Dîner clandestin à BFM TV, le Canard en fait tout un plat!


Il dispose d’un réseau d’informateurs hors pair. Le mercredi, il n’est de bon bec que le Canard enchaîné : le tout Paris des journalistes et des mordus de l’ironie attendent les révélations de cet hebdo (environ 322.000 exemplaires, diffusion payée) dont les prises de bec peuvent faire très mal. En quelques lignes, des infos se révèlent bombastiques. Parmi les cibles préférées de l’obstiné palmipède : BFM TV, l’un des médias les plus enchaînés au pouvoir macronien. Patrick Drahi, le patron d’Altice, tentaculaire conglomérat, dont l’un des joyaux est BFM, se trouve souvent dans le collimateur du Canard. Or, l’hebdo satirique a fait ses choux gras d’un insolite repas, fin février, dans un resto clandestin plus ou moins utilisé comme cantine par les employés des société sous la férule d’Altice. Une vingtaine de collaborateurs de la première chaîne d’infos continue en France s’étaient réunies dans ce resto pour « faire la bamboche », selon le Canard. Agglutinés les uns aux autres, ils avaient oublié les gestes barrières dont la chaîne se fait un devoir de rappeler l’incontournable usage tout au long de ses émissions. Aucun masque, de surcroît !

Mettant les pieds dans le plat, «une belle brochette de poulets ont canardé ces heureux convives, parmi lesquels des journalistes, des consultants santé, « des cadors de l’Assistance publique de Paris et un gradé de la brigade des sapeurs pompiers ». Chacune de ces fines fourchettes a dû acquitter une amende de 138 euros. Marc-Olivier Fogiel, très en vue dans le gratin médiatique, a démenti ces informations en sa qualité de directeur général de BFM TV.

Mais trop tard… les cancans du Canard enchaîné se sont répandus comme une traînée de poudre dans toute la presse régionale. Les langues commencent à se délier. Civitas, un micro parti politique constitué de catholiques « purs et durs » est monté au créneau, par le biais d’un communiqué numérique : « Le cas signalé par le Canard enchaîné est bien plus significatif. Ce n’est plus simplement un privilège que s’accordent des fonctionnaires du régime, de façon très proche de ce qui se passait autrefois en Union Soviétique. C’est vraiment la démonstration que les gens qui se succèdent à la télévision pour nous effrayer ne croient pas aux histoires qu’ils nous racontent. »

Bien dit, effectivement !

On ne badine pas avec les forces de l’ordre quand il s’agit d’atteinte aux mesures d’exception sanitaire. Les policiers multiplient les opérations coups de poing pour décourager ceux qui trichent en ce qui concerne notamment le couvre-feu. Depuis quatre mois déjà, interdiction formelle de s’aventurer dans les villes et campagnes de tout l’Hexagone après 18 h. Récemment, un mini-scandale a éclaté : surpris par des policiers à la caisse d’un supermarché à 18 heures passées de 5 minutes, des clients ont écopé une amende. Le jeu de mot s’impose : impossible de fermer le bec… aux policiers ! Y. Le H.

Photo: ©2021 Laurette Heim

Tags: , , , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.