Le Père Noël est en or dur


Cette année encore les magasins feront le plein de chalands pour satisfaire cette vieille tradition des cadeaux que le Père Noël déposera délicatement dans les chaussures des enfants sages… mais aussi des adultes souvent moins sages.

PAR ALBERT EBASQUE, NÎMES

Pour ce faire, les commerçants font des efforts exceptionnels afin d´attirer le client: ouvertures «non-stop» jusqu’à des heures tardives, travail le dimanche, recrutements de personnel pour endiguer une foule compacte… Cette folie collective fait exploser pour quelques jours le Code du Travail à la satisfaction de tous: les clients bien sûr, mais aussi les employés qui y trouvent leur compte malgré les réticences d’une partie du monde syndical.

Les commerces traditionnels tirent donc leur épingle du jeu, mais internet prend chaque année une part plus importante du gâteau: il faut voir ces entrepôts gigantesques équipés de robots, de palettes et de rayonnages infinis, des rayonnages garnis de milliers ou de millions de paquets qui, habilement gérés par de puissants ordinateurs, trouveront aisément le chemin de leur destinataire. Et nous ne sommes qu’au début de cette ère du commerce dit «en ligne». Dans quelques années, le petit commerce de proximité non connecté aura totalement disparu de nos villes et il faudra alors passer sous les fourches caudines de Sa Majesté Internet.

Il y a fort longtemps – je vous parle d’un temps que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître – le Père Noël se fournissait au magasin du coin qui avait d´ailleurs pignon sur rue. Dans la ville près de Paris où j’habitais, ce magasin s’appelait «Au rêve des Mères» et était spécialisé dans les jouets pour enfants. Je me suis d’ailleurs toujours demandé pourquoi cet endroit portait un tel nom alors que la plupart des mamans prenaient des crises de nerfs en faisant entrer leurs bambins dans cette caverne d’Ali-Baba. Mais à partir du 1er Décembre, les jeunes têtes blondes n’étaient pas les bienvenues car cette période était évidemment réservée au Père Noël qui venait faire ses achats pour les enfants sages.

Il y a des années que ce magasin a disparu, remplacé par je ne sais quel vendeur de lunettes. Mais la magie de Noël est toujours présente et n’est pas prête de s’éteindre. Simplement, au lieu de se rendre chez son petit fournisseur habituel il faut maintenant se coltiner les grandes surfaces et leurs foules compactes ou bien surfer sur la toile pour essayer de trouver le cadeau qui fera plaisir. Finis les conseils personnalisés, le sourire de la caissière accorte ou de la gérante aux formes généreuses. Sur l’écran noir de mes nuits blanches, je passe commande à un Père Noël virtuel qui sait tout sur ma Carte Bleue et pourra certainement acheminer vers moi les objets demandés. Tout cela est devenu une véritable industrie qui traduit à la fois le dynamisme de nos économies, les avancées de la technologie et l´ancrage des traditions chez la plupart de nos contemporains. Le vieil homme en rouge et à la barbe blanche n’est donc pas près de jeter son costume aux ordures (poubelle verte) car son business est en or dur.

Tags: ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.