Oui pour voir, un choix stratégique dans le Jura bernois


Pour les Jurassiens bernois, le «OUI pour voir» est l’unique occasion (et même le seul moyen aujourd’hui à leur disposition) d’arracher à la Berne cantonale des concessions significatives pour donner du contenu sérieux à un statut particulier.

PAR JEAN-CLAUDE CREVOISIER

Les Jurassiens bernois ont, dès après le 24 novembre 2013, non pas seulement la possibilité de «voir» ce que pourrait être leur cadre institutionnel dans un nouveau canton partagé avec les habitants du canton du Jura. Un «oui» de leur part dans les urnes leur permettrait également de «voir» jusqu’où pourrait aller l’attachement de l’Ancien canton s’ils lui présentaient des revendications majeures visant à donner de la consistance au «+» d’un futur statut. Comme, entre autres et par exemple, la garantie d’un siège au moins au Conseil national.

Les antiséparatistes se disent attachés au statut particulier que le Canton de Berne leur a consenti. Toutefois ce statut limite les possibilités d’intervention du Jura bernois aux domaines de la langue et de la culture. De plus, cette compétence n’est même pas assortie d’un pouvoir de décision sur ces matières. Les autorités cantonales gardent la main tant sur les choix définitifs que sur le robinet financier. Par ailleurs, le «+» de ce statut, promis par Berne, ne changerait rien à la sujétion politique de la partie francophone du canton si aucune concession n’est faite sur un partage de souveraineté. Et, il faut le rappeler, qu’en cas de divergences, le Jura bernois ne pèserait que 5% du corps électoral cantonal (et 12 députés seulement sur 160)!

La Constitution à laquelle le Jura et le Jura bernois sont invités à s’atteler après le 24 novembre pourrait également réserver des statuts particuliers à chacune des deux parties concernées. Des dispositions qui offriraient par exemple des garanties de représentation au sein d’un futur gouvernement ainsi que dans la délégation du nouveau canton aux Chambres fédérales. Un partage de souveraineté ou l’obligation d’une double majorité pourrait également être clairement établis dans divers domaines sensibles. Dans ce cas de figure, pour défendre si nécessaire leurs intérêts, les districts méridionaux du Jura pèseraient au bas mot 45% du corps électoral total. Une situation incontestablement plus confortable que celle qui lui serait offerte par le canton de Berne.

C’est d’abord pour éviter de se trouver demain confrontés à une telle comparaison que les partisans de Berne dans le Jura bernois appellent à voter «non» le 24 novembre prochain. Mais il y a plus. Ils ne possèdent pas une culture de la revendication et de la négociation politique. Or, le «oui pour voir» ce que Berne serait disposé à leur offrir comme statut les obligerait à prendre demain des initiatives voire à se battre. Ils préfèrent donc s’en remettre à la compréhension et à la bonne volonté des autorités bernoises. Et à continuer de se contenter de leur 5% d’influence sur les choix politiques cantonaux!

Article paru dans “Courant d’Idées“.

Tags: ,

One Response to “Oui pour voir, un choix stratégique dans le Jura bernois”

  1. Joséphine 2 février 2014 at 16:14 #

    La politique donne mal à la tête, mais le vote n’en est pas moins important ! Il faut laisser le peuple de Jura faire son choix. Il n’y a rien de mieux que la démocratie pour pouvoir un pays marché dans les lois et dans les règles.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.