Quotas d’entrées pour le Taj Mahal


Le nombre de visiteurs du Taj Mahal d’Agra (Inde) peut parfois atteindre jusqu’à 15000 personnes par jour, voire jusqu’à 70000 par jour pendant les week-ends. Personne ne contestera que ce splendide « palais de la couronne » (traduction), construit par l’empereur Mumtaz Mahal entre 1631 et 1648, est une véritable splendeur avec son marbre blanc serti de pierres précieuses. C’est précisément ce marbre tout comme les fondations du bâtiment qui donnent du souci aux conservateurs du monument en raison de la pollution de l’air qui attaque la pierre à longue échéance, mais aussi du monde qui piétine ses allées. Selon l’ensemble de la presse quotidienne, ce monument Mahal sera désormais assujetti à des quotas de visiteurs limitant les entrées à un maximum de 40000 par jour.

Dans un but de démocratisation du tourisme, le Ministère indien du tourisme avait mis en place un tarif d’entrée de 40 roupies (CHF 0,60) par habitant indien, contre 1000 roupies (environ CHF 15.-) pour les visiteurs étrangers, procédure qu’on peut juger comme normale et qui se pratique d’ailleurs dans d’autres pays comme, par exemple, la Russie au musée de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg où le billet d’entrée est également mis à la portée du pouvoir d’achat local.

Par contre, la pratique gouvernementale indienne peut être contestable quand on apprend que:

1. Les touristes étrangers ne seront pas concernés par ce quota

2. L’entrée sera libre pour les touristes indiens étant d’accord de payer le même prix que les étrangers, à savoir 1000 roupies…

Avec cette mesure, on peut s’interroger sur la démocratisation du tourisme pour le peuple indien.

Gérard Blanc

Je pars

Tags: , , ,

One Response to “Quotas d’entrées pour le Taj Mahal”

  1. Alan Costa 7 janvier 2018 at 17:33 #

    Namasté

    Tout d’abord, je vous remercie pour votre article.

    J’ai eu l’occasion d’aller visiter ce monument il y a 7 mois et j’ai été confronté à ce tourisme de masse qui m’amène à me poser quelques questions légitimes comme abordés dans votre article…

    Premièrement, j’ai dû payer les fameuses 1000 roupies qui me paraissent totalement acceptables pour la restauration d’un monument d’une telle beauté. J’ai également trouvé normal que les indiens puissent y accéder pour un prix raisonnable de 40 roupies, certes symbolique.

    Cependant j’ai été bouleversé par le fait que les indiens attendent parfois mêmes 6 heures dans une file d’attente alors que moi, européen, puisse passer librement devant tout le monde, sous seul pretexte que mon porte-monnaie est plus “fourni” que le leur… Cela m’a fait beaucoup de peine et me questionne dans quelle mesure aurai-je plus le droit de voir ce monument que les locaux…

    Deuxièmement, la ville d’Agra a malheureusement été “pourrie” par notre tourisme de masse… Je m’explique: J’ai eu l’occasion de vivre un événement marquant à l’entrée de ce monument qui ne me laisse pas indifférent. En effet, un policier armé a tenté de me faire passer pour un voleur en utilisant la force, lui permettant de trouver un prétexte afin que je lui donne tout mon argent… Après une course à travers la foule, digne d’un film bollywoodien, j’ai pu m’en sortir sain et sauf.

    Cette expérience (bien que courante en Inde) m’a fait réfléchir, une fois de plus, au fossé entre le tourisme doré auquel on participe (moi le premier) et le peuple indien ayant comme seul richesse leur culture et leur spiritualité que j’estime bien plus respectable que notre porte-monnaie européen.

    Ce policier avait-il raison? Etais-je réellement un voleur, qui venait tout simplement consommer une partie de leur culture? Le débat est long et mérite d’être posé.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.