Qui a vécu par la France, périra par la France


Qui a vécu par la France, périra par la France, pourrait-on pasticher.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Face à l’estocade venue de l’hexagone, les ténors de la banque helvétique ne jurent plus que par l’échange automatique des données.

L’histoire a des retournements étonnants: ne sont-ce pas des citoyens français qui, fuyant les ratonnades fiscales dans les années trente, ont incité la Suisse à inventer le secret bancaire?

Aujourd’hui le secret bancaire n’est plus. Ou plutôt si, il continue d’exister, mais dans une perspective géographique modifiée, non européenne. Sinon comment expliquer l’afflux récent d’argent frais dont font état les banquiers.

Faut-il affirmer pour autant que l’on tourne simplement la page, comme le titrait tranquillement un quotidien lémanique la semaine dernière, au lendemain d’une conférence de presse de la plateforme Genève Place Financière? On peut penser ce que l’on veut du secret bancaire, de la philosophie «antipatriotique» qui le sous-tend. Mais comment effacer d’un geste de la main un système qui a déterminé pendant 80 ans la culture économique d’un pays.

Comment ne pas se dire que tourner la page, c’est aussi et surtout retourner sa veste. Les grands banquiers affirment que sans accès au marché européen, ils devront délocaliser. On les comprend mais ils roulent pour eux. Qui compatit au sort d’employés pris au piège de l’opprobre fiscal, gestionnaires de fortune assignés quasiment à domicile, captifs dans leur propre pays?

Qui se soucie du client lambda auquel les banques suisses ne donnent pas d’autre alternative que la clôture de son compte vite fait bien fait et la fuite, la queue entre les jambes? Les récits de ressortissants français abondent, qui font état de fouilles serrées et humiliantes à la douane. Pendant ce temps, de gros poissons trouvent une terre hospitalière sur une île anglo-normande.

Chronique parue dans GHI du 24 octobre 2013.

Tags: ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.