Le président de la SSR est un lobbyiste dans l’âme


Qui aujourd’hui en Suisse connaît le nom du pré­sident du conseil d’administration de la SSR? Et a for­tiori, qui connaît son parcours?

PAR ADRIANO BRIGANTE

La Société suisse de radio­dif­fu­sion et télé­vi­sion (SSR) est le groupe audio­vi­suel public suisse. Si sa théo­rique indé­pen­dance struc­tu­relle et finan­cière semble être un acquis inal­té­rable, il n’en demeure pas moins que les risques de dérive sont bel et bien réels et que la situa­tion mérite l’attention du grand public.

Fon­dée en 1931, la SSR est aujourd’hui une entre­prise de ser­vice public à but non lucra­tif, finan­cée à 71,5 % par la rede­vance (payée par le public), à 23,5 % par les recettes com­mer­ciales (publi­cité et spon­so­ring) et à 6 % par d’autres sources (vente d’émissions d’autres dif­fu­seurs, par exemple). Dif­fu­sant 14 chaînes de radio (5 en alle­mand, 4 en fran­çais, 3 en ita­lien, 1 en romanche) et 8 chaînes de télé­vi­sion (3 en alle­mand, 2 en fran­çais, 2 en ita­lien, 1 en romanche), elle est le prin­ci­pal groupe audio­vi­suel du pays, avec plus de 90% de parts des mar­ché de la radio et de la télé­vi­sion et est cen­sée être la garante d’une infor­ma­tion indé­pen­dante, plu­ra­liste et objec­tive, per­met­tant une for­ma­tion aussi libre et informée que pos­sible de l’opinion publique.

Depuis le 1er jan­vier 2012, le pré­sident du conseil d’administration de la SSR est Ray­mond Lore­tan. Déten­teur d’une licence en droit de l’université de Fri­bourg, il est secré­taire diplo­ma­tique du secré­taire d’Etat aux affaires étran­gères de 1984 à 1987, avant de deve­nir le col­la­bo­ra­teur per­son­nel du conseiller fédé­ral Arnold Kol­ler au Dépar­te­ment fédé­ral de jus­tice et police de 1987 à 1990, puis délé­gué aux Affaires euro­péennes et trans­fron­ta­lières du Valais de 1991 à 1992. De 1993 à 1997, il est secré­taire géné­ral du PDC Suisse et devient en 1997 ambas­sa­deur extra­or­di­naire et plé­ni­po­ten­tiaire de Suisse à Sin­ga­pour et au Bru­nei, puis consul géné­ral de Suisse à New York (avec le titre d’ambassadeur) en 2002. En 2007, il revient en Suisse et fonde, avec deux asso­ciés, le cabi­nets de conseil Fasel Balet Loretan.

De l’autre côté du manche

L’année 2007 marque un tour­nant dans la car­rière de Ray­mond Lore­tan. En effet, à l’instar de nom­breux autres per­son­nages publics bien plus renom­més que lui (Tony Blair, Bill Clin­ton), il passe d’une car­rière dans la poli­tique à une carrière dans le privé, sans doute autre­ment plus lucra­tive, pro­fi­tant des avan­tages offerts par son passé poli­tique et ses rela­tions diplo­ma­tiques. Il explique ainsi son choix: «J’ai eu envie de liberté, de retrou­ver une liberté de pen­ser et surtout d’action.» En effet, quoi de mieux qu’un ancien homme poli­tique et ambas­sa­deur libéré de ses obli­ga­tions démo­cra­tiques pour conseiller les entre­prises pri­vées et tirer pour elles le meilleur parti de cer­taines conni­vences (pré­sentes ou pas­sées)? Lore­tan a déclaré, par­lant de la situa­tion simi­laire de Kas­par Vil­li­ger (passé à la tête d’UBS): «aux Etats-Unis, le pas­sage du sec­teur public au privé est ‘busi­ness as usual’. C’est plu­tôt la règle que l’exception. Contrai­re­ment aux Suisses, les Amé­ri­cains ne vont pas confondre UBS et la Suisse, et com­pren­dront très bien la position de l’ancien pré­sident de la Confé­dé­ra­tion.»

En effet, les Amé­ri­cains savent bien qu’un per­son­nage public qui passe dans le sec­teur privé fait tota­le­ment allé­geance à ses nou­veaux inté­rêts. Aux Etats-Unis, le sys­tème de «revol­ving door» voit depuis long­temps des res­pon­sables poli­tiques quit­ter le trem­plin du public pour prendre leur envol dans le privé (avec para­chute doré pour l’atterrissage, et par­fois, retour dans le public). Ce pro­cédé est en effet «busi­ness as usual» et ne pro­voque pas beau­coup de remous dans le débat public, mal­gré les pro­blèmes que cela pose pour le bon fonc­tion­ne­ment de la démo­cra­tie. Le site du cabi­net Fasel Balet Lore­tan est d’ailleurs assez expli­cite concer­nant les avan­tages de cette tran­si­tion du public au privé.

Conflit d’intérêts

Bien évidem­ment, on me rétor­quera que Ray­mond Lore­tan fait par­fai­te­ment la part des choses entre le lob­bying qu’il a pra­ti­qué «tout au long de sa car­rière» (et qu’il pra­tique encore dans son cabi­net) et son man­dat à la tête du conseil d’administration de la SSR. Qu’il me soit per­mis d’en dou­ter. Si ses clients vont bien, les finances de son cabi­net vont bien. Alors objec­ti­ve­ment, qu’est-ce qui retient Lore­tan de pra­ti­quer autant que pos­sible le lob­bying pour ses clients à la tête de la SSR? Et qu’on ne me réponde pas «l’éthique».

Res­tons sérieux. Si on fai­sait confiance à l’éthique des diri­geants, on n’aurait jamais à craindre les conflits d’intérêts qui ne seraient dès lors rien de plus qu’une vue de l’esprit. Mais en l’espèce, il y a bien là un conflit d’intérêts. D’autant plus quand on découvre l’offre du cabi­net. Nul doute qu’une posi­tion diri­geante à la tête de la SSR confère un avan­tage cer­tain dans ces divers domaines de pres­ta­tions: «conseiller les organes diri­geants dans la ges­tion de crise et les orien­ter dans leurs rela­tions avec la presse. […] Conce­voir et rédi­ger des sup­ports écrits (com­mu­ni­ca­tion interne, rap­ports annuels, dis­cours, articles de presse, etc.) et en assu­rer une dif­fu­sion ciblée effi­cace (‘ghost wri­ting’). […] Faci­li­ter en tant qu’inter­mé­diaire neutre des prises de contacts infor­melles et des entre­tiens explo­ra­toires en vue de négo­cia­tions d’affaires ou de réso­lu­tion de conflits (‘ghost nego­cia­tions’) […] Plai­der la prise en compte d’intérêts par­ti­cu­liers auprès de par­le­ments et d’administrations can­to­nales et fédé­rales (‘lobbying’).»

Et force est de consta­ter qu’avant même son arri­vée à la SSR, Lore­tan était déjà un habi­tué des stu­dios radio et télé du groupe. Avec une telle visi­bi­lité et une telle faci­lité d’accès à l’antenne, on peut se deman­der pour­quoi Lore­tan, lob­byiste dans l’âme, choi­si­rait de deve­nir pré­sident du conseil d’administration de la SSR (en renon­çant du même coup à pas­ser à l’antenne), si ce n’est parce qu’il pré­voit d’être encore plus effi­cace à ce poste.

Liai­sons dangereuses

En plus des clients de son cabi­net, Ray­mond Lore­tan a égale­ment d’autres inté­rêts plus directs à défendre, car il est égale­ment pré­sident du conseil d’administration de Geno­lier Swiss Medi­cal Net­work (GSMN). Bien évidem­ment, il se défend de tout conflit d’intérêts, comme dans une inter­view pour le maga­zine “EDITO+KLARTEXT“.

Ce pro­blème se pose d’ailleurs égale­ment pour d’autres membres du conseil d’administration de la SSR, qui pour la plu­part ont une trajec­toire simi­laire à celle de Lore­tan (public, puis privé). Par exemple, Jean-François Roth, ancien conseiller d’Etat, est pré­sident de Suisse Tou­risme et de la Com­mis­sion des lote­ries et paris. Luigi Pedraz­zini, ancien pré­sident de la Conférence des gou­ver­ne­ments can­to­naux, est membre du conseil d’administration du Gruppo Ospe­da­liero Ars Medica (groupe hos­pi­ta­lier racheté en 2011 par… GSMN) et de Edy Tos­cano SA (engi­nee­ring & consul­ting, tra­vaux publics, auto­routes, che­mins de fer, tun­nels, ponts, cen­trales élec­triques,…). Hans Lauri, ancien conseiller d’Etat et ministre can­to­nal des finances de Berne, est conseiller indé­pen­dant, membre du conseil d’administration de RUAG Hol­ding AG (muni­tions, arme­ment, avia­tion, aéro­spa­tiale) et de Bas­ler & Hoff­mann AG (engi­nee­ring & consul­ting, tra­vaux publics, aéro­ports, auto­routes, ponts, tun­nels, cen­trales nucléaires, …). Ulrich Gygi, ancien direc­teur de l’Administration fédérale des finances, est quant à lui ancien direc­teur géné­ral de la Poste Suisse, actuel pré­sident du conseil d’administration des CFF, et membre du conseil d’administration d’AXA Win­ter­thur et de BNP Pari­bas (Suisse).

Devoir d’intransigeance

Finance, santé, tra­vaux publics, défense, trans­ports… On le constate, de nom­breux inté­rêts pri­vés sont repré­sen­tés  (direc­te­ment ou indi­rec­te­ment) au conseil d’administration du groupe audio­vi­suel public suisse. Est-ce une preuve indéniable de la subor­di­na­tion totale de la SSR aux inté­rêts en ques­tion? Pro­ba­ble­ment pas. Est-ce une bonne rai­son de res­ter vigi­lants et exi­geants quant à l’indépendance, à l’objectivité et au plu­ra­lisme de la SSR? A n’en point douter.
Les solu­tions à ce pro­blème existent, si tant est qu’on veuille bien se don­ner les moyens et la volonté poli­tique de les mettre en œuvre. Par exemple, il suf­fi­rait d’interdire les man­dats mul­tiples pour les membres du conseil d’administration de la SSR (et pour­quoi pas, d’autres entre­prises de ser­vice public), afin de garan­tir que leurs efforts servent à défendre uni­que­ment les inté­rêts de la popu­la­tion et de la démo­cra­tie. Mais j’entends déjà réson­ner au loin les cris d’orfraie des défen­seurs de la liberté (toute néo­li­bé­rale) des indi­vi­dus à mul­ti­plier à outrance les man­dats et les sources de reve­nus. Cette liberté ne pose théo­ri­que­ment pas pro­blème, à la condi­tion tou­te­fois qu’elle ne nuise pas à l’intérêt géné­ral du plus grand nombre. Mais force est de consta­ter que dans les médias comme en poli­tique, elle pro­voque imman­qua­ble­ment d’inextricables conflits d’intérêts (par­fois obs­curs, com­plexes ou indi­rects) qui risquent à tout moment de court-circuiter le bon fonc­tion­ne­ment de la démo­cra­tie. Or c’est un risque qu’une société rai­son­nable ne peut pas se per­mettre de prendre.

Article paru dans “Masse critique

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.