Difficile de faire la vaisselle dans l’espace…


 Des morilles, des steaks, des pommes, des salades. Tout, à peu près tout peu être dégusté dans la Station spatiale internationale (ISS). Interviewé par Jean-Michel, animateur depuis 21 ans à RFJ (une radio locale jurassienne très écoutée et très en vogue), j’ai eu l’occasion de m’exprimer en direct mardi 21 mai de 18h20 à 20h, sur mes activités de reporter aérospatial. J’ai eu l’occasion de parler de mon vol ZéroG en état d’apesanteur avec Novespace (cliquez ici), de mon vol en Concorde en 1987, de celui avec Claude Nicollier en Hunter-Trainer au dessus du Valais et bien d’autre choses encore.
 
Entre autres « Terre vivante », un excellent symposium qui s’est déroulé à Milan mi-mai. Et surtout de la nourriture spatiale, en marge de l’émission intitulée : « La Table des gourmands ». A l’intérieur de l’ISS, chaque astronaute a droit à trois repas et à une collation par jour. Il les choisit avant son départ avec un médecin selon ses goûts et ses besoins nutritionnels (de 1’900 à 3’200 calories en fonction du sexe et du poids). On peut donc manger de tout dans l’espace mais cette nourriture doit être compacte et/ou déshydratée. Et elle est soumise à des règles. Par exemple, les aliments doivent être traités ou pasteurisés pour pouvoir être conservés pendant par exemple six mois, et ne doivent pas s’émietter, sans quoi ils risquent d’endommager les multiples appareils électroniques. Le pain est ainsi interdit.

Les astronautes réchauffent leur repas encore emballé au four à micro-ondes ou le réhydratent avec de l’eau chaude. Ils coupent l’emballage avec des ciseaux puis le mangent avec les doigts, sans assiette. Difficile en effet de faire la vaisselle dans l’espace. Pour les boissons, il faut réhydrater, avec de l’eau chaude ou froide, des sortes de poches à douille contenant, par exemple, de la poudre de café ou de chocolat. On introduit ensuite une paille spéciale qui empêche le liquide de s’échapper. Les astronautes, très occupés, ne mangent pas ensemble en journée, mais se retrouvent le soir autour d’une table fixée au sol. Une table qui, ironiquement, ne sert à rien puisque l’impesanteur ne permet pas de s’asseoir autour. Le 10 août 2015, les astronautes ont goûté pour la première fois des feuilles d’une salade qui a poussé dans l’espace. Pour palier le manque de soleil et à l’apesanteur, les plants de laitues romaines ont été éclairés à l’aide de LED (diodes électroluminescentes) pendant trente-trois jours, et le terreau est resté humide grâce à un système d’irrigation dans une boîte. Une partie de la récolte a été congelée pour être analysée de retour sur Terre.

Roland J. Keller

Photo NASA: L’astronaute de la NASA Steve Swanson, commandant d’Expedition 40, récolte une récolte de plants de laitues romaines rouges qui ont été cultivés à partir de semences pour l’expérience Veg-01.

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.