Philippe Barraud et Uli Windisch règlent leurs comptes sur leurs journaux en ligne respectifs


«Commentaires.com est toujours là, et n’a rien perdu de sa combativité». Après son départ du journal en ligne «Les Observateurs.ch», Philippe Barraud tient à rassurer ses lecteurs. Créé en l’an 2000, le magazine en ligne «Commentaires.com» reste son violon d’Ingres même s’il constitue «une activité accessoire et subsidiaire, qui passe après les travaux alimentaires». En revanche, le journaliste vaudois confirme son divorce d’avec «lesobservateurs.ch», le quotidien en ligne lancé en février 2012 par le sociologue genevois Uli Windisch.

Mieux, il en précise les raisons dans «Commentaires.com»: «Nous avons quitté «lesobservateurs.ch» après un mois et demi d’intense activité. Non pas tant à cause de divergences sur le plan écologique – divergences très importantes au demeurant, disons même clairement irréductibles – comme le supposait M. Olivier Delacrétaz dans «La Nation». Le problème fondamental est que cette plateforme incarne une droite avec laquelle nous n’avons pas la moindre affinité, une droite hargneuse et agressive, pleine de suffisance, réactionnaire dans le plus mauvais sens du terme, en d’autres termes une droite antipathique, à laquelle nous ne voulons aucunement associer notre nom.»

Philippe Barraud ajoute qu’il n’a plus voulu associer son nom à «une entreprise de presse qui ne fonctionne pas selon des critères journalistiques élémentaires, notamment dans le respect des opinions divergentes, et cela jusque dans le traitement des commentaires des lecteurs.»

L’éditeur de «Commentaires.com» se demande également comment il pourrait «collaborer en confiance avec une entreprise qui ne respecte pas les contrats, et ne paie pas ceux qu’elle a engagés?» Il a donc «sagement tiré l’échelle» sans renoncer à faire valoir nos droits, «devant la justice si nécessaire».

Une menace que le responsable de la plateforme genevoise repousse en corner: «J’attends avec intérêt un éventuel appel à la justice. Depuis quelques jours seulement, je peux enfin disposer de l’argent de la société.  Barraud sera payé mais il est clair qu’un salaire n’est pas fixé par le seul employé», réplique Uli Windisch sur «Commentaires.com». Sur son propre site, le sociologue dément les informations selon lesquelles l’audience de  «lesobservateurs.ch» serait en chute libre. Le nombre de visites s’élève à 6000 visites par semaine, assure M. Windisch.

Tags: , , ,

5 Responses to “Philippe Barraud et Uli Windisch règlent leurs comptes sur leurs journaux en ligne respectifs”

  1. Uli Windisch 18 mai 2012 at 14:58 #

    Les chiffres que je fournis sont rigoureusement exacts.Vous auriez pu citer tous les chiffres: 16 000 pages lues par semaine; plus de 6000 visites par semaine, 900 commnentaires, 180 articles publiés et oui depuis le départ de Ph. Barraud et O.Grivat les chiffres ont augmenté et ça continue.!

  2. Le passant ordinaire 19 mai 2012 at 07:45 #

    En ce qui concerne vos lecteurs je pense que se sont les mêmes que ceux qui se défoulent sur le site “Réduit national”

  3. Observateur averti 19 mai 2012 at 11:18 #

    Où sont passés deux des trois articles les plus commentés du site et qui étaient écrits par des journalistes? Etait-ce dérangeant pour le pseudo-spécialiste de la communication qu’est le professeur Windisch et qui semble n’avoir que mépris pour la corporation qu’il est censé former à l’Uni de Genève…? Heureusement plus pour longtemps!”

  4. Octave Mirbois 8 août 2014 at 06:36 #

    Et bien ça n’a pas l’air de s’arranger https://plus.google.com/111991573708875921654/posts/1kCBnFeBaRc.

  5. perv narcisssique 1 avril 2017 at 15:44 #

    @ Octave Mirbois
    Lien édifiant. Sauve qui peut !

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.