Icare et Eole, même combat


La vague de chaleur frappe l’énergie éolienne européenne mais stimule la production d’énergie solaire.

PAR ROBIN WHITLOCK – TRADUCTION ADAPTATION: ALAIN HEIMO

Bien que les ressources éoliennes disponibles aient diminué, la performance des centrales solaires sur de nombreux marchés européens a augmenté, fournissant une démonstration efficace des avantages de l’équilibre fourni par l’installation des deux technologies dans un portefeuille  global d’énergie propre et diversifiée. Cet effet est clairement illustré par les cartes de performance éolienne et solaire de l’Europe fournies par la société de mesure environnementale et industrielle Vaisala.

Un constat similaire a été obtenu récemment par Green Business Watch, montrant que certains comtés du Royaume-Uni ne parviennent pas à exploiter pleinement les opportunités actuellement disponibles pour la production d’énergie solaire.

Les cartes de Vaisala montrent que les exploitants de parcs éoliens ont vu les ressources disponibles en juillet baisser de 20% par rapport aux moyennes à long terme, tandis que le rayonnement solaire était de 20% supérieur à la moyenne sur de nombreux marchés.

Les propriétaires et exploitants d’actifs éoliens au Royaume-Uni, en France, en Espagne et dans certaines régions d’Allemagne ont souffert de vents très inférieurs à la normale en juillet, à la suite de vents aussi faibles en mai et en juin. En Ecosse, la vitesse des vents a été uniformément en baisse pour les sept premiers mois de 2018. Cette tendance devrait avoir un impact à long terme sur la performance financière des parcs éoliens écossais et a déjà été notée dans les résultats financiers des grandes entreprises.

Le système de hautes pressions sur l’Europe qui a provoqué ces conditions anormales devrait persister jusqu’en octobre. Ces conditions font suite à une autre «sécheresse éolienne» notable aux États-Unis en 2015, qui a eu un impact financier généralisé.

Les données sur l’irradiation solaire de juillet 2018 devraient inciter les parties prenantes du secteur européen des énergies renouvelables à montrer une corrélation négative entre les écarts de vitesse du vent et les écarts de rayonnement solaire. Lorsque le vent était inférieur à la moyenne, l’ensoleillement était, lui, supérieur. Vaisala a également déterminé que le schéma de corrélation se maintient à long terme dans la plupart des pays d’Europe, mais il varie d’une région à l’autre à l’échelle mondiale. Cette conclusion est explorée ailleurs dans une autre découverte fascinante de Vaisala.

« Les conditions de 2015 ont amené de nombreux investisseurs en énergie éolienne aux États-Unis à réfléchir sérieusement à la manière dont ils pourraient diversifier leurs portefeuilles, non seulement géographiquement, mais aussi par la technologie », a déclaré le Dr Pascal Storck, directeur des énergies renouvelables à Vaisala. « Ces nouvelles données montrent que les anomalies à grande échelle ne sont pas un phénomène unique, et il est peut-être temps pour le marché européen de réfléchir à la manière dont il peut devenir résilient au changement climatique « .

M. Storck a ajouté que les technologies éoliennes et solaires sont souvent interprétées comme jouant les unes contre les autres, mais qu’en réalité, un portefeuille diversifié, obtenu en étant actif sur les deux plans,  à grande échelle, amènera la solution à une variabilité à long terme de cette nature. Le stockage de l’énergie a un rôle à jouer pour atténuer les fluctuations sur une base horaire ou peut-être quotidienne, mais l’utilisation du stockage pour gérer la variabilité sur une base mensuelle risque d’être trop coûteuse.

L’importance de la diversification a été clairement montrée en Allemagne. Alors que les capacités éoliennes et solaires installées dans le pays ont toutes deux augmenté au cours de l’année écoulée, la production d’énergie éolienne en juillet 2018 était inférieure de 20% à celle du même mois en 2017 – une baisse de 1.1 TwH en capacité de production ou l’équivalent d’une réduction de 10 GW   (en supposant un facteur de capacité estivale typique de 15%). Cependant, ce manque à gagner a été plus que compensé par une augmentation de 26% – ou de 1,4 TwH –  de sa production d’énergie solaire sur la même période.

Cependant, tous les marchés n’ont pas vu cet effet d’équilibrage. Le Portugal, par exemple, a connu des vents faibles et une faible irradiance en juillet. Cela souligne la nécessité de disposer de prévisions et d’une planification financière robustes, projet par projet, pour tenir compte de l’impact des conditions propres au site sur la production et les rendements énergétiques.

Selon Storck, cela montre que l’investissement dans des données météorologiques et climatiques robustes, spécifiques à chaque site, reste en fin de compte une exigence critique, en particulier lorsque le marché européen entre dans une phase de post-subvention au cours de laquelle les marges des projets se resserrent et l’impact de toute diminution de ressources est ressenti plus vivement que jamais.

Vaisala a récemment lancé un outil de référence climatique, un service en ligne gratuit qui affiche les anomalies mondiales de la vitesse du vent, permettant aux propriétaires de projets et de portefeuilles de situer la performance des actifs dans un contexte à long terme.

Renewable Energy Magazine, Solar newsletter 14.08.2018

 

Tags: , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.