Tribune libre – Pourquoi le secret bancaire a un rapport avec les futurs avions de combat


Le site rfi.fr a publié, le 20 septembre dernier, un débat intitulé « La France peut-elle encore compter sur les États-Unis ? ». L’Amiral Alain Coldefy y fait le lien entre la Suisse, le secret bancaire et le choix du F35 imposé par les USA.

Comment le secret bancaire suisse peut-il avoir un rapport avec les futurs avions de combat ? Quatre raisons permettent à la finance de détruire le processus démocratique de renouvellement des avions de combat.

La première raison est le caractère paradoxal du F35A et les communications polarisées qui en résultent. Le plus grand programme d’armement au monde, dont l’avion est protagoniste, s’avère une véritable catastrophe industrielle, cumulant des retards, des surcoûts, des performances médiocres et des défaillances techniques. Mais ce gros chasseur pataud est développé par la plus grande entreprise d’armement au monde, dans le pays néo-capitaliste le plus puissant qui soit. Ce dernier utilise toutes ses capacités d’influence économique, commerciale et diplomatique pour imposer son F35A dans de nombreux pays.

Donc deux genres de discours. L’un prétendant que c’est un super avion de combat invisible au radar, équipé de plein de capteurs que n’ont pas les autres chasseurs. L’autre discours révélant les performances médiocres du F35A et tous ses problèmes techniques, ainsi que les projets de réorientation du budget du F35A par le Pentagone, pour acheter soit des F-16E/F, la version moderne d’un excellent avion de combat développé au début des années septante, soit des avions de 6ème génération NGAD, Next Generation Air Dominance, dont un démonstrateur, publiquement non présenté, a commencé ses essais en vols en 2021.

La seconde raison est l’omerta qui règne encore aujourd’hui dans le soutien, par les banques suisses, à l’évasion fiscale internationale.

La troisième raison est l’influence politique que peut avoir une superpuissance économique comme les États-Unis, notamment par le biais de pressions diplomatiques et financières, avec la complicité du SRC, de Crypto et de la NSA. Des enjeux politiques antidémocratiques que les médias et les politiciens se gardent bien de révéler au grand jour. Oui, c’est bien de la politique à deux vitesses.

La quatrième raison concerne l’hypnose collective induite par cette politique à deux vitesses. Cet obscurantisme social est le résultat de tous les mensonges communiqués par les médias et les politiciens. Permettant ainsi aux gardiens de la finance et de l’armée de jouer de la démocratie et de forcer le Conseil fédéral, mais surtout le peuple, à devoir assumer une armée qui abuse de la confiance de ses citoyens.

Cela revient à dire qu’en vertu d’intérêts financiers illégaux, des membres du Gouvernement des États-Unis et du Conseil fédéral Suisse ont conclu un accord soi-disant secret. Ce faisant ils prennent le risque de mentir aux élus et au peuple suisse au sujet des évaluations des futurs avions de combat et du choix du F35.

Bertil Rouiller, expert indépendant en aéronautique, La Chaux-de-Fonds

Le plus grave accident ayant touché un avion de type F-35C depuis qu’il est en service s’est déroulé le 24 janvier 2022 en Mer de Chine. Un chasseur a raté son appontage sur le pont de l’USS Carl Vinson. 


Tags: , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.