Chronique afghane – La mémoire des monuments parle de toute l’humanité


Cet article de la télévision afghane Tolonews où je m’informe, ainsi que sur les divers médias du pays, m’a confirmé  combien l’humanité était indivisible. En ce moment, la question de l’histoire, de la mémoire des momuments et de l’héritage architectural de l’Afghanistan est objet de débats et de préoccupations générales dans différentes régions, notamment le patrimoine dans d’autres provinces Gazhni, Kandahar, Bâmian. SDR

ADAPTATION SIMA DAKKUS RASSOUL

Les autorités de Hérat, troisième grande ville d’Afghanistan à l’ouest, proche de la frontière iranienne, font état de quatre synagogues appartenant aux populations juives qui ont vécu dans le pays. L’une de ces synagogues était destinée aux habitants qui vivaient dans la Province de Hérat. De source officielle, elle est en reconstruction par la direction de l’information et de la culture.

La population et les milieux culturels pressent fermement le gouvernement pour qu’il restaure les synagogues et autres sites historiques érigés par la population juive d’Afghanistan.

Sous la poussée des restrictions imposées sur les minorités religieuses en Iran, des milliers des Juifs vinrent s’installer en Afghanistan, sous le gouvernement de Nader Afshari à Hérat.  ils s’établirent dans la province, une région appelée Mohmand qui prit ensuite le nom de Moosaeehi (du nom de Moïse, prophète de l’Islam également appelé Moosaa en dari).

La communauté juive a vécu paisiblement avec ses frères afghans à Hérat jusqu’à l’arrivée de la guerre civile dans le pays en 1980. Elle commença à quitter le pays sen 1987.

Les résidents de Hérat ont de beaux souvenir de leurs compatriotes juifs. Ils travaillaient dans le commerce de la soie, des vêtements et de l’épicerie.

« Nous avions de bonnes relations, familiales, et nous nous fréquentions. Nous participions aux cérémonies des uns et des autres, mais ils ne sont plus là », se souvient un Hérati.

« Un de nos voisins juifs épousa une femme afghane musulmane qui nous était apparentée. J’étais jeune alors et on jouait ensemble », rappelle Abdul Rashid, un habitant de la vieille ville.

Quatre synagogues et des établissements de bains qui sont restés de l’époque figurent à l’héritage culturel de l’ONU.

Quand les Juifs de Hérat de la Synagogue Gorkiya sont partis, le bâtiment s’est transformé en mosquée. La Synagogue Shamayel est devenue une école.

La Synagogue Yoha est actuellement en reconstruction. La Synagogue Gorgia est en partie endommagée selon les officiels.

«Nous avons commencé à restaurer la Synagogue Yoha et nous comptons préserver ces anciens sites», déclare Zalmai Safa qui dirige le Département historique de la protection du patrimoine.

En dehors des Synagogues, un cimetière juif se trouve à Hérat . Chaque année, il reçoit la visite de Juifs de qui viennent au cimetière pour restaurer les tombes de leurs ancêtres.

«Trois synagogues ont été restaurées de 1991 à 2011. L’une d’elle a été renommée Mosquée Bilal», affirme Humayun Ahmadi, un archéologue de Hérat.

«Lorsque les Juifs s’en sont allés, un certain nombre d’eux sont revenus et m’ont désigné comme le gardien du cimetière. Chaque année, ils retournent à Hérat», dit Abdul Aziz.

Traduction-adaptation à partir du dari

http://www.tolonews.com/arts-culture/activists-call-%C2%A0maintenance-jewish-sites-herat

 

Tags: , , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.