Dérives bancaires, citoyen pantois


D’où viens-je? Qui suis-je? Où va la Suisse?

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

HSBC, UBS, la succession de scandales éclaboussant la place financière helvétique laisse le citoyen pantois. Doit-il compatir aux malheurs des peuples dont les élites s’engraissent en plaçant indûment leurs avoirs dans les coffres des banques? Faut-il qu’il se batte la coulpe pour avoir cautionné ce recel systématique?

Non qu’il se soit jamais fait beaucoup d’illusions sur la pureté des comptes numérotés et autres artifices dissimulatoires. Triste monde, larmoyait le quidam en joignant les mains lorsqu’il apprenait l’existence de telle ou telle demande d’entraide judiciaire relative aux avoirs d’un dictateur déchu. La bonne conscience helvétique s’alimentait du refus de l’angélisme. Surtout ne pas donner un blanc-seing aux concurrents de la Suisse, ces îlots franco-anglais ou antillais qui récupèrent sans vergogne et sans opprobre international la fortune des évadés du fisc.

Des décennies durant, Suissesses et Suisses ont clamé leur attachement au secret bancaire.
Aujourd’hui cet amour semble éteint. Tué par le syndrome de Calvin. Que dirait le chaste réformateur de l’immorale dérive? Tous des pourris, nettoyons les écuries d’Augias! Mais alors comment interpréter les sondages annuels menés pour le compte des communautés de banquiers? Etaient-ils truqués? Se pouvait-il que la population n’éprouvât en réalité qu’un sentiment mitigé face à ce que l’establishment, avec la constance d’un métronome, présentait comme le fonds de commerce de la Suisse, la raison de sa prospérité?

Ho-la-daï-ti-yo, tournez la page! Franc surévalué, bilatérales en péril, banques sur la sellette. Tout fout l’camp, chantait Mouloudji. Il serait temps, décidément, que les gouvernants s’attellent à une véritable réflexion sur l’avenir du pays.

Chronique parue dans GHI du 25 février 2015.

Tags: ,

4 Responses to “Dérives bancaires, citoyen pantois”

  1. Bernard Walter 26 février 2015 at 08:48 #

    Bel article, Christian. Belle peinture de la place du système bancaire en Suisse, côté scène la fierté du pays, côté coulisse ce que l’honnête citoyen ne voulait pas voir… et voilà que tout cet édifice se lézarde …
    En quelques mots, tu as résumé 50 années d’Histoire.

  2. Pierre-Henri Heizmann 26 février 2015 at 09:55 #

    Mais finalement notre pays, la Suisse, en a-t-elle encore un… d’avenir?

  3. Juan Carlos 26 février 2015 at 15:03 #

    Je n’aurais pas mieux dit que Bernard Walter. Nous avons besoin d’une thérapie collective. Il est grave ce déni collectif

  4. Schindler 26 février 2015 at 19:07 #

    Calvin a bon dos, d’abord il était français. Mais, c’est vrai, il faut que le Conseil fédéral s’attelle au travail. Quand on lit le procureur de la Confédération et les représentants des banquiers, on se dit que c’est pas demain la veille que la Suisse ne lavera pas plus blanc !

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.