Banque centrale, les plaies d’Egypte et le bon sens


Un ancien très haut responsable de la BNS a qui je posais la question de savoir si l’institut d’émission activait la planche à billets pour sauver la finance helvétique de la noyade me répondit d’une manière à la fois ironique et irritée: «Mais qu’est-ce que vous allez croire là?».

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Ce devait être peu de temps après le krach des subprimes. Aujourd’hui il n’est plus personne pour oser douter de l’action intensive de la BNS visant à fabriquer du franc suisse, surtout virtuellement. Le maintien de la monnaie helvétique à un niveau supportable pour les exportateurs justifie cette entorse au dogme économique classique selon lequel la production abusive de monnaie est cause d’inflation, l’une des sept plaies d’Egypte quand la hausse des prix dépasse un certain pourcentage.

Faut-il déduire de cette anecdote que l’on ne doit pas prendre les déclarations de dirigeants de la BNS pour de… l’argent comptant? Ou bien convient-il de penser que la situation mondiale a évolué de telle manière que la gouvernance des banques centrales échappe désormais au bon sens? Peu engageants sont les résultats de la BNS au premier trimestre de l’année 2015. Moins en soi en raison de la perte record de 30 milliards que de l’incertitude révélée par les placements en devises.

La BNS a réduit ses engagements en euro, ce qui est la moindre des précautions. En pleine dégringolade, la monnaie européenne n’en constitue pas moins encore 42% de ses réserves en devises, une proportion qui restera importante, dans la mesure où la BNS n’a pas envie de transformer en perte réelle ce qui n’est encore qu’une moins-value comptable. Ce faisant, elle va se trouver dans le même état psychologique que le détenteur d’actions UBS achetées avant 2008, lorsqu’elles valaient cinq fois plus qu’aujourd’hui. Dégoûtée.

Chronique parue dans GHI du 6 mai 2015.

Tags: , ,

2 Responses to “Banque centrale, les plaies d’Egypte et le bon sens”

  1. Schindler 6 mai 2015 at 16:54 #

    Bonne analyse, mais le président de la BNS n’est pas encore Pharaon !

  2. Pierre-Henri Heizmann 9 mai 2015 at 17:50 #

    « Un système complexe est un ensemble constitué d’un grand nombre d’entités en interaction qui empêchent l’observateur de prévoir sa rétroaction, son comportement ou évolution par le calcul. » Cette triviale définition tirée de Wikipedia n’illustre-t-elle pas l’insoluble situation du système économique mondiale? Quand la « bouteille à encre » devient un standard de gouvernance financière au même titre que la prise USB, le bon sens fait figure de pachyderme inscrit sur la liste rouge de la CITES… Et pourtant le XXI ème siècle sera à contre sens du bon sens qui ne saurait mentir… Pardonnez-moi cette ab-sens…je dis-vague!

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.