Chronique catalane – La constitution du parlement et l’investiture du Président de la Catalogne suite aux élections du 21 décembre 2017


Avec 70 sièges, les partis indépendantistes ont remporté les élections catalanes et obtenu la majorité absolue au parlement. Lors de la session constitutive du 17 janvier 2018, Roger Torrent, de la gauche républicaine (ERC, parti indépendantiste), a été élu président du Parlement. Ont été également élus les six autres membres du bureau du Parlement (taula ou mesa). Ce dernier constitue une des institutions composant la Generalitat de Catalogne et la plus haute autorité collégiale du Parlement.

Les membres de ce bureau représentent les principaux partis votés, ce sont les députés: Josep Costa (Junts x cat, parti indépendantiste de centre-droite), vice-président en premier, José-Maria Espejo Saavedra (ciutadanos, parti de droite espagnoliste), vice-président en second,  ainsi que les quatre secrétaires: Alba Vergès (gauche républicaine indépendantiste), Eusebi Campdepadròs (Junts x cat, indépendantiste), David Pérez (Parti Socialiste Catalan, espagnoliste), et Joan Garcia (ciutadanos droite espagnoliste). Parmi les fonctions les plus importantes de ce bureau il convient de souligner l’organisation du travail parlementaire, la votation du budget, la direction des services, la nomination du chef de l’opposition, et enfin l’interprétation du règlement du Parlement, qui sera d’importance pour l’investiture du futur président de la Generalitat, .

Cette première session de la chambre a été des plus insolites, puisque c’est le chef du gouvernement de l’Etat espagnol, Mariano Rajoy, en personne qui en a signé la convocation. Huit députés étaient absents, cinq en exil à Bruxelles et trois sous les verrous. Il faut bien admettre que le chef de l’Etat espagnol a bel et bien échoué dans sa tentative de “normaliser” la Catalogne après le référendum du 1er octobre et la déclaration d’indépendance du 27 octobre 2017, son objectif étant de gagner les élections, semer la déroute dans le camp indépendantiste et mettre en place un gouvernement espagnoliste. Mais la répression, la brutalité policière, la dissolution du gouvernement autonome catalan et la convocation de nouvelles élections n’ont pas réussi à éteindre les plus de deux millions d’indépendantistes qualifiés “d’illuminés” par le chef de l’Etat espagnol.

Dans son discours, le fraîchement élu président du Parlement n’a pas manqué de le mentionner ni d’ailleurs Ernest Maragall, frère de Pascual Maragall, ancien maire de Barcelone et Président de la Generalitat, chargé d’ouvrir la séance du Parlement en tant que doyen. Des rubans jaunes rappelant les prisonniers politiques décoraient les fauteuils vides des députés. Suite au discours, des cris de “liberté” se firent entendre dans les rangs indépendantistes.

L’objectif des partis indépendantistes majoritaires est de restaurer Carles Puigdemont, exilé en Belgique, à la présidence de la Generalitat. Puigdemont  a lui aussi été élu sur la liste de Junts x cat. Le Ministère Public de l’Etat espagnol l’a d’ores et déjà averti qu’il ne pourra pas se prémunir du droit d’immunité parlementaire et qu’il serait immédiatement arrêté s’il retournait en Catalogne et se présentait au Parlement. Le débat se centrera donc ces prochains dix jours sur l’éventualité d’une investiture de Carles Puigdemont par des moyens télématiques. Les députés et juristes s’affronteront sur la bonne interprétation des lois qui admettrait une possibilité d’être élu ou de participer aux séances si, par ailleurs, il atteste être dans “l’incapacité prolongée” d’y assister. Mariano Rajoy a également déclaré qu’un recours auprès du Tribunal Constitutionnel était prêt, afin, dit-il cyniquement, d’empêcher qu’un homme “hors de la réalité” ne revienne au pouvoir. Par ailleurs, des menaces judiciaires à l’encontre du nouveau Président du Parlement Roger Torrent ont été proférées si le vote pour l’investiture de Carles Puigdemont venait à être soumis au Parlement. D’autre part, les trois députés élus et emprisonnés (le vice-Président de la Generalitat Oriol Junqueras, Joaquim Forn ancien conseiller de l’Intérieur, et Jordi Sanchez ancien président de l’Assemblée Nationale Catalane) ont pu bénéficier de leur droit à déléguer leurs votes à d’autres députés présents.

Aux dernières nouvelles, le ministre de l’Intérieur de l’Etat espagnol, Juan Ignacio Zoido, a une nouvelle fois déclaré que l’intervention de la police espagnole et de la garde civile lors du référendum d’indépendance du 1er octobre a été légitime, proportionnelle et professionnelle et a ajouté que son coût s’est élevé à la somme faramineuse de 87 millions d’euros! Les nombreux témoignages, les images, les reportages notamment de Sky-news, le documentaire saisissant de médiapro intitulé 1-0 et qui sera bientôt présenté au conseil de l’Europe, en démontre pourtant l’incommensurable disproportion en rapport avec la violence déployée par la police espagnole. Ces événements figurent d’ailleurs dans le rapport de Human rights watch d’octobre 2017.

Le dernier bilan économique démontre que la croissance en Catalogne n’a pas fléchi lors du dernier trimestre 2017 (0,8 %) malgré la fuite de nombreux sièges sociaux d’entreprises et de banques. Les exportations en 2017 ont également augmenté et ont atteint un record historique de 8,9 % en comparaison de 2016, contredisant la version catastrophiste du gouvernement de Madrid, des médias espagnoles et de la Radio Suisse Romande (“tout un monde”, 18.12.2017, commentaire Valérie Demont).

Carles Puigdemont devrait se rendre au Danemark demain 22 janvier 2018 pour y donner une conférence. Ce voyage a suscité l’irritation de l’ambassade d’Espagne à Copenhague et le Juge du Tribunal Suprême espagnol l’a menacé de relancer une demande d’extradition. Il faut mentionner que plusieurs États d’Europe ont interpellé le gouvernement espagnol sur sa gestion désastreuse de la crise catalane, notamment l’Irlande, le Danemark, la Belgique, les Pays Baltes, l’Estonie et des débats ont eu lieu à nouveau au Parlement anglais.

François Gilabert

Tags: , , , , ,

One Response to “Chronique catalane – La constitution du parlement et l’investiture du Président de la Catalogne suite aux élections du 21 décembre 2017”

  1. Bernard Walter 21 janvier 2018 at 22:20 #

    Merci de cet article très documenté. Ça me fait du bien d’avoir votre écho qui tranche par le ton et par le fond de la propagande pro-Rajoy désolante à laquelle nous avons été généralement soumis tous ces derniers mois.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.