Caroline Depierre, «tout le monde savait…»


Pour une personne dont les tracas se voient répercutés par les médias, combien d’autres restent dans l’ombre? Combien d’inécoutés qui ont des choses à dire mais que les médias ne relaient pas, trop peu ou très mal. La Méduse et Ouvertures s’associent pour leur donner la parole.




Habitante de Bonneville, en Haute-Savoie, Caroline Depierre se bat seule contre une escroquerie commise à ses dépens, ses droits auraient été bafoués sans que la justice ne bouge le petit doigt. Son histoire engloberait également des violences psychologiques et physiques, l’usurpation d’identité, la manipulation, la désinformation.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Qui? Caroline Depierre, 53 ans, divorcée, 4 enfants, domiciliée à Bonneville, en Haute-Savoie.

Où? Son histoire s’est déroulée tout d’abord à Condrieu dans le Rhône puis en Haute-Savoie à Bonneville et en Savoie à Chambéry.

Quoi? Ex-copropriétaire à parts égales d’un restaurant à Condrieu puis de l’Hôtel des Alpes à Bonneville grâce à des apports personnels, elle se bat en justice contre son ex-époux. «Lors de la vente de ces biens, en 1996 et 2001, je n’ai jamais reçu la moitié du montant qui me revenait».

Elle a pratiquement tout perdu malgré les nombreuses preuves attestant de sa bonne foi et ses nombreuses actions et plaintes en justice. Celles-ci ont toutes été classées sans suite par les procureurs de la République de Bonneville et de Chambéry. «Le nombre de dépôts de plainte contre mon ex-époux est très important du fait la gravité des actes. Faux, usage de faux, usurpation du nom, de ma signature, et détournement de fonds.»

Malgré ses plaintes pour coups et blessures et le non paiement de sa pension alimentaire, elle a dû travailler la nuit pendant quatre ans pour pouvoir nourrir ses quatre enfants en bas âge.

Questions. «Tout le monde savait, les banques, les notaires, la comptable, les responsables de la justice mais la seule chose qu’ils ont tous essayé de faire, c’est de me décourager et me faire craquer pour des intérêts d’argent.

Elle a lancé une pétition sur «MesOpinions.com» et fait un film de 53 minutes qu’elle a mis sur youtube. «Mon film est vraiment une grande colère contre la justice de mon pays et le manque de courage des français qui disent tout le temps: ‘ce n’est pas mieux ailleurs et si tu n’es pas contente, tu n’as qu’à aller en Roumanie’. Je l’ai écrit et commenté pour mes enfants qui ont énormément souffert de cette situation, ont été pris en otage et n’ont jamais compris ce qui m’était arrivé et pourquoi ils ont dû en subir les conséquences.»

Les médias français n’ont jamais parlé de son affaire, malgré l’envoi de son DVD aux chaînes de télevisions locales (TV8 Mont-Blanc et FR3 Grenoble) et aux journaux locaux (Dauphiné, le Messager, le Faucigny, l’Echo des Montagnes, Pays de Savoie libre). Ils ne sont pas manifestés non plus alors qu’elle manifesté pendant dix années devant le Tribunal de grande instance de Bonneville et, depuis juillet 2013, devant la Cour d’appel de Chambéry.

Elle a aussi envoyé son DVD à la ministre de la Justice et au président de la République.

 

Tags: , , , , ,

6 Responses to “Caroline Depierre, «tout le monde savait…»”

  1. Michèle Herzog 19 octobre 2013 at 16:54 #

    Félicitations à Mme Depierre pour son combat, son courage et sa ténacité. Quant aux médias français, c’est la honte. Merci très vivement à M. Campiche d’avoir publié ce texte. J’espère que Mme Depierre obtiendra gain de cause rapidement, car ce genre de combat prend une énergie considérable. Courage. Mercimpour votre combat.
    Meilleures salutations. Michèle Herzog

  2. ERMEL 22 octobre 2013 at 08:04 #

    J’ai lu et écouté le récit de Madame DEPIERRE. Une justice qui ferme les yeux sur des preuves, oui on aime mieux nous casser les oreilles avec d’autres sujets. Il faut réviser son procès. Quel courage cette femme a! Comment elle fait pour tenir le coup avec de telles injustices à son égard?

  3. Pellet 23 octobre 2013 at 22:17 #

    Quand la justice cautionne les voleurs et renvoie les gens honnêtes sous le prétexte qu’ils sont pénibles parce qu’ils se plaignent … C’est la démocratie qui est en danger. Odile

  4. ARMENANTE 27 décembre 2013 at 16:13 #

    Bonjour
    La France n’est plus un état de droit = Albert Eisntein disait On ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés et comme disait Balzac : La comédie humaine c’est avant tout l’échec du politique. Ce n’est donc pas un signe de bonne santé démocratique que d’être bien adapté à une société profondément malade. Rien ne changera en France …..????, c’est la réalité . En effet La Banque Crédit Lyonnais, M. CAHUZAC ne sont que la démonstration d’un système Gauche Droite de corruption, mafieux quelque soit l’issue judiciaire. Il ne faut pas faire de La Banque Crédit Lyonnais et de M. CAHUZAC les responsables. La démocratie, ce n’est n’est pas un match que l’on gagne ou que l’on perd. Ce n’est pas un combat, c’est la défense d’idées et de projets. Ce qui ne se contrôle pas ne progresse pas, il faut donc moderniser les contrôles à tous les niveaux. Une démocratie sans contrôle est soumise à la médiocrité des Hommes. L’injustice est devenue un métier en France. Il faut ouvrir les yeux, depuis plus de 30 ans les élus, la presse n’ont pas donné le goût de l’absolu aux français mais Les politiques n’ont eu de cesse d’imposer une médiocrité tranquille aux français. La France est devenue médiocrate, la démocratie est devenue la dictature de la loi et la justice est devenue la dictature des magistrats. La France est devenue un pays mafieux et corrompu, son administration fonctionne comme la Mafia. Beaucoup de citoyens, politiques et journalistes naissent aveugles et ils ne s’en aperçoivent que le jour ou une bonne vérité leur crève les yeux. La démocratie, médiocratie, française a atteint ses limites, il faut impérativement apporter les changements nécessaires. Tout cela nuit au développement économique. La démocratie, qui reposait sur le contrôle, s’est endormie sur la complaisance.
    La Réalité de La France depuis + de 20 années=
    http://injustice.blog.free.fr/public/La_Realite_de_La_France_depuis_plus_de_20_annees.pdf

    LE REFLEXE CORPORATISTE NE DOIT PAS REMPLACER LA REFLEXION !

  5. Pamela Jenkins 28 décembre 2013 at 03:11 #

    Oh how I know so well. Injustice, Fraude. Corruption. Blockages. Deliberate discriminations. I know oh so well for so many years. The extreme nastiness. The insults. The corruption is evident in this case as well as mine.

  6. Cretien 8 mars 2017 at 21:30 #

    Ce qui arrive à Caroline Depierre et à Richard Armennante n’est que l’illustration du phénomène souterrain qui sape l’économie d’un pays qui, selon ce que m’en avaient dit en 1986 des Danois, allait devenir la première puissance économique d’Europe en l’an 2000.

    C’était sans tenir compte de ce que la France n’est pas comme le Danemark au premier rang du classement CEPEJ mais au 37e sur 43. En ce qui me concerne, j’avais en 1990 dû intervenir dans la soirée du 12 septembre en tant que médecin pour sortir mon père d’un coma carus alors qu’il était hospitalisé dans un Service de gériatrie de l’hôpital Charles-Foix dans lequel les neurologues du CHU de Bicêtre l’avaient fait transférer trois semaines plus tôt pour qu’il y finisse sa vie plutôt que dans le leur. Il n’avait reçu durant six semaines qu’un traitement inapproprié, ou plus exactement, un simulacre du bon traitement. C’est ainsi qu’Il avait fallu que je prenne la décision de le lui administrer moi-même véritablement. Peu avant de sombrer dans le coma, ma sœur, qui avait été présente avant moi dans sa chambre, m’a rapporté qu’il avait halluciné la visite d’une jeune femme de 18 ans. Dans son délire il l’avait appelée par son prénom. C’était sans doute une de ses relations amoureuses de jeunesse ? Après qu’il s’est contre toute attente (à la surprise générale, commentera le docteur Michel Serdaru, neurologue de la FFN) sorti vivant du coma, mon père n’a gardé aucun souvenir de ce qui s’était passé, au point qu’il a cru qu’il devait la vie aux médecins qui n’avaient fait que semblant de lui administrer le traitement que j’avais à leur place, dû lui administrer de toute urgence.

    J’ai rapporté cette histoire sur mon blog (www.blog de léon – une nuit vitaminée). Quoi qu’il en soit, cette mésaventure a très curieusement initié la découverte d’un syndrome neurologique jusqu’alors méconnu. Il est en France depuis 2003 dénommé “syndrome NDB12PP”. En dépit du fait qu’il soit deux fois plus fréquent que la maladie de Biermer et qu’il soit comme celle-ci curable par une vitaminothérapie B12 intensive, il reste méconnu de la plupart des praticiens français. Ce syndrome ne serait d’ailleurs qu’une forme clinique de la maladie de Biermer. Ce qui est cependant très troublant (paradoxal et choquant), c’est que la résurrection inattendue du malade à été très mal vécue par les médecins de l’AP – HP, qui se sont entendus avec un Conseiller de l’Ordre des médecins (P. B.) pour tenter de me faire appliquer l’article L 460 du Code de la santé Publique et me faire accuser d’avoir moi-même “fabriqué” (sic) la maladie de mon père par “antisémitisme” (sic, dixit la sous direction du CHU de Bicêtre en 2004 après que je me suis adressé à la CADA pour avoir communication du dossier de mon père détenu par le Service du professeur G. S., un dossier qu’il prétendait depuis toujours avoir été perdu cependant que je savais pertinemment par un médecin expert qu’il ne l’avait jamais été.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.