès, Stock, Calmann-Lévy… Tandis que Lagardère Service contrôle Relay et donc aussi les librairies Payot. Par ailleurs, Lagardère détient à travers Hachette la majorité des sociétés de diffusion et d’importation de livres en Suisse romande. Des sociétés chez qui les libraires doivent se fournir, vu qu’elles détiennent l’exclusivité des éditeurs sur le marché.

La loi sur le prix unique, pourra-t-elle mettre de l’ordre sur le marché suisse du livre? Un prix du livre réglementé offre la possibilité à des librairies indépendantes de résister à la pression de grands groupes. Des doutes subsistent toutefois quant à l’efficacité de la variable “prix” dans la réglementation du marché puisque les sociétés de diffusion et les éditeurs seront des acteurs dans la définition du prix. Or la position dominante du groupe Lagardère et de Hachette en Suisse romande n’est pas de bon augure. Certes, la loi prévoit que Monsieur Prix veille de près sur la question, mais c’est à se demander où il a regardé pendant les dernières années. Tout comme la COMCO qui n’a toujours pas agi contre la position manifestement dominante de Hachette en Suisse romande.

Au fait, combien d’ouvrages pourraient être acquis avec 3,3 milliards de francs, le prix des avions de combat? Ne riez pas, en cas de bataille, un livre pourrait toujours être utilisé comme projectile, si, si!

Article paru dans “Un ristretto“. Collaboration: La Méduse

Tags: , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.