Tribune libre – La peste ailleurs ne justifie pas qu’on renforce le choléra chez nous


La Tribune libre de Yasmine Motarjemi du 5.4.21 inspire ce lecteur.

Dire “nos” lois est un abus trop fréquent: ce sont des lois votées par des députés parjures (par rapport à leur serment à la Constitution) et appliquées par des “juges” qui s’y soumettent sans commentaires critiques. En effet seule une infime partie de ces lois ne bafoue pas les droits fondamentaux, en violation crasse de l’article 36, al. 4 Cst féd.

La censure effective et ou masquée relevée par votre correspondante est parfaitement explicable: les juges suisses achètent leur fonction pour se faire élire en s’engageant à verser des “contributions” aux partis qui les ont présentés pour élection.

Le corps des avocats tremble devant les ukases du Tribunal cantonal (TC) composé des juges susnommés et, dans le cas vaudois, surveillés par une “Chambre des avocats” composée d’avocats nommés par le TC  (ce qui veut tout dire) et présidée par un des juges sus-indiqués.

Cela s’explique-t-il par 3 siècles d’à-plat-ventrisme devant Leurs Excellences de Berne? Tout se passe comme si celles-ci avaient accumulé l’acceptation des pires injustices dans l’ADN de gens qui chantent “l’amour des lois”. Mais est-ce une excuse?

Je n’ai encore, malgré plusieurs perches tendues, trouvé aucun avocat vaudois d’accord de débattre publiquement avec moi et de bonne foi (en application des articles constitutionnel qui imposent cette bonne foi) sur les exactions favorisées par des lois scélérates, et notamment de procédure et de favorisation de l’opacité (par exemple secret de fonction et collégialité)  votées par des parjures et silence des partis sur la source de leurs revenus). Et la Loi-Gestapo  (dite anti-terroriste, du 25.8.2020) mise sur pied par l’appareil d’Etat actuel appuyée par une majorité nostalgique des méthodes du 3ème Reich et sur laquelle on va voter en juin est une confirmation de la décomposition avancée de l’appareil d’Etat.

Quand en plus on constate que des représentants de seulement environ 20% du peuple occupent le 100% des pouvoirs, on voit quelle est la valeur démocratique, au sens plein du terme, de notre système politique plouto-phobocratique.

Certes on me dira allez voir à Moscou ou Pékin si c’est mieux. Je répondrai que la peste ailleurs ne justifie pas qu’on renforce le choléra chez nous.

Mais si l’on en est réduit à ce type de comparaison, on donne la preuve de la déliquescence de l’appareil de cet État visqueux fort bien caractérisé par cet adjectif donné par un excellent commentateur dans un journal du dimanche matin de Pâques récentes… 

Quant au “professeur” “expert” en droit mentionné qui, manifestement, déshonore son titre, n’en a t-il pas été bombardé par une coterie calfeutrée dans l’opacité de l’inconstitutionnel “secret de fonction” et qui bénéficie de la couverture de l’ignoble “collégialité. Faut-il donc s’étonner du manque d’esprit scientifique, éthique et critique de ce “professeur”?

Le pessimisme de Madame Motarjemi est donc parfaitement compréhensible en l’état (c’est le cas de le dire avec une majuscule aussi).

Ce qui l’est moins, c’est l’obstination de fermer les yeux sur les conséquences catastrophiques pour la population de ces institutions dévoyées par le parjures et la couardise et à refuser la moindre discussion ouverte et publique sur des propositions de réforme qui existent et dont Infoméduse s’est fait l’écho.

Et pour faire bonne mesure, quelques vers qui feront réfléchir (on peut toujours rêver) les gens qui seront tentés de voir des insultes dans une description simplement réaliste des effets de la confiscation du pouvoir étatique… (voir la représentativité décrite ci-avant):

Se prétendre insulté quand on est au pouvoir
Démontre que l’on est incapable de voir
Ce qui dans notre action a suscité le mot
Dont l’émission qui choque évoque bien les maux
Que l’on veut dérober aux yeux de sa conscience
Pour peu qu’on en ait une.
Et alors la science
Régissant l’harmonie indique qu’à la porte
Il faut mettre le «chef» qui s’est rendu cloporte… 

Lueur d’espoir: il existe encore quelques journalistes honnêtes hors de l’intoxsphère des media “mainstream” (en français “aux ordres”) et des porte-parole officiels de l’appareil d’Etat.

Pierre Santschi, ancien député au Grand Conseil Vaudois, Lausanne

Photo © 2021 Laurette Heim

Tags: , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.