France, hommage aux victimes du “dégagisme”


A gauche comme à droite, en France, c’est la saignée. Les partis jadis majoritaires se retrouvent hémophiles de leurs splendeurs. Ne sois pas cynique. Compatis aux sorts et aux ego de ces ex-pros de la politique.

PAR JOËL CERUTTI

En ce solennel et grave lundi 12 juin 2017, toi et moi, ayons une pensée émue pour les victimes du « dégagisme » en France. Ce carnage politique, cet Armageddon à gauche comme à droite, mérite une ligne de silence. Que voici :

Je te suppute bouleversé(e), comme moi, face à celles et ceux qui ont servi cette Ve République française jusqu’au matin du 11 juin 2017. Hier encore, ils n’étaient pas n’importe qui. Ils comptaient dans leur maison, dans leur quartier, dans leur circonscription, dans leur département, dans leur ministère, pour leur pays. Au soir du 11 juin 2017, vers les 20 heures, le couperet de la guillotine électorale est tombé. Tranchant. Sans appel. Tu les as virés ! Tu leur a inoculé le virus du « dégagisme ». Il est fatal, le « dégagisme ». Par des voix cinglantes il rend muet celles et ceux qui jusqu’alors l’ouvraient beaucoup.

Mets-toi juste une microseconde dans leur peau, leur cervelle, à ces pros de la politique. Depuis des décennies, ils vivaient grâce à toi. Tu les crochais, à chaque fois, au wagon des voies royales. Ils pensaient qu’ils avaient la fidélité de ton bulletin en viager.

Tu les as déçus.

Ils se sentent amers ces ministres qui se sont tant investis dans la fonction publique. Pour toi, pour ton bonheur, pour ton confort de vie. Tu n’imagines pas tous leurs sacrifices personnels afin que ta France remonte sur le podium des Vraies Puissances Mondiales. L’Hexagone était devenu si exsangue de grandeur. Charles de Gaulle mesurait 1 mètre 96 centimètres. Comprends alors l’abnégation du PS, des Républicains pour remettre la France sur deux pattes alors qu’elle se traînait en cul-de-jatte de la splendeur.

Dans ces manœuvres patriotiques, j’en conviens, il y a eu quelques errances. Mais l’erreur financière peut être politique comme humaine. Jusqu’alors, tu avais su faire preuve d’indulgence, tu oubliais, tu pardonnais. Te absolvo, merde, quoi…

Jusqu’à ce cruel soir du dimanche 11 juin 2017.

Ils ont un ego, tu sais, ces parlementaires de tous poils. Leurs vies, par TA faute, bascule du « Je suis Quelqu’un » à « Je suis une Sous-Crotte dans les abysses du Néant ». Le « dégagisme », cela te prive des caméras, des micros, des plateaux, des logements, des voitures de fonction, des voyages à l’œil. Du Pouvoir… pour écourter.

Les rotules brisées comment rebondir ? Les larmes me montent aux yeux devant le sort injuste que tu leur as réservé, les rendant brutalement handicapés de cette Puissance qu’ils pensaient due. Les cils noyés de perles « zhumides », je suis en train de noyer mon clavier. Je pense qu’une nouvelle ligne de silence s’impose (le temps que j’essuie mon QWERTZ). La revoici :

Oh ! J’en vois qui se marrent ! Oui, toi, là, au fond ! Le rire, c’est si bon pour la santé, qu’il est contagieux. Un peu comme le « dégagisme ». Même si… Au sortir du second tour, il sera marrant de répertorier les transfuges de la gauche comme de la droite qui auront réussi à se faire élire en se ralliant au panache blanc de Macron. Ô joie, tu retrouveras bon nombre de gloires cacochymes dont tu pensais t’être débarrassée… On se bidonne moins, là, hein ?!

PJI

Tags: ,

One Response to “France, hommage aux victimes du “dégagisme””

  1. Manuel Ruch 13 juin 2017 at 08:27 #

    Une élection ? Non sire une révolution !

    Mais bon sang ! À croire que tous ne voient plus que dans des rétroviseurs qui leur cachent ce qu’il y a devant le pare-brise. Je n’ai pas encore lu ou entendu un commentateur rabâcher autre chose que des évidences flagrantes, des truismes affligeants. Absention très forte, Insoumis et FN perdant les tranchées conquises, droite larmoyante des regrets amers, socialisme historique trépassé dans l’histoire…. Et pourtant….

    Ce qui est en train de se dérouler est une vraie révolution. La première sans violence dans l’histoire de France que je connais. Le peuple vient de bouter hors de l’Assemblée ses élus du clergé partisan et de la noblesse des barons provinciaux. Il a élu un Président qui veut abattre les privilèges et consulter les cahiers de doléances ! Un jeune roi républicain comme Marianne n’en a jamais connu qui traite d’égal à égal avec l’imperatrice de Prusse, le Tsar de toutes les Russies et rappelle aux Neo-anglais que Lafayette avait du cran. Il avance et Jacobins comme Montagnards se couchent pris dans les turbulences de son passage. D’aucun ont évoqués comme moi Bonaparte à Arcole, mais en sont restés là. Or, la Révolution est En Marche. Les partis obsolètes sont en déliquescence, les révolutionnaires avancent, les protestataires de gauche et de droite et d’extrême droite, s’abstiennent jusqu’à plus ample informés. Les jeunes adhérent, les vieux ne s’opposent pas, les entre-deux hésitent après avoir été tant tondus. Pas besoin de nouvelle charte, celle de Charles le Grand, la cinquième suffit à conduire cette révolution tranquille.

    Il est plaisant de constater que ceux qui passaient leur temps législatif à invectiver l’opposition sans tenir compte de ses avis réclament aujourd’hui qu’elle continue à exister, en clair que eux, continuent à exister. Tout aussi piquant de voir ces laminés se plaindre de l’abstention dont ils sont la cause faute d’avoir réussi autre chose que de dégoûter les électeurs des pratiques et des politiques de leurs élus. Électeurs qui pour une fois n’ont pas baladé leurs têtes enfourchées sur des piques sanguinolentes. Il y a indubitablement des progrès.
    Avouez que si ce n’est pas une vraie révolution, ça y ressemble.

    Mais il va falloir progresser et réussir sinon la chute annoncée depuis avant même la Révolution populaire, risque de se produire.

    Il y aura bien un plumitif pour affirmer alors sans aucune vergogne: je l’avais écris et annoncé dès l’été 2016… Il lui aura suffit d’avoir suffisamment de retard pour n’avoir rien vu passer.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.