La saga des stades de Lausanne


Depuis le 15 décembre dernier et jusqu’au 25 de ce mois, le plan partiel d’affectation pour le stade de football de la Tuilière dans le quartier de la Blécherette à Lausanne fait l’objet d’une enquête publique.

PAR CHRISTIANE BETSCHEN-PIGUET

C’est un pas de plus vers la réalisation d’un stade de football de 12 000 places appelé à remplacer partiellement celui de la Pontaise, ce fameux stade que les Autorités lausannoises veulent à tout prix démolir, comme le prévoit le projet «Métamorphose».

Cette enquête suscite des questions, dont les suivantes :

L’époque de mise à l’enquête. Est-ce intentionnel que les Autorités aient choisi la période des fêtes de fin d’année pour cette procédure? Les périodes de fêtes et de vacances sont en général choisies par les promoteurs soucieux de faire passer plus facilement un projet!

Le remplacement du stade de la Pontaise. Pourquoi vouloir construire un nouveau stade de football et démolir celui de la Pontaise? La grande valeur patrimoniale de ce stade mérite quelques explications.
Depuis octobre 2006, les associations de protection du patrimoine, dont en première ligne Patrimoine suisse section vaudoise, défendent le maintien du stade de la Pontaise. Ce stade, édifié pour la Coupe du Monde de football de 1954 selon les normes les plus récentes de ce temps-là, est un des monuments de Suisse les plus remarquables de cette époque: forme accomplie, efficacité fonctionnelle, cohérence de l’implantation, tels sont les atouts reconnus par l’expertise du Prof. Franz Graf de l’EPFL, autorité en la matière. Malgré des adaptations en vue du confort et de la sécurité ayant entraîné une réduction de capacité à 15 000 places, le stade est resté dans un état proche de son origine. Autre qualité, il concilie stade de football et piste d’athlétisme, piste dont les qualités ont été vantées par les meilleurs sportifs du monde.

Ce stade nécessite quelques travaux de restauration mais rien à comparer avec les cinq millions que coûtera sa démolition (sans parler des nuisances que cette démolition engendrera dans un quartier qui se veut «durable») et les dizaines de millions que coûtera la dispersion prévue des installations, à la Tuilière pour le football et à Vidy pour l’athlétisme.

Cette opération de démolition/reconstruction ne serait-elle justifiée que par le souhait d’une équipe de football d’avoir un terrain libéré de piste d’athlétisme?

La pertinence des investissements. Tous ces millions dépensés ne seraient-ils pas mieux investis dans la formation sportive des jeunes? On sait qu’en Suisse, la formation sportive d’un jeune revient très cher à sa famille et qu’elle n’est pas à la portée de tous!

A ce sujet, on peut faire un rapprochement avec la construction du «pôle muséal» qui va encombrer un peu plus le secteur de la gare CFF alors que la Place de la Riponne mériterait plus d’animation, une animation qu’amènerait un Palais de Rumine transformé et agrandi. De plus, la dispersion de certains musées en différents sites est un plus pour le tourisme, favorisant la visite de la ville! Là aussi, les sommes dépensées auraient pu être réparties autrement, tenant compte de formes de culture moins élitaires.

En conclusion, le stade de la Pontaise doit être maintenu, conservant au football et à l’athlétisme la place qu’ils occupent aujourd’hui.

Un stade de plus à La Tuilière n’est vraiment pas justifié!

Tags: , , , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.