Tribune libre – La destruction de la maison de Viollet-le-Duc, exemple parmi d’autres de l’urbanisme ravageur


Située jadis à l’avenue du Léman (La Méduse du 10 mai 2019), « La Vedette« , maison d’Eugène Viollet-le-Duc construite et décorée par lui-même entre 1874 et 1876 lors de son séjour lausannois (de 1872 à sa mort), a fait l’objet d’une étude documentée et illustrée en 1988 par Jacques Gubler dans le catalogue de l’exposition de l’Ancien Evêché consacrée aux travaux de l’architecte dessinateur et historien dans les montagnes de la Savoie voisine. On y voit notamment un plan, trois photos de l’extérieur, et cinq des peintures murales sur toiles marouflées qui ornaient tous les murs du grand atelier. Celles-ci  représentaient un panorama alpestre, fruit de ses nombreuses excursions dans la région de Chamonix, alors que Viollet-le-Duc, occupé à la restauration de la cathédrale de Lausanne, profitait de ses loisirs pour travailler à son chef-d’œuvre, une grande carte au 1/40 000 sur Le Massif du Mont-Blanc, imprimée à Paris en 1876. 

Il faut savoir que cette maison, mentionnée en 1881 dans l’Encyclopédie d’architecture, a été démolie  en 1975, proclamée « année européenne du patrimoine architectural » par le Conseil de l’Europe ! Une charte avait été élaborée, cosignée par le professeur suisse Alfred Schmid, président de la Commission fédérale des monuments historiques et du conseil de fondation du Fonds national suisse de la recherche scientifique, ainsi que membre du comité exécutif du Conseil international des monuments et des sites.  Curieuse manière de célébrer l’évènement et d’honorer  l’institution ! On vous dira qu’un pareil scandale ne pourrait se reproduire  aujourd’hui. Mais rien n’est moins sûr, car ce vandalisme ordinaire n’est hélas qu’un exemple parmi d’autres de l’urbanisme ravageur, de la frénésie bétonnière et de la fringale spéculative qui défigurent depuis deux siècles l’image de notre ville. Et les forêts de grues qui polluent notre horizon laissent craindre le pire à l’avenir.  Business as usual, et vive la croissance immobilière, c’est bon pour l’économie et le P.I.B., n’est-ce pas ?

Pauvre Viollet-le-Duc, dont la tombe lausannoise a aussi été profanée par l’usine de Pierre-de-Plan. Il ne nous reste qu’à espérer qu’on épargnera à sa flèche parisienne de Notre-Dame, détruite par le feu, d’être à son tour victime d’une certaine modernité …

Philippe Junod, Lausanne

Eugène Viollet-le-Duc

Tags: , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.