La mortalité des migrants qui traversent la Méditerranée est en hausse


Martin serre dans ses bras le petit enfant migrant noyé pendant son voyage vers l’espoir.

PAR JESSICA CAVALLERO

Martin est l’un des bénévoles de l’organisation humanitaire allemande Sea-Watch engagée dans des opérations de recherche et de sauvetage de migrants en Méditerranée.

Le petit migrant a été trouvé vendredi dernier après le naufrage d’un bateau en bois entre la Libye et l’île italienne de Lampedusa.

L’organisation a publié cette photo pour convaincre les gouvernements à ouvrir un canal humanitaire destiné à éviter ces tragédies à répétition.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), au moins 304 enfants sont morts depuis la découverte du petit Aylan, l’enfant kurde syrien noyé dans la Méditerranée l’an passé. 1000 enfants non accompagnés sont arrivés chaque mois en Italie cette année, souligne le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

L’histoire d’Aylan avait choqué l’Europe. Son image avait été largement reprise dans la presse européenne.

L’image du petit serré entre les bras de Martin nous raconte que trop peu a été fait pour éviter ce massacre.

La semaine dernière Joel Millman, porte parole de Oim, avait dit que le mois de mai avait été le moins létal pour les migrants avec 1370 décès enregistrés depuis le début de l’année, 25 pour cent de moins qu’à la même période de 2015. En mai 2016 «seulement» 13 décès avaient été enregistrés sur la route de la Méditerranée, contre les 330 du mois de mai 2014 et les 95 du mois de mai 2015.

«La situation, a-t-il déclaré à la presse le 31 mai 2016 à Genève, a brutalement changé en une semaine».

Selon les organisations humanitaires, les trafiquants cherchent à maximiser leur profit avant le début du Ramadan la semaine prochaine. Ils font embarquer chaque fois des centaines de personnes sur des petits bateaux non équipés pour traverser la Méditerranée.

La semaine dernière 880 migrants sont morts, plusieurs navires ayant fait naufrage en tentant de rejoindre l’Italie.

Le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon a indiqué avec un grand désarroi que l’année 2016 se révèle être particulièrement meurtrière avec près de 2510 vies perdues, contre 1855 durant la même période de 2015, selon le communiqué. Mais laissons tomber les chiffres.

Il y a quelques jours une petite malienne de neuf mois a été sauvée d’un bateau coulé dans la Méditerranée. Maintenant elle est saine et sauve mais sa mère enceinte est morte. Une demi-bonne nouvelle. Peut on vraiment penser que c’est suffisant de sauver une vie?

La mort d’Aylan aurait du changer le regard de l’Europe. Tout au long de ces mois, le regard a toujours été le même et le macabre décompte des morts et des enfants continue.

L’Europe semble être paralysée par cette crise humanitaire. Elle n’inspire plus confiance. En même temps, le populisme séduit de plus en plus.

Les personnes migrantes sont des êtres humains à la recherche de protection et de perspectives. Il suffirait d’y penser pour changer le regard.

Tags: , , , , ,

2 Responses to “La mortalité des migrants qui traversent la Méditerranée est en hausse”

  1. Christian Campiche 4 juin 2016 at 15:21 #

    On pouvait l’aimer ou le détester, Kadhafi faisait la police sur les côtes libyennes. Les pays qui ont déstabilisé la Libye, y apportant le chaos, sont les principaux responsables de cette catastrophe humanitaire.

  2. Heizmann 5 juin 2016 at 08:11 #

    Souvenons-nous des chantres de tous poils du Printemps arabe, alors fort loquaces sur les médias… Leurs silences glacant d’aujourd’hui jalonnent ce bien triste hiver…

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.