En hommage à Pierre Rabhi (1938-2021)


PAR MARTIN DE WAZIERS

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !  » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

S’il y en a un qui a fait sa part, c’est bien Pierre Rabhi qui, toujours modestement, a su semer nombre graines d’espoirs dans des domaines divers : citoyenneté, humanisme, écologie… Alors qu’il avait échappé à la misère de son bled algérien, grâce à un couple de français à qui il a été confié par son père. Ils l’ont ramené dans leurs bagages, en France. C’est une joie de voir la transformation de cet homme qui n’a jamais cessé de progresser.

Imaginez ce petit musulman quittant son pays, l’Algérie, pour se plonger dans ce qu’était, à l’époque une terre d’opportunités… Il va pouvoir s’instruire, travailler, mais aussi se convertir au catholicisme. Très rapidement, l’intuition partagée avec sa jeune femme fera qu’il quittera Paris et ira s’installer sur quelques hectares en Ardèche : il voulait prouver l’autosuffisance et n’a pas fait mieux que d’avoir cinq enfants qu’il a éduqués et qui, après, ont très bien réussi.

Toujours souriant et optimiste, il partageait cette conviction que seul l’amour peut changer le cours des choses et de l’histoire. C’est dans la deuxième partie de sa vie qu’il a commencé à poser des jalons sérieux et qu’il se fera doucement connaître : mouvement citoyen, terre et humanisme, oasis au travers le monde, et, plus récemment, le mouvement colibris. Il n’aura jamais arrêté de prôner le respect de soi, de l’autre et de l’alentour avec sobriété naturelle.

Un paysan attaché à sa terre, son habit restera uniforme tout au long de sa vie ! Philosophe à ses heures, il est un écrivain de renom et ses nombreux ouvrages ont laissé des gravures éternelles dans le roc, tel la Sobriété Heureuse où il prône le retour à la sagesse, plutôt que le Great Reset de Davos… Mais le plus important message que l’on perçoit dans le filigrane de tous ses écrits, c’est la solidarité nécessaire à un monde en déshérence individualiste.

Il aimait citer le problème principal de l’homme qui est de savoir s’il y a une vie avant la mort. Il faut sortir du mythe de la croissance indéfinie qui épuise toutes les ressources de la terre nourricière, Gaïa ! Il a osé poser des principes fondamentaux et remarquables dans la charte qui l’honore et qu’il a suivi tout au long de sa vie (voir son site). Agroécologie, humanisme et solidarité en sont les piliers : l’homme en est-il alors capable ?

Il a appelé à une vraie insurrection des consciences et une régénération spirituelle, comme l’avait fait Carl Gustav Jung quelques décennies auparavant. Cela demande un engouement sociétal mais commence par un travail individuel qu’il a lui-même développé avec un certain nombre de mentors tel le Dr Pierre Richard pour un retour à la terre, Gustave Thibon pour la quête spirituelle, Rudolph Steiner pour la biodynamique et la pédagogie. Une belle œuvre !

Il n’aura pas fait que des émules et nombre ont essayé de l’écraser car il gênait les jaloux de sa simplicité, de sa sincérité et de son aura. Oui, il aura prôné l’hétérosexualité au but de la procréation mais il n’aura jamais été homophobe. Non content de cette accusation relayée à tout va, il se sera vu affubler d’une image de misogyne alors qu’il ne voulait qu’encourager la complémentarité homme/femme. Sagesse ancestrale mais respect des libertés de chacun !

Si je ne t’ai pas côtoyé assez, cher Pierre, notre rencontre d’un soir m’aura marqué à jamais. Tu étais un être exceptionnel. Ta capacité à bouger les lignes de la vie, remettre l’église au milieu du village, t’engager sur ta voie plutôt qu’être mouton de Panurge, tout a contribué à faire de toi un influenceur et pas de ceux qui vendent du consumérisme. Merci d’avoir choisi de venir nous éclairer sur notre chemin d’humanité… Tu resteras dans mon cœur à jamais ! ©Martin de Waziers

Pierre Rabhi,
Photo Wikipedia/DR

Tags: , , , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.