Hanouna, l’art d’être son meilleur ennemi


Accusé d’homophobie après la diffusion d’une émission de télévision, l’animateur français Cyril Hanouna, comme d’autres, a l’art de creuser sa  propre tombe. Pourtant, de là à publier son avis mortuaire télévisé, c’est se fourrer le doigt dans l’œil. En 7 phases, tu vas comprendre le processus de son immunité.

PAR JOËL CERUTTI

Leur existence médiatique passe par l’enchère et la surenchère. L’enchère car leur audience assure audience, rentabilité publicitaire et salaire blindé. La surrenchère car, à leurs yeux, seuls le buzz frénétique, la démesure, les outrances assurent ce qu’ils sont. Fin de la phase 1. A un moment X, c’est mathématique, se pointe le truc de trop. Des gens comme Cyril Hanouna (ou Morandini, ou Trump, ou Fillon, ou Oskar) sont leurs meilleurs ennemis. La bombe à retardement qui leur explose à la gueule, ils l’ont amorcé eux-mêmes dans cette phase 2. Seuls. Comme des grands. Après, ils partent en roue libre. Immanquablement. De par leur lattitude facile de se poser en un bouc hémisphère ! (oui, celle-là aussi, je la préméditais depuis un moment…)

Ils s’autodésignent martyre de leur propre cause, rageurs d’être déconstruits par celles et ceux qui l’ont mis jadis sur le trône. Aujourd’hui, certains plumitifs tirent vite la chasse alors que, naguère, ils s’empressaient d’apporter le papier toilette. Une image digne de leur cible du moment. De la 3, on déménage vers la phase 4.

Passé ce temps de révolte enfantine – « C’est jamais moi, c’est les autres, ces salauds ! » – on entre dans la phase « Acte de contriction et rédemption ». Est-elle sincère, spontanée, forcée par la pression d’un patron, d’annonceurs qui se débinent ? Que de doutes qui m’abstiennent d’une réponse claire. La faute avouée permet l’absolution des fans – « Arrêtez-y de vous zacharner, il a dit pardon, quoi… » – mais le fumet du sang incite à jeter du sel sur les plaies de la bête, de porter l’estocade. Dans le cas d’Hanouna, après le robinet des pubs qui se ferme, la justice s’en mêle en phase 5. Tu ajoutes les 20 000 dénonciations au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) pour homophobie. Tu laisses mijoter et tu penses qu’Hanouna est bouillu comme le café, donc foutu.

A mon humble avis, c’est là que tu te gourres, fillette-fillette…

Le CSA, comme tu peux l’apprendre en glanant des infos de ci et aussi de là, agit avec des marges limitées. Arthritique de la sanction, il arrive tout juste à lever le bâton pour taper sur les doigts. Le temps qu’il retombe, cela prend des mois, des années. Cela permet d’oublier, de relativiser, de se dire que voilà, tous comptes faits, on solde, les lions de mai 2017 rugiront-ils avec autant de convition dans leurs décibels d’ici la rentrée de septembre ?

Je le mouline souvent, la seule valeur sûre en cette période, c’est la mémoire courte, l’amnésie des indignations qui nous mène en phase 6. Que pèse, en ce moment, un Hanouna face à l’ignominie de Manchester ? Une forte horreur essuie la douleur des homosexuels ridiculisés à l’antenne par Hanouna… L’actu ? Une ardoise magique qui s’efface à chaque seconde. Il le sait le Cyril. L’usure et une bonne communication dans les semaines à venir, quelques gestes bien « sincères » envers la communauté gay, des sanctions à terroriser un agneau et la logique du troupeau des audiences reprendra de la laine de mouton. En phase 7, personne ne touchera au poste de Cyril et l’éteindra. A moins d’une révolution dans le PAF! Bolloré, proprio de C8, n’a pas non plus la réputation de carboniser l’élevage en batterie où règne sa poule aux œufs d’or.

Cynique? Oui…

Hanouna et ses productions font partie des milliards de conneries qui passent à la télé et auxquelles je n’offre pas mon temps de cerveau. Je n’ai, jusqu’alors, pas rédigé un seul mot le concernant et j’estime presque que ceux de cette chronique sont déjà de trop. J’ai choisi d’être mon meilleur ami, d’apprécier le temps qui m’est donné pour l’offrir à des occupations qui cultivent mes neurones ou les délassent. Intelligemment. Pour Cyril, c’est un adverbe grossier. Je sais…

PJI

Tags: , ,

One Response to “Hanouna, l’art d’être son meilleur ennemi”

  1. Pierre-Henri Heizmann 25 mai 2017 at 07:16 #

    Voilà le genre de commentaire matinal qui réjouit l’esprit et détend les zygomatiques ; c’est bon, merci!

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.