En attendant le jour d’après


PAR PASCAL HOLENWEG

« Lorsque tout sera fini, le monde ne sera plus ce qu’il était », écrit l’Italienne Francesca Melandri dans sa « Lettre aux Français et Suisses depuis leur futur » («Libération» du 19 mars 2020)… En pouvons-nous être si sûrs que cela, que le monde ne sera plus dans trois mois ce qu’il était il y a trois mois? Et s’il est autre, sera-t-il meilleur ou pire?

Le COVID-19 nous aura-t-il fait assez peur pour que nous ne recommencions pas à nous comporter comme si de rien n’avait été? A prendre l’avion plutôt que le train pour aller à Paris? A aller faire ses courses en bagnole dans un centre commercial d’Annemasse plutôt qu’à pied à la Coop ou la Migros du quartier? A fermer des lits d’hôpitaux, à bloquer l’engagement de personnel soignant ou paramédical? A sous-traiter à des entreprises privées des tâches d’utilité publique ? A refuser l’instauration d’un salaire et d’un revenu minimums? A verser des rentes de retraite ou d’invalidité qui ne permettent pas de vivre? A réinstaller, une fois que les chantiers arrêtés repartiront, une organisation du travail qui fait peser sur les travailleurs de la construction une pression de plus en plus insupportable et une insécurité grandissante?

Des enseignements à tirer des erreurs et des errances face à l’épidémie, lesquels seront réellement tirés? La centralisation du processus de décision pendant le temps de la lutte contre la propagation du virus s’effacera- t-elle une fois cette propagation stoppée? Et la généralisation de l’«école numérique» pour cause de confinement des élèves à la maison va- t-elle se poursuivre sans attention à la «fracture numérique» entre les familles disposant de tout l’équipement nécessaire et celles qui n’en disposent pas?

Enfin, l’Europe incapable d’une réponse commune face à une pandémie comme elle l’est pour l’accueil des migrants, en sera-t- elle désormais capable? Du moins son incapacité présente à imposer une telle réponse à ses Etats membres renvoie-t-elle à l’insignifiance ou au complotisme la dénonciation paranoïaque de sa «tutelle sur les nations et les peuples»…

De ce mal, le COVID, peut-il naître un bien? Ce qui nous tient lieu de pessimisme de la raison nous fait douter que «lorsque tout sera fini, le monde ne sera plus ce qu’il était» fondamentalement… La peste noire a-t-elle eu raison du féodalisme, ou la grippe espagnole du militarisme?

Tags: , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.