Nice, un terroriste venu de nulle part…


«Un terroriste venu de nulle part» titre le quotidien “Le Courrier” du 18 juillet 2016 à propos du conducteur fou de Nice.

PAR BERNARD WALTER

A voir son nom, on peut bien imaginer que cet homme est pourtant de quelque part, qu’il appartient à une communauté passablement discriminée, et que son coup de folie lui est inspiré par un courant de révolte qui traverse les continents.

Et maintenant nous apprenons qu’un jeune réfugié Afghan (âgé de 17 ans) a attaqué au couteau des passagers dans un train en Allemagne avant d’être tué par la police.

Lui, on sait d’où il vient. D’un pays massacré depuis des décennies, par l’URSS d’abord, puis par les USA et leurs amis.

C’est le grand désarroi chez nous. Je tire trois commentaires du Figaro-en-ligne qui sont un bon résumé d’un sentiment de plus en plus majoritaire dans nos pays, semble-t-il. Et qui reflètent l’immense majorité des centaines de commentaires envoyés par les lecteurs.

«Avant l’immigration massive, il y avait la paix en Europe. Nos propres dirigeants ont trahi l’avenir de nos enfants.»

«Par leur inconscience et leur haine des peuples européens, Merkel, Hollande, Valls, Juncker et les autres vont transformer l’Europe en champ de bataille.»

«Honte aussi aux associations de gauche, totalement irresponsables qui devraient être poursuivies aussi pour complicité passive.»

Ce qui traduit les deux réactions suivantes:

– Nos dirigeants sont des incapables et des faibles.

– On ne veut pas de ces réfugiés.

Mais: si nos armées américaines et alliées étaient restées à la maison, il y aurait mille fois moins de réfugiés, lesquels n’auraient pas de raison de considérer l’Occident comme leur ennemi.

Ce garçon venu d’Afghanistan, combien de frères et de proches a-t-il perdus ou vu mourir avant de quitter sa terre natale pour se retrouver, encore enfant, dans un milieu qui le laisse totalement déraciné, même si on s’efforce de l’accueillir correctement? Il a alors tout pour partir dans une dérive contagieuse.

Les traumatismes et sentiments d’injustice et de vengeance ne touchent pas que les êtres humains européens lorsqu’ils sont victimes de chocs émotionnels, d’actes de guerre et d’actes barbares.

Aux USA, le phénomène intérieur que le pays vit est d’une nature semblable. Les vidéos successives de policiers assassinant des noirs hors d’état de nuire déclenchent un processus de guerre civile marqué par des gestes totalement imprévisibles de noirs qui n’acceptent plus les discriminations dont ils sont victimes, lesquelles remontent à des décennies, voire des siècles. Mais si le gouvernement fait preuve d’intelligence et pratique une véritable politique de justice sociale, le problème est maîtrisable.

Alors qu’à l’échelle du monde, c’est une machine infernale qui est en route. Nous en ressentons maintenant chez nous, sur nos terres, les lourdes conséquences.

Comment stopper cette machine?

Tags: ,

17 Responses to “Nice, un terroriste venu de nulle part…”

  1. Christian Campiche 19 juillet 2016 at 18:47 #

    L’histoire de l’humanité regorge hélas de massacres de populations revendiqués au nom du talion. Tu tues mes frères, je tue les tiens! En Europe, le dernier exemple en date fut l’ex-Yougoslavie. Un peu plus loin dans le temps, l’humiliation subie par l’Allemagne à Versailles expliquait la guerre mais ne justifiait pas les crimes nazis. La violence attire la violence dans une spirale sans fin. Les religions sont instrumentalisées. Que les marchands d’armements exploitent ces abominations au point de s’en faire le moteur, là se situe le plus grand scandale.

  2. Yasmine Motarjemi 20 juillet 2016 at 11:51 #

    Cette machine infernale qu’ est l Etat Islamique!

    Ce que les assassins de l Etat Islamique cherchent est de créer l’indignation et de devenir célèbres. Avec notre réaction nous donnons exactement ce qu’ils demandent.

    A l’occasion de leur violence, les chefs d’Etat se réunissent, les pouvoir politiques se critiquent, le peuple s’ émeut, les médias commentent en long et en large leurs actes ignobles; exactement ce qu’ils veulent : la déstabilisation de la société occidentale. Ainsi, les assassins deviennent les héro d’EI, un modèle pour les autres.

    En même temps d’ autres crimes ont lieu en Europe, dans le monde, en silence. Alors, que la médiatisation de ces crimes et des mesures disciplinaires peuvent diminuer les tensions sociales et prévenir les injustices, on étouffe l’information, on néglige les problèmes, et pire on envoie les victimes chez les psychiatries pour qu’elles prouvent leurs blessures.
    Pourtant, ce sont ces criminels potentiels qui ont, en premier, besoin des psychiatres.

    Une approche policière envers ce problème naissant qu’est le jihadisme ne peut être efficace qu’à court terme. A long terme, nous avons besoin de la mobilisation du corps médical, de psychologues aux sociologues et psychiatres, pour trier les criminels potentiels parmi les réfugiés, traiter le traumatisme des victimes de guerre et remédier aux injustices sociales.

    Nous avons une situation perverse :

    i) Les victimes doivent aller chez le psychiatre pour prouver leurs blessures,
    ii) les grands criminels agissent en silence et dans l’ impunité totale,
    iii) les assassins deviennent des célébrités, sèment le chao et mobilisent les pouvoirs publics,
    iv) le peuple est laissé avec ses problèmes journaliers

  3. Christian Campiche 20 juillet 2016 at 17:30 #

    Dans le cas du tueur de Nice, il s’agissait quand même d’un type très bizarre, narcissique, obsédé sexuel, pervers, etc… Du moins à en croire les médias ou plutôt l’information officielle…

    Daech est en train de revendiquer tous les crimes commis par des personnes isolées, c’est sa nouvelle tactique maintenant que cette organisation subit des revers sur le terrain.

    S’attaquer à des femmes et des enfants est quand même très lâche. Les kamikazes qui n’ont aucune chance ou presque de s’en sortir ont-ils vraiment du courage? On ne se pose pas assez la question de savoir pourquoi on ne les arrête pas et on ne les juge pas, tout simplement. Cela permettrait de mieux cerner leur psychologie.

    Bien sûr le crime est sans commune mesure avec l’énormité des destructions de villes plus ou moins aveugles, issues de bombardements par des drones et autres missiles mais rien ne justifie le meurtre d’êtres innocents.

    Là où je suis entièrement d’accord, c’est que l’Occident a pourri le contexte culturel en intervenant partout à la manière du cowboy contre les indiens. Il en paie le prix. Saleté de matières premières, saleté de pétrole!

    Les Chinois qui pillent allègrement le sol africain n’ont pas ce problème, pourquoi?

  4. Bernard Walter 20 juillet 2016 at 17:32 #

    Oui mais…

    Victimes innocentes, il y en a eu des millions partout dans le monde, victimes des armées et des politiques de nos pays.

    Alors à un moment donné, ils en ont assez. Et, à la différence des MM. Bush, Obama et tous les consorts, les types qui font ça, il y laissent leur vie. A 17 ans, ça veut dire beaucoup.

    Après, les médias ont tout intérêt à agiter le drapeau du taré manipulé par des organisations islamistes. Alors vrai ou faux, dans ces domaines, je ne crois plus ce que ces médias me racontent.

    D’ailleurs, c’est quelque chose de très frappant dans les commentaires: les gens ne croient plus que ce qu’ils veulent, selon vers quel bord ils penchent. Et ils ont une énorme méfiance envers l’information officielle. Ils ne la prennent généralement que si elle les arrangent. Ils sont très méfiants lorsque les journaux disent très vite que les attentats ont été revendiqués. Hollande a commis une grosse faute en alléguant sur le champ une telle chose sans qu’elle soit vérifiée.
    Et quand on va écraser l’Irak, on n’a même pas besoin de dire que Bush fils est un taré manipulé par des sectes protestantes.

    Et maintenant, c’est un véritable état de guerre. Les Arabes et peuples du Sud ont eu (ou ont) des guerres, nous avons maintenant une espèce de guérilla dont personne ne peut dire où cela nous mène.

    L’avantage pour les terroristes individuels qui opèrent chez nous, c’est qu’avec très peu de monde, ils font des ravages psychologiques énormes. Pour en faire autant, nos pays ont besoin de forces considérables qui coûtent un prix considérable.

  5. Christian Campiche 20 juillet 2016 at 17:35 #

    La violence m’horripile quelles qu’en soient les motivations et les raisons.

    A ma modeste dimension, je me sens très Gandhi et Luther King. Peut-être suis-je naïf ou trop romantique mais je ne parviens pas à entrer dans un raisonnement «talion », comme je l’écris.

    Autre chose est la compréhension historique des événements (causes des guerres). Là je partage votre avis, cela ressort aussi de mon message posté sur la Méduse.

    Vous savez, ma mère était hongroise. Elle a vécu les bombardements de Budapest en 1944 et parlait des Russes comme de « cochons » parce qu’ils violaient tout ce qu’ils voyaient. Ce n’est pas pour autant que je ferais la même chose aujourd’hui en Russie. Ce n’est pas pour autant que je comprendrais qu’on le fasse.

  6. Bernard Walter 20 juillet 2016 at 17:36 #

    Je suis bien d’accord avec vous. Mais il y a un moment où il ne s’agit plus du tout de talion. L’expression “talion” peut s’employer quand les forces en présence sont relativement égales. Sinon, à partir d’un certain moment, ça n’est plus du “talion”, cela devient de la légitime défense.

    Comme je le mets dans mon commentaire, je suis pour la fin des guerres et de tous les commerces d’armes. En ajoutant que si chacun reste chez soi, tout ne peut aller que mieux. Je suis contre tous les va-t-en-guerre. Mais tout de même pour un droit minimum de chacun à se défendre.

    Et quand les plus forts ont fait de tels ravages, en plus au nom de toutes les vertus imaginables, on en arrive à une situation de désordre total. Après, comment vous vous sortez de là?

    D’accord avec Gandhi et Martin Luther King, tous deux assassinés. Mais peut-on laisser assassiner les meilleurs jusqu’à la fin des temps ? Et par là même laisser le champ libre à ceux qui les assassinent ? Et je ne peux que reposer la question: Comment vous vous sortez de là ?
    Cultivons notre jardin et les bonnes relations autour de nous, et soyons heureux.

  7. Christian Campiche 20 juillet 2016 at 17:38 #

    Abolir la guerre, on est sur la même longueur d’onde.

    Juste encore concernant Gandhi, il a été assassiné mais son action non-violente a quand même été décisive dans le processus d’’indépendance de l’Inde.

    Avez-vous lu qu’à Nice 30 personnes tuées venaient de Tunisie, étaient musulmanes, apparemment (toujours d’après les médias)?

  8. Bernard Walter 20 juillet 2016 at 17:42 #

    C’est vrai que l’Inde a obtenu sont indépendance grâce à la lutte extraordinaire de Gandhi.

    Historiquement, le processus de décolonisation était inévitable, mais son action a certainement accéléré la chose et permis d’éviter bien des désastres. Toutefois, l’Inde est resté un pays avec beaucoup de violence et le système des castes, d’après ce que je crois comprendre, perdure.

    Je suis moi-même objecteur au service militaire (j’ai fait les deux: service militaire – Colombier -, et prison – à St Antoine, dans la vieille prison, mais sans sortir, parce que j’étais classé politique). Et je ne peux qu’admirer Mohamed Ali pour son extraordinaire courage et lucidité dans son refus d’aller au Vietnam.

    Il n’en demeure pas moins que la violence prodiguée par notre monde occidental (14-18, 39-45, guerres coloniales, Corée, Vietnam, pays arabes, commerce d’armes toujours plus grave) a atteint un tel degré qu’on ne voit pas comment s’en sortir. Ça devrait au moins commencer par une reconnaissance des injustices commises et un processus de réparation, et une démarche progressive mais radicale pour aller vers un monde égalitaire. Et par le respect des souverainetés locales dans toutes les parties du monde, en sortant de ce constant interventionnisme qui est une constante cause de conflit. On ne prend pas du tout le chemin de tout cela, c’est sûr. Ce qui aujourd’hui prend le pouvoir dans ce monde, c’est un immense désordre et une immense brutalité.

  9. Lecerf 20 juillet 2016 at 18:26 #

    Depuis Caïn et Abel les hommes s’entretuent. C’ est donc très bien d’être contre la guerre mais une fois que l’on a dit cela, on n’est pas plus avancé… Il y a moins de morts en 2015 et 2016 qu’il y a 100 ans, 500 ans ou mille ans. On peut toujours rêver de vivre dans un monde sans armes et sans conflits mais à mon avis cela relève de la pure utopie. Il faut donc malheureusement se défendre contre les barbares et attaquer ceux qui menacent nos intérêts vitaux. Tout cela relève de la géopolitique ou de la diplomatie et je ne vois vraiment pas comment les choses pourraient changer.

  10. Bernard Walter 20 juillet 2016 at 20:26 #

    Eh bien, moi je rêve.
    Je crois que nous sommes sur une très mauvaise pente, mais je continue de rêver.

  11. Yasmine Motarjemi 20 juillet 2016 at 21:13 #

    Je vous invite à lire le point (b) du texte ci-joint: http://www.journal-lessor.ch/article.php?a=2016&n=2&art=57

  12. Lecerf 20 juillet 2016 at 21:33 #

    Plutôt que de rêver, je préfère quant à moi essayer de comprendre le monde dans sa complexité. Il faut lire ou relire Edgard Morin…

  13. Bernard Walter 21 juillet 2016 at 07:15 #

    Le regard lucide sur le monde, ça commence par un souci de justice pour tous.

  14. Lecerf 23 juillet 2016 at 14:14 #

    Afghanistan : l’organisation Etat islamique revendique l’attentat meurtrier lors d’une manifestation à Kaboul. L’attentat-suicide, commis par deux djihadistes, selon l’Amaq, l’organe de communication de l’EI, visait une manifestation pacifique de la minorité chiite hazara dans la capitale afghane. L’attaque a fait au moins 29 morts et 142 blessés.
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/#LGB13adPhYL70O76.99

    Commentaire : encore de la faute du colonialisme ??

  15. Bernard Walter 23 juillet 2016 at 17:15 #

    En tout cas,un tel événement est bien dans la logique de ce qui a été initié par la guerre des USA contre l’Irak en 2003 et que plus personne ne maîtrise. C’est une chaîne de violence sans fin qui a été ainsi déclenchée. Et ce n’est certainement pas en faisant encore plus de guerres et de commerce d’armes (commerce qui fait vivre l’économie française, par exemple) qu’on mettra un terme à cette machine infernale. Il faut absolument défendre l’idée d’un monde sans guerre et sans armes.
    Ceci dit, je ne vois pas en quoi votre commentaire constitue un commentaire de mon article.

  16. Lecerf 23 juillet 2016 at 17:21 #

    Cherchez et vous trouverez…

  17. Christian Campiche 29 juillet 2016 at 11:19 #

    La Stampa du 29 juillet 2016
    http://www.lastampa.it

    Un plan politico-religieux plutôt qu’une folie

    En considérant les djihadistes comme des malades mentaux, on sous-estime la véritable nature de leur agenda et la menace qu’ils représentent, explique Domenico Quirico, reporter de guerre à La Stampa, qui fut l’otage de Daech en Syrie en 2013 :

    «Le djihadisme n’est malheureusement pas un cas clinique qu’il faudrait confier à un collège de psychiatres. C’est un problème politique, religieux et militaire. Et le choix de la bonne thérapie dépend inévitablement de la justesse du diagnostic. … Après cinq années, au cours desquelles l’assaut mondial de l’islam totalitaire s’est propagé de Syrie et d’Irak jusqu’au cœur de nos villes, on privilégie encore une ignorance néfaste et exaspérante quant à la nature de l’ennemi ! Les djihadistes, même les plus marginaux et les plus solitaires, sont les instruments d’un projet politico-religieux visant à la création d’une théocratie. Pour appuyer ce ‘soap opera’ d’immanence divine, ils sont prêts au moindre sacrifice, mort incluse. Il s’agit d’une politique féroce, d’une religion totalitaire, pas d’une folie.»
    (Extrait traduit dans Eurotopics)

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.