La France du Père Ubu


Quel beau pays, la France. Avec ses autoroutes de plus en plus chères, ses carburants qui ne baissent jamais, ses radars qui flashent à tout va… et ses automobilistes qui roulent sans assurance!

PAR MARC SCHINDLER

Les derniers chiffres du Fonds de garantie des assurances obligatoires (FGOA) font froid dans le dos: il y aurait entre 370 000 et 740 000 véhicules qui roulent sans assurance, soit 1 à 2% des conducteurs. Admirez la précision: du simple au double, autrement dit exact au doigt mouillé! Depuis 2008, les conducteurs non assurés ont augmenté de 28,4% ! Et 59% d’entre eux ont moins de 35 ans.

Le “Figaro”, qui publie ces chiffres, ne commente pas, mais ses lecteurs réagissent. Et c’est un beau florilège de la France d’aujourd’hui. Je passe sur les râleurs contre le gouvernement socialiste, du genre: «Quand les politiques font tout pour couler la nation, il y a évidemment de plus en plus de gens qui essayent de s’échapper par les mailles du filet. A coup de normes, d’interdictions et d’obligations débiles, de taxes en tous genre et de mise en concurrence déloyale avec le tiers-monde, les députés ont poussé une masse de plus en plus importante de citoyens vers les limites.» Et «unandeja2012» (vous voyez l’allusion!) de renchérir: «quand on voit combien coûte une voiture, en entretien, essence surtaxée, qu’on a du mal en à payer son loyer et sa bouffe…. je peux comprendre que l’assurance passe après…» C’est la faute au PS, aux radars, aux limitations de vitesse, à la hausse des impôts, au chômage, bref, la faute à tout le monde sauf la mienne. Les Français ont ça dans les gènes: je fraude le fisc, je ne paie pas, pas vu pas pris, et si je suis pris, je râle. «Et tout ça fait d’excellents Français», comme le chantait Maurice Chevalier.

La France a un système de contrôle plutôt archaïque. Ce sont les garages qui délivrent les plaques d’immatriculation, en principe si vous présentez votre permis de conduire. Mais une photocopie suffit souvent! Vous pouvez aussi acheter votre carte grise et vos plaques d’immatriculation par Internet sur des sites «agréés par le ministère de l’Intérieur». On vous demandera une photocopie de votre carte d’indemnité et une attestation de domicile, mais pas d’attestation d’assurance. Résultat: en 2012, plus de 17 000 voitures roulaient avec de fausses plaques. Et des milliers d’automobilistes reçoivent des PV pour des infractions commises par des faussaires. Comme cet agriculteur dont le tracteur a été verbalisé pour stationnement interdit sur les Champs-Elysées ! “Encore une fois, je veux m’enrichir, je ne lâcherai pas un sou”, aurait dit le Père Ubu.

Depuis cette année, le vieux permis de conduire rose a enfin été remplacé par une carte à puce, format carte de crédit valable 15 ans pour lutter contre la fraude. Mais seulement pour les nouveaux conducteurs. Les autres garderont leur permis rose jusqu’en…2033 ! Et pas question d’inclure dans la puce les coordonnées de l’assurance, sa validité et le nombre de points restants. Les Français continuent à coller sur leur pare-brise un petit papillon vert de papier délivré par leur assurance auto. Et comme les gendarmes ont été remplacés par des radars, des milliers de Français peuvent rouler pendant des années sans permis et sans assurance. Et ils s’en vantent même! Equiper les gendarmes d’un lecteur de carte pour contrôler mon permis et mon assurance? Ca va pas la tête, vous voulez la révolution?

Tous les pays ont le même problème avec les assurance auto. Mais la plupart ont trouvé des solutions. Toujours selon un lecteur du “Figaro”: «En Allemagne, pour immatriculer son véhicule, il faut obligatoirement être assuré. Pour cela il suffit de contacter son assureur par téléphone ou en ligne et de lui faire part de la nouvelle voiture à immatriculer. L’assureur génère un numéro de code à présenter lors de la démarche à la préfecture. Par téléphone, ça prend 5 minutes. Sans ce code, l’immatriculation n’est pas possible, donc pas de plaquettes. Les données sont ensuite échangées et vérifiées automatiquement entre l’assurance et la préfecture. Toute la procédure d’immatriculation y inclus les nouvelles plaquettes ça prend 20 minutes.» Ach, die deutsche Effizienz!

Et notre admirateur de Berlin de préciser: « En cas de non-paiement de l’assurance, la préfecture est automatiquement alertée par l’assureur et une procédure judiciaire est immédiatement engagée. Première réaction la police débarque chez le propriétaire pour lui retirer les plaquettes d’immatriculation. Ensuite amende ou prison ferme de 6 mois à un an plus un retrait temporaire du permis de conduire. » Non mais, vous imaginez ça en France: la police vient me prendre ma précieuse bagnole? J’appelle mon avocat, je téléphone à mon député, j’installe une banderole sur ma maison, j’alerte les médias!

Dans mon pays, la Suisse, c’est le Bureau cantonal des autos qui gère les plaques, et pas des garages privés. Il ne vous remet des plaques pour votre voiture que si elle est assurée; si ce n’est plus le cas, vous devez rendre les plaques. On peut utiliser deux voitures avec un seul jeu de plaques et on paie une assurance plus chère. Les plaques sont interchangeables entre voitures. Et pourquoi ce qui est possible en Suisse et en Allemagne ne l’est pas en France? Comme disent les politiciens quand ils ne savent pas quoi répondre: bonne question, merci de l’avoir posée!

Ancien journaliste de la TV romande, l’auteur vit dans le Gard.

Tags: ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.