Après le match Lausanne-Lucerne, doute sur la justice sportive


Cela fait plus d’un demi-siècle que je vais supporter le Lausanne-Sport au stade de la Pontaise.

PAR MICHEL MORET

Jamais je n’ai autant eu de doutes sur le sens de l’équité de l’arbitrage de ce Monsieur Jaccottet qui a dirigé L.S. – Bâle et le récent L.S. – Lucerne.

Je crois que mon esprit est fair-play, il me plaît d’applaudir les exploits techniques de l’adversaire. Déjà, lors du match Lausanne – Basel, j’avais été surpris par les décisions de Monsieur Jaccottet. Mais Bâle a marqué ses goals grâce à la classe de ses joueurs. J’étais chiffonné mais je n’ai pas crié à l’injustice.

Trois semaines plus tard, il revient pour arbitrer L.S. – Lucerne. La première mi-temps s’est déroulée sans accrocs. Comme L.S. menait au score, le public était très indulgent. Puis, dans des conditions invraisemblables, ce diable de M. Schneuwly qui connaît tous les règlements marque le premier but pour ses couleurs. Puis Lucerne égalise grâce à son acharnement. La partie devint nerveuse, l’arbitre sifflait comme un oiseau égaré. Et quelques secondes avant la fin du match, il siffle un penalty contre L.S. alors que le petit Martin avait giclé dans les airs sous la pression des Waldstaetten particulièrement musclés.

Qu’en penser? Est-ce de la pure malchance obéissant à la loi des séries ou est-ce que ce Monsieur Jaccottet qui n’a pas une âme de poète nourrit des sentiments négatifs envers les footballeurs vaudois? En 55 ans, je n’ai jamais eu un tel doute envers un arbitre. J’ai assisté au match avec un journaliste africain. Et ce dernier me disait: dans la plupart des pays du monde, cet arbitre se serait fait tabasser.

Pour leur attitude placide, j’aimerais rendre hommage aux supporters vaudois qui ont avalé davantage de couleuvres en un mois qu’en dix ans. Ce Monsieur Jaccottet fait penser à ces instituteurs de campagne qui, devant faire la discipline dans leur salle de classe, commençaient par tabasser leurs propres enfants jusqu’au sang avant de distribuer leur savoir. En conclusion, je ne crois pas à l’incompétence et à la partialité de l’arbitre (bien que…) mais à un problème psychologique aveuglant.

L’auteur est le fondateur et le directeur des Editions de l’Aire.

Tags: , , ,

2 Responses to “Après le match Lausanne-Lucerne, doute sur la justice sportive”

  1. Pascal Auchlin 4 novembre 2016 at 11:14 #

    Bravo Michel, je pense comme toi que ce M. Jaccottet était à côté ou à coter comme tu voudras.

    Le problème de l’arbitrage en Suisse est récurrent. Je suis comme toi un fidèle du LS et du foot en général…

    Il faudrait une vraie culture foot qui n’existe pas chez nous, pas plus dans la presse d’ailleurs.

  2. Pierre-Henri HEIZMANN 5 novembre 2016 at 10:00 #

    Quand j’entends parler de culture foot, je sors mon arbalète!

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.