Malgré une accumulation insensée de casseroles, UBS semble intouchable


UBS a traversé un nouvel annus horribilis, cumulant les casseroles. Jusqu’à quels abysses entraînera-t-elle le monde bancaire et la Suisse avec?

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

La dernière affaire en date, la manipulation des taux interbancaires connus sous le nom de Libor, mériterait à elle seule que l’on retire sa licence au mastodonte helvétique. Pour l’instant, UBS s’en tire avec une amende record de 1,4 milliard mais des suites pénales ne sont pas exclues, chaque jour apportant son lot de révélations et de victimes. Le plus grave étant que la fraude sur le Libor ébranle les fondements mêmes du système basé sur la confiance des investisseurs.

Plus que jamais UBS semble mériter les surnoms peu flatteurs qu’inspirent son acronyme. Révélateur est le dépouillement du courrier des lecteurs dans la presse romande. UBS est tantôt l’ “Union des Banques Sales”, tantôt l’ “Union des Banques à Scandales”, voire l’Union des Bandits Suisses”, une organisation “criminelle” qui n’a tiré aucune leçon du passé, n’hésitant pas à récidiver malgré le coup de semonce de 2008. Cette année-là, prise à la gorge dans l’affaire des subprimes américains, UBS avait failli devoir mettre la clé sous le paillasson. Elle n’avait dû son salut qu’à l’aide sonnante et trébuchante de la Confédération ainsi qu’à la caution de la BNS.

Le scandale du Libor est tel qu’il relègue au rang d’aimable anecdote l’affaire Adoboli, du nom du courtier londonien d’UBS condamné récemment à sept ans de prison pour spéculation abusive. La fraude n’était pourtant pas insignifiante: elle a coûté 2 milliards de dollars à UBS. Sans compter que l’employeur a écopé d’une amende de 37 millions d’euros de la part du régulateur britannique. Un montant qui s’ajoute aux presque 800 millions de dollars payés en 2009 par UBS pour clore une affaire d’évasion fiscale aux Etats-Unis. Et l’on ne parle pas de l’information judiciaire ouverte à Paris, après qu’en septembre 2012, le siège d’UBS en France a été perquisitionné. L’enquête porte sur des soupçons de blanchiment de fraude fiscale.

Au train où vont les choses, on se demande quels seront les prochains diablotins qui jailliront de la boîte à (mauvaises) surprises. En d’autres temps en d’autres lieux, cette accumulation insensée de délits aurait abouti à une condamnation exemplaire, l’exécution pure et simple du coupable. Aujourd’hui on n’applique que des emplâtres car UBS est devenue intouchable. Jouissant d’un statut quasi-divin, elle vogue tel un paquebot fantasmagorique sur son statut de banque “too big to fail”. A preuve la clémence que la Bourse a manifestée dernièrement à l’égard du titre UBS. Comme si la quarantaine d’employés du groupe bancaire précipités dans la gueule brûlante de Moloch avaient calmé sa colère. Pourtant UBS devra procéder à de lourdes provisions, ce qui amoindrira d’autant son bénéfice annuel.

L’indignation n’est pas démesurée non plus dans le monde politique. La  présidente de la Confédération s’est déclarée “choquée”, sans plus. Quant au président d’UBS, l’ex-patron de la Bundesbank Axel Weber, il doit se demander ce qu’il est venu faire dans cette galère. Pour l’heure, il se contente de prôner une révision de la culture d’entreprise de la maison. On lui souhaite bonne chance.

Peut-être se rassure-t-il avec les chiffres concernant l’afflux d’argent frais au cours des derniers trois mois. Malgré la guerre fiscale qui éloigne des coffres helvétiques les fortunes européennes et américaines, UBS verrait ses fonds sous gestion augmenter. D’où proviennent les nouveaux capitaux? S’agit-il de fonds de dictatures d’Afrique et d’Orient? Mystère. En septembre dernier, le responsable de la gestion de fortune d’UBS disait pourtant s’attendre à des retraits se situant entre 12 et 30 milliards de francs dans son établissement du fait de l’opération cartes sur table de la place financière suisse. Les chemins de la sainteté sont manifestement très sinueux dans l’opaque monde bancaire.

Tags: , ,

4 Responses to “Malgré une accumulation insensée de casseroles, UBS semble intouchable”

  1. Anne 22 décembre 2012 at 10:30 #

    De United Bastard of Szwitzerland ne reste t’il que le “B”?

  2. Masse critique 22 décembre 2012 at 17:25 #

    Excellent article.
    Quand est-ce que le grand public prendra enfin réellement conscience de ce qui se passe? J’ai l’impression que pour la majorité, toutes ces affaires ne sont qu’un vague bruit de fond qui ne les regarde pas vraiment. Quelle horreurs doit commettre l’UBS pour que cesse enfin l’indulgence dont elle bénéficie?

  3. Michèle Herzog 23 décembre 2012 at 16:43 #

    Cher Monsieur,

    Merci de ne pas oublier de citer aussi cette nouvelle affaire des rétrocommissions qui concerne aussi UBS ….

    Vous trouverez sur mon blog http://egalitedescitoyens.blog.24heures.ch/ un article très intéressant concernant la récente victoire d’un citoyen face aux banques suisses.

    Cette affaire porte sur des milliards …. J’ai écrit cet article le 15 décembre.

    Pourquoi la FINMA et les services publics n’ont-ils rien entrepris ?

    Magnifique coïncidence : J’apprends le 16 décembre en lisant la presse que les directeurs du département « banques » de la FINMA sont systématiquement des ex-responsables UBS !!! Vraiment scandaleux. Et j’ai mis à jour le dernier article de mon blog. Il faut que ce système de copinage cesse !

    Et que la Justice pénale suisse réagisse concernant les actes réalisés par UBS ces 10 dernières années !

    Meilleures salutations.

    Michèle Herzog

    Ch. de Mallieu 7
    1009 Pully
    Tél. 021.728.33.41 ou 079.655.21.86

  4. Masse critique 29 décembre 2012 at 14:23 #

    Cet article m’a poussé à faire quelques petites recherches sur les casseroles de l’UBS.

    —> http://blog.aydree.com/index.php?article42/ubs-une-belle-saloperie

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.