Conseil de l’Inspection fédérale du nucléaire, retour sur une démission très peu médiatisée


PAR PHILIPPE DE ROUGEMONT

Cet été, un scandale a éclaboussé le Conseil de l’Inspection fédérale du nucléaire (IFSN). Vous n’en avez probablement pas entendu parler si vous ne nous suivez pas « sur Facebook ». Malgré nos communiqués, les médias n’en ont pratiquement pas parlé. Retour sur une nomination, une démission et l’état d’un système qui explique la lenteur de la sortie du nucléaire en Suisse.

Thermomètre du nucléaire

Tant que l’IFSN continue de proclamer que les centrales nucléaires du pays sont en bon état, le Conseil fédéral maintiendra l’autorisation d’exploitation à durée indéterminée accordée aux exploitants Alpiq et Axpo. La doctrine en place sur l’autorisation d’exploiter des centrales nucléaires repose entièrement sur l’IFSN. Cet institut est le thermomètre de sûreté des autorités fédérales. Tout repose donc sur l’impartialité et le professionnalisme de ses membres.

Révélation choquante

Depuis longtemps le mouvement antinucléaire dénonce le copinage entre les cadres de l’industrie nucléaire et les responsables de la surveillance nucléaire. Le monde des physiciens nucléaires est petit, ils proviennent des mêmes écoles, se connaissent, passent facilement d’un poste dans l’industrie à l’IFSN. Les soupçons d’indulgence de l’IFSN sont fréquemment évoqués par les critiques du nucléaire. Mi-juin 2020, ces critiques ont pris un nouveau tour. Cette fois la dénonciation est venue d’un journaliste d’investigation primé par sa profession, Kurt Marti. Son enquête, publiée par Infosperber, révèle que Martin Zimmermann, le président du Conseil de l’IFSN, était membre actif du lobby Forum nucléaire, et qu’il réclamait de nouvelles centrales. Ce lobby prône l’inverse de la politique fédérale (Stratégie énergétique 2050).

Pressions accrues

À partir de là, plusieurs initiatives ont été prises pour alerter l’opinion publique et faire pression sur les autorités fédérales. Notre association a diffusé deux communiqués de presse, a fait réaliser une caricature libre de droits pour être reproduite (voir plus haut), a alerté les associations partenaires et les alliés au Parlement fédéral. Les médias ont malheureusement très peu relié l’information, à part Le Courrier et Radio Cité (Genève). L’association des Médecins en faveur de l’environnement a aussi publié un communiqué de presse, et le conseiller national Christophe Clivaz (VS) a déposé une interpellation. Nous avons appris la réaction de colère de la part de Mme Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale en charge de l’énergie en apprenant la tromperie menant à cette nomination. Fin juin, Martin Zimmermann annonçait enfin sa démission.

Au-delà de ce cas

Martin Zimmermann n’avait pas informé le Conseil fédéral de son rôle actif auprès du Forum nucléaire pendant l’examen de sa candidature. Il est ainsi apparu, à tort, comme étant une personnalité impartiale. Sa dissimulation constitue une infraction grave à l’ordonnance OLOGA sur les nominations du Conseil. Au-delà de ce cas, plusieurs questions restent ouvertes : qu’en est-il des autres membres du Conseil ? Quel crédit accorder aux récents avis favorables rendus par l’IFSN, notamment sur la sûreté de la vétuste centrale de Beznau et sur l’accroissement scandaleux du seuil maximum de radiation tolérée en cas de catastrophe nucléaire ? Sortir du nucléaire poursuit sa campagne pour l’impartialité de l’IFSN.

L’auteur est président de l’association Sortir du nucléaire et conseiller municipal à Genève.

Article paru dans “Sortir du nucléaire”, octobre-novembre 2020, No 124

Tags: , , , , , , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.