L’ukase de la Comco menace aussi les auteurs romands


Une fois n’est pas coutume, le gendarme de la concurrence entend faire preuve de sévérité. La Comco menace de sévir contre les diffuseurs romands de livres, ces intermédiaires que Berne accuse de s’entendre de manière illicite. Mais s’il venait à être introduit, le remède pourrait être pire que le mal.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Le couperet tombera avant la fin de l’année, le temps pour la Comco de consulter les milieux intéressés. S’ils sont définitivement reconnus coupables, dix diffuseurs risquent une amende salée, équivalant à 10 pour cent de leur chiffre d’affaires depuis 2009. 

Le ballon d’essai de la Comco n’est pas le fruit du hasard. Il reprend une enquête abandonnée il y a quelques années et suit de quelques mois le rejet par le peuple du prix unique du livre. Pour la Fédération des consommateurs, ce coup de semonce est positif car il s’inscrit dans la lutte contre un cartel pratiquant des prix trop élevés. En Suisse, le livre se vend en moyenne 40 pour cent plus cher qu’en France.

Les diffuseurs sentent le vent du boulet. Les sanctions envisagées, si elles étaient confirmées, sont de nature à les éliminer du marché. En soi on ne les pleurerait pas particulièrement si leur disparition n’entraînait pas parallèlement de nombreux petits libraires vers l’abîme. Ces Lilliputs sentent confusément que les diffuseurs abusent d’une situation de monopole, ils misent sur la concurrence pour comprimer des prix qui restent envers et contre tout relativement accessibles aux Suisses dont les salaires sont trois fois plus élevés que ceux des Français. Mais ils dépendent des diffuseurs à qui ils délèguent d’ennuyeuses et coûteuses démarches d’intendance, comme les commandes à l’étranger.

En grondant les diffuseurs, la Comco se rend sympathique auprès de la population qui réclame des baisses de prix à cor et à cri. Pendant des années, elle ne l’avait pas habituée à de tels coups d’éclat, péchant au contraire par une singulière tolérance envers les grosses pointures de l’économie. Mais son courage actuel n’est que très relatif car il avantage à nouveau des ténors, en l’occurrence les gros libraires qui, tel Payot, ont déjà rompu avec leur diffuseur, s’approvisionnant directement en France.

Il serait dommage que la sentence de la Comco, si elle part d’une bonne intention, aille à fin contraire. Une réduction du nombre des libraires n’est pas dans l’intérêt de la création littéraire ni de l’éducation car elle met en danger également les éditeurs qui comptent sur les diffuseurs, notamment pour s’occuper des invendus. Sans les diffuseurs, intermédiaire aujourd’hui dans le collimateur de Berne, les coûts deviendraient prohibitifs et les éditeurs seraient à leur tour contraints de mettre la clé sous le paillasson, pénalisant au bout de la chaîne les auteurs romands.  

 

 

 

Tags: , , ,

One Response to “L’ukase de la Comco menace aussi les auteurs romands”

  1. Etienne Reichel 29 août 2012 at 17:20 #

    Une nouvelle fois l’auteur fait la démonstration de sa lucidité qui dérange avec à-propos, mais qui est indispensable.
    Puisse-t-il ainsi conjurer le sort de ceux qui, à l’instar des défunts, ne susciteront des regrets qu’après leur disparition.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.