Affaire Légeret, un livre conclut à l’erreur judiciaire


François Légeret a été condamné à perpétuité pour un triple crime qu’il n’a pas commis, il doit être libéré immédiatement. Telle est la conclusion de l’enquête que publie Jacques Secretan dans son dernier livre, «Un assassin imaginaire». «L’erreur judiciaire saute aux yeux» a déclaré hier le journaliste vaudois devant la presse.

A l’appui de son argumentation, Jacques Secretan apporte un élément nouveau, le témoignage du fils d’une boulangère qui a servi deux victimes, la mère adoptive de François Légeret et une amie, le jour présumé de leur mort, en décembre 2005. L’auteur de l’ouvrage s’en prend en outre à la thèse de l’un des experts pour qui l’accident est exclu.

François Légeret a vu sa peine confirmée par le Tribunal fédéral en 2011. «Depuis on maintient en prison une personne pour rien», insiste Jacques Secretan. Ce dernier a annoncé qu’il comptait interpeller sans délai le procureur général vaudois en vue d’introduire une demande de révision du procès.

Jacques Secretan est déjà l’auteur d’un livre sur une autre affaire qui a défrayé la chronique judiciaire vaudoise, la condamnation pour meurtre à 14 ans de prison du généticien français Laurent Ségalat. Le journaliste demande également la révision du procès.

«La Suisse pourrait entrer dans le Guiness Book des erreurs judiciaires. Certains Etats américains n’ont pas bonne réputation mais s’il faut choisir entre le Texas et le canton de Vaud, je choisis le Texas», commente Jacques Secretan.

«L’affaire Légeret – Un assassin imaginaire», par Jacques Secretan, Editions Mon Village, 2016.

Tags: , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.