Vous avez dit «socialiste» ?


Il y a socialiste et socialiste.

Il y a Tony Blair, il y a François Hollande.

Il y a Berset, et il y a Maillard.

Le journal “Le Courrier”, un peu opportunément perfide, et on lui reprocherait de ne pas l’être pour la circonstance, publie le 21 mai une interview du socialiste Pierre-Yves Maillard, conseiller d’Etat vaudois en charge de la santé, à propos d’une prochaine votation fédérale sur un nouveau système de soins, le “managed care” (le joli mot bien de chez nous que voilà). «Plus j’étudie ce projet, plus je suis convaincu qu’il faut le combattre» dit notre conseiller d’Etat socialiste.

Ce même jour, son collègue Alain Berset, socialiste lui aussi, fraîchement élu conseiller fédéral, fait une allocution télévisée où il se pose en clair partisan de ce nouveau système. «Ce projet est un bon projet», clame en substance notre conseiller fédéral socialiste.

Alors: vérité à Berne, erreur à Lausanne ?

Vive la pluralité des opinions puisque nous sommes dans une démocratie.

Mais tout de même. S’il est un domaine où les valeurs du socialisme sont fondamentalement concernées, c’est bien celui de la santé.

J’en conclus que l’un de ces deux politiciens n’est pas socialiste, ou bien qu’il est incompétent, ou bien qu’il n’est pas sincère (qu’il ment pourrait-on dire).

A vous amis lecteurs de faire votre diagnostic et de choisir votre socialiste préféré.

Tags: , , ,

2 Responses to “Vous avez dit «socialiste» ?”

  1. Le Lémanique 23 mai 2012 at 15:50 #

    Il y a tout de même un petit problème institutionnel. Lorsque Maillard s’exprime, il est aussi et surtout dans la peau du chef de la santé publique vaudoise. Il exprime donc, et sans que personne ne s’en offusque, la position officielle du canton de Vaud sur une matière fédérale. Or, si Vaud veut donner son opinion dans la LaMal contre le Conseil fédéral par exemple, ce serait au Conseil d’Etat et non pas au seul chef de département à le faire. A ma connaissance, ni la caisse unique, ni le managed care n’ont jamais l’objet du moindre débat au sein de l’Exécutif vaudois. C’est donc un cas unique en Suisse. Depuis quand un magistrat d’un Exécutif cantonal s’exprime-t-il seul dans son coin sur une matière fédérale qui n’est pas de sa compétence directe avec autant d’insistance? Mais comme c’est un bon socialiste (on oublie même qu’il n’en est plus vice-président), et qu’il est populaire c’est permis.

  2. Bernard Walter 23 mai 2012 at 17:50 #

    Réaction au commentaire du Lémanique.

    Il y a plusieurs aspects à votre commentaire.
    La question institutionnelle d’abord. La collégialité est une bonne chose certes, utile à une bonne gouvernance. En même temps, ce devoir de consensualité étouffe toute expression d’idées pour qui est minoritaire au gouvernement. C’est-à-dire, au conseil fédéral, pour les socialistes qui auraient des idées politiques en accord avec la vocation sociale de leur parti.
    Qu’un conseiller d’Etat redevienne à certains moments un libre citoyen, quelle bonne bouffée d’air frais !

    Ensuite, et au delà des questions de forme, il y a les individus. Les socialistes ont souvent brillé par leur grande complaisance avec un système qu’ils font mine de combattre. Il me paraît qu’Alain Berset est de ceux-là. Ont-ils de socialiste beaucoup plus que le nom? La majorité bourgeoise du conseil fédéral les aime bien, elle dont l’aval est incontournable s’ils veulent être élus.

    Enfin, il y a l’enjeu du système de santé pour la population. Or que je sache, les mouvements de gauche ont pour fondement de leur action politique la défense des conditions de vie des gens modestes, qui restent la majorité de la population.
    Pierre-Yves Maillard, en prenant position sur la question de ce nouveau système de santé, ne fait que défendre une politique de santé sociale en faveur de ceux qui n’ont pas d’autre choix que de se plier à un système de plus en plus soumis aux appétits des assureurs et de l’industrie pharmaceutique. Il y a longtemps qu’il a fait de la caisse unique et du régime des assurances maladie un combat politique prioritaire.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.