Les coups d’encre de Sam – Je m’abstiens parce que la politique n’est pas un hobby, c’est une valeur


J’ai tout ce qu’il me faut, remballe ton matos … 

PAR SAMUEL WAELTI

Voilà pourquoi je n’allais pas voter.

Maintenant, la Suisse a penché du côté obscur de la force. Le journal italien “Corriere Della Sera” va même jusqu’à décréter que Magdalena Martullo-Blocher, de l’Union démocratique du centre, est la “Le Pen Suisse” .

Et je n’ai rien vu venir…

Mr. Colucci, Coluche pour les intimes, disait : “Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que se serait interdit “.

Cette sentence m’est restée comme un arrière goût dans la bouche et a longtemps assaisonné toute ma conception politique. Dans le même temps – et là Monsieur Orwell vient alimenter mon propos – «Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime! Il est complice.» Les évènements suisses et internationaux ne viennent en tous les cas pas démentir cette opinion que je partage, alors la question se pose: pourquoi devrais je me sentir concerné?

Certes, les chiffres sont alarmants, selon un article de “Bluewin.ch”: 50 % des Suisses ne votent pas!

Suggestion: le manque d’intérêt pour le sujet, ne serait t-il pas dû au manque d’intérêt des politiques pour une génération poussée avec un effort constant vers l’ individualisme exacerbé et la distraction?

Et puis, à l’ère informatique où il suffit de claquer des doigts pour obtenir. Où envie et obtention en deviennent même une lapalissade, ce n’est malheureusement pas une affiche en papier bio qui va donner cette impression d’être important pour le conseil fédéral.

Malheureux, je le conçois…

Le but serait de rallier la jeunesse à une cause?

D’accord, concevez que leur intérêt personnel ne sera pas de venir à vous et penchez-vous sur ce qui peut leur être apporté.

La démocratie helvétique est un système envié dans le monde entier. Ok, ne vous endormez pas sur vos lauriers, le piment de la chose n’est pas là. Il est où le susucre?

Il est où le show à l’américaine, les slogans qui font rêver?

Bah , apparemment en vacances. Ce ne sont pas 3 pancartes avec des têtes de vainqueur qui vont donner la sensation d’avoir un minimum d’influence dans un quelconque changement.

Malheureux, je le concède…

On tâte trop souvent l’animal politique autour d’une table où Papa, Maman débattent de la gauche et de la droite de la même manière que mes potes se prennent la caboche sur le PSG et l’OM. On l’aborde trop souvent comme une simple matière entre une période de mathématique et d’histoire.

La politique n’est pas un hobby que l’on pratique pour affirmer notre désaccord ou pour impressionner Tata Josette. C’est une valeur. Une valeur qui devrait nous être enseignée comme telle. L’âme d’un peuple qui est souverain, l’âme de la liberté d’expression. La chance de faire entendre sa voix sans être sanctionné grâce au vote.

Souligner l’importance qu’elle nous confère devrait satisfaire l’ego de la génération fastfood. Mais nos politiques et nos enseignants sont trop souvent occupés à nous faire avaler n’importe quoi.

Jusqu’à l’indigestion, malheureusement, du coup, je m’abstiens.

Tags: , , , , ,

4 Responses to “Les coups d’encre de Sam – Je m’abstiens parce que la politique n’est pas un hobby, c’est une valeur”

  1. Christian Campiche 16 novembre 2015 at 10:54 #

    Trop de politiciens fonctionnent à la manière d’une caste. Des élus qui se cooptent parmi. Ils flattent les bobos qui financent leur campagne électorale et relaient leurs salades dans les médias. Ils roulent pour les poids-lourds de la mondialisation et font le jeu des spéculateurs sur le dos de la population. Des édiles prennent des centaines de millions dans la poche du contribuable pour construire des projets culturels mégalomaniaques. Au parlement et dans l’administration, personne n’ose les contester. Parallèlement ces mêmes élus manifestent peu d’empathie pour les petites gens qu’accablent les problèmes de fin de mois, les chômeurs qui sombrent dans la dépression, les paysans qui se suicident. Il ne faut pas s’étonner du désarroi du citoyen, la jeune génération surtout. Samuel Waelti, l’auteur de cet article, a 18 ans!

  2. Bernard Walter 16 novembre 2015 at 18:34 #

    Merci Christian de cette excellente réponse et de la sensibilité qu’elle montre.
    J’ai moi-même posté un commentaire en réponse à l’Editorial du prochain numéro de l’Essor auquel je collabore. Ce qui suit en est une version un peu modifiée.

    “Pour ces dernières élections, je n’ai pas voté car je ne crois pas en ce système où le parti socialiste, censé défendre les classes des travailleurs, n’est plus qu’un parti bourgeois coupé de toute base ouvrière. Ces socialistes dont l’ennemi premier, depuis 1945, a toujours été les partis ouvriers. Ce qui a finalement eu pour conséquence qu’une grande partie de la base électorale historique des partis de la vraie gauche se retrouve à voter pour la droite populiste, et ce dans tous les pays d’Europe !
    Nous nous retrouvons aujourd’hui dans un système de dictature de la finance, ces messieurs dames de la politique étant réduits au rôle de serviteurs consentants, dont en fin de compte le mobile principal est l’avancement personnel. Je ne vote pas pour une telle classe politique.
    Il n’empêche qu’en Suisse, certaines individualités échappent à la norme, indépendamment de leur appartenance politique.J’en viens à considérer certains d’entre eux comme des héros, parce que ce sont des résistants, et ce même si je peux ne pas toujours être d’accord avec leurs positions.
    Ce sont Jean Ziegler, Franz Weber, Dick Marty. Je les aime bien, avec un faible pour le dernier. Et puis l’écrivain Friedrich Dürrenmatt.
    Et évidemment Bruno Manser, que j’ai eu le privilège inoubliable de côtoyer un jour à l’ONU. Bruno Manser a donné sa vie quelques semaines plus tard pour la cause qu’il défendait, en sachant ce qu’il risquait.
    Je ne m’étonne pas du profond oubli dans lequel le tiennent les nains de Berne.”

  3. Laurent 17 novembre 2015 at 10:33 #

    Bonjour Christian,
    Curieux comme tous les pays qui ont choisi la représentation parlementaire et la votation se prétendent des démocraties alors qu’elles sont au mieux des oligarchies électives c’est à dire un système qui tient plus de l’aristocratie que de la démocratie et la liberté de la presse et le suffrage universelle ni change rien : quelques lectures pour y voir plus clair et affirmer que voter ne sert à rien ce n’est pas cela la démocratie… la démocratie, selon moi et d’autres, est un processus lent dans lequel tout un chacun doit avoir la possibilité de s’exprimer et dans lequel la décision n’est pas celle d’un majorité mais celle qui fait concensus où personne ne se sent exclu.
    David Van Reybrouk “contre les élections” pour des propositions concrètes
    Dernard Manin “principes de la démocratie parlementaire” pour comprendre le système actuel
    Francis Dupuy-déry “Démocratie : histoire politique d’un mot” pour un regard critique sur le mot et le système qu’il ne décrit pas
    “J’ai pas voté” documentaire sur la démocratie et le régime parlementaire
    “J’ai pas voté- le tirage au sort en politique” Débat
    Mogen Hansen “la démocratie athénienne au temps de démosthène” pour un regard précis sur les principes de la démocratie athénienne.
    Dominique Rousseau “radicaliser la démocratie” pour d’autres propositions de renouvellement de notre système parlementaire.
    Simone Weil “Note sur la suppression générale des partis politiques”.
    Bonnes lectures

  4. Christian Campiche 17 novembre 2015 at 11:55 #

    Laurent: merci pour vos suggestions de lecture, il n’y a pas d’âge pour se former et apprendre! Les échanges sont de toute manière enrichissants quand ils restent sur le terrain de la correction. Cela dit, je vous rassure: mon petit message n’a pas pour but de dissuader qui que ce soit d’utiliser les instruments de la démocratie, le moins mauvais système politique, pour paraphraser un homme d’Etat anglais que vous connaissez bien, je suppose. Non, je manifestais humblement ma compréhension envers la perplexité d’un jeune Suisse qui a le mérite de savoir s’exprimer sans agressivité, au demeurant avec talent, dans un style étonnant de maturité pour son âge. Bien cordialement, C.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.