L’ami de la maison


PAR CHRISTIAN CAMPICHE

«Le Blick numérique persiste à placer dans le même panier d’opprobre les «coronasceptiques» et les anti-passe, alors que ces deux entités humaines ne s’identifient pas forcément sous la forme d’un copier-coller», écrivions-nous dans ces mêmes colonnes le 21 octobre 2021. Nous poursuivions: «Le journal est aussi aux premières loges quand il s’agit de stigmatiser sans recul la population réfractaire au vaccin. Les récalcitrants ne sont que des inconscients irresponsables contre lesquels il faut utiliser le «gourdin» (sic). Le fer de lance du groupe Ringier n’oublie jamais que son PDG et le ministre de la Santé Berset sont les meilleurs amis du monde et ne perdent pas une occasion de fraterniser en discréditant les contestataires avec des pièges à deux sous».

Jusqu’ici, ce genre d’opinion n’avait pas droit de cité dans les médias, infoméduse faisait cavalier seul. La roue est-elle en train de tourner? Dans son édition du 31 décembre 2021, le « Nebelspalter » semble tomber de haut. «Le PDG de Ringier Marc Walder a contraint toutes les rédactions des médias Ringier à travers le monde à suivre le discours gouvernemental», titre cet important satirique alémanique. Et de démonter le petit jeu de copinage entre le grand groupe de presse et l’Etat au sujet du Covid: «comme le montre une vidéo secrète, les médias Ringier, et surtout le groupe Blick, sont le porte-voix de l’État en matière de politique corona officielle».

C’est le 3 février 2021, dans le cadre d’un «Inspirational Talk» organisé par la Swiss Management Society que Mark Walder a tenu ses propos liberticides. S’empressant d’ajouter, comme s’il avait réalisé tout à coup qu’il avait été trop loin: «gardez tout ceci pour vous!». Manifestement, il n’a pas été entendu. En profanant le voeu pieux, Philipp Gut, le journaliste du «Nebelspalter», fait d’abord son mea culpa. Au départ sa position était parfaitement gouvernementale, en rien il ne remettait en question la ligne vaccinale. Aujourd’hui, sa vision est diamétralement opposée. Gut affiche son indignation: «En tant que journaliste, mais aussi en tant que citoyen d’un État démocratique avec son public médiatique critique, j’ai froid dans le dos en entendant ces phrases. Une telle complicité sans vergogne entre le pouvoir étatique et médiatique n’est connue que dans les régimes autoritaires, pour le dire avec prudence. Nous sommes stupéfaits de constater que le groupe médiatique traditionnel Ringier se défait de son autorité indépendante et critique et qu’au lieu du journalisme, il pratique des relations publiques avouées pour le gouvernement, surtout pour le conseiller fédéral socialiste Berset, qui a acquis depuis longtemps le statut d’un ami de la maison Ringier».

Le PDG de Ringier a juste un mérite: il a dit tout haut ce que beaucoup de ses homologues ont tenu caché. Passons sur le service public dont la vocation est d’amplifier la voix de son maître. Par contre comment expliquer l’absence de limites dont a pu bénéficier le rouleau compresseur doctrinal dans la presse écrite où il n’est pas de jour sans que l’on pointe un doigt accusateur sur les non-vaccinés? Un constat qui vaut pour l’ensemble des médias occidentaux, soit dit en passant. Ne donner qu’un seul son de cloche est malhonnête. La dérive est patente en Italie où les journaux à grand tirage publient tous les jours à la une des cas de personnes «coupables» d’être mortes du Covid parce qu’elles ont refusé l’injection. Il ne viendrait jamais à l’idée de ces titres de mettre en exergue l’exemple contraire, à savoir les citoyens gravement malades en dépit d’avoir été vaccinés. Ils ne sont pas rares pourtant dans la péninsule où, pour ne citer que des prélats exquis, plus de dix cardinaux ou évêques ont suivi un peu trop à la lettre la parole du pape. Pour François, la vaccination, obligatoire au Vatican, ne représente rien moins qu’«un acte d’amour».

Tags: , , , , , , ,

4 Responses to “L’ami de la maison”

  1. Martin de Waziers 3 janvier 2022 at 07:26 #

    Hormis le danger des fake news qui deviennent virales, heureusement qu’il nous reste les réseaux sociaux (pas seuls ceux du web) pour partager chacun sa vérité et être respecté ! Comme le disait une image humoristique montrant un homme éteignant sa télé : pour vous sentir bien ! Et puis, il y a les media indépendants, merci Christian Campiche, gardez le cap…

  2. Goldinger 3 janvier 2022 at 09:33 #

    Merci Monsieur Campiche. Je suis encore abonné à 24 heures jusqu’à février; mais je ne renouvellerai plus cet abonnement; une raison c’est ce que vous révélez en haut et la deuxième c’est la dépendance, même la servilité – comme la plupart des journaux de la Suisse et notre gouvernement – envers les Etats-Unis. Heureusement j’ai reçu il y a peu l’adresse de la Méduse du rédacteur en chef de l’Infosperber.

  3. Pierre Santschi 3 janvier 2022 at 11:57 #

    A vrai dire, vu le nombre d’infjectés par les soi-disant vaccins anti-Covid qui rechutent dans le virus, force est de constater qu’ IL N’Y A AUCUN VACCINÉ en Suisse, hors éventuel effet placebo: les vrais vaccins testés scientifiquement et hors contrôle de leurs fabricants n’existent (s’ils existent) que hyper-marginalement pour le Covid. La faute notamment aux brevets soutenus par la partie malsaine, hélas majoritaire. de l’appareil d’État et des caciques des partis gouvernementaux.
    En fait, la galaxie sanitariste péri-Berset (dont la presse aux ordres) démontre par ses comportements que ce n’est pas le Covid qui est l’ennemi, mais très exactement l’immunité naturelle.
    Comme donc IL N’Y A PRATIQUEMENT AUCUN VACCINÉ en Suisse, la propagande vaccinatoire ne vise réellement qu’à semer la zizanie dans la population (diviser pour régner). Le certificat Covid dont la nocivité est sanitairement évidente de par la fausse sécurité qu’il sanctifie, est un indice plus que parlant de cette gigantesque arnaque qui instrumentalise les malades du Covid et leurs souffrances pour conforter le pouvoir de l’incompétence et de la cupidité.
    Conscience?

  4. Christian Campiche 4 janvier 2022 at 11:41 #

    Lire également l’article d’Amèle Debey dans L’Impertinent:

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.