Par le petit bout de la lorgnette – Ma visite à la «Villa Bonaparte» de Rome, Jacques Chirac … comme une bête! 


PAR SANTO CAPPON

Rome, Villa Paolina Bonaparte. Cette riche demeure avait appartenu au Cardinal Valenti, avant d’être rachetée par Pauline Bonaparte, sœur de Napoléon. En épousant Camille Borghese et ce faisant, elle ne fit qu’augmenter le patrimoine immobilier de cette riche famille romaine. 

– Pourquoi ne pas la nommer désormais villa Bonaparte ? avait suggéré Pauline.

Mère Letizia (maman de Napoléon et de toute la fratrie) s’opposant à une telle appellation, c’est « Villa Paolina » qui, à cette époque-là, décrocha le pompon.

Voulant pérenniser l’empreinte de ses propres désirs, Pauline fit mettre en scène au rez-de-chaussée une salle de style égyptien, dévoilant les paysages du Nil et de ses temples. Allusion faite aux conquêtes de son frère.

Cette maison de prestige est aujourd’hui le siège de l’Ambassade de France près le Saint-Siège  (Vatican). Le jardin et son parterre à l’anglaise sont toujours aussi superbes. Quant au parc que les murs de l’empereur Aurélien entourent, ils sont toujours aussi majestueux.

Souvenir,souvenir : descendante directe de Caroline Bonaparte (sœur de Pauline) et de son époux Joachim Murat, l’actuelle Princesse Caroline Murat est invitée à prendre le thé à l’Ambassade. Sa deuxième peau étant celle d’une pianiste virtuose ayant pour nom d’artiste Caroline Haffner (nom de sa mère), la belle Princesse a l’intention de  donner pour la seconde fois un récital à la Villa Paolina. Sa première prestation fut un succès, au point de taper carrément dans l’œil d’un sémillant cardinal. D’une manière générale, la Curie s’en trouva bien émoustillée.

M’ayant proposé de l’accompagner, Caroline me présente à l’épouse de l’Ambassadeur qui a dû s’absenter. Après avoir fait tinter au salon les petites cuillères dans leurs tasses, nous sommes conviés par la maîtresse de maison à visiter de fond en comble ce lieu chargé d’histoire :

– Je vais vous montrer maintenant le lit fabriqué sur mesure pour un certain « grand homme », au propre comme au figuré : le Général de Gaulle, lorsqu’il était venu à Rome pour rendre visite au pape Jean XXIII.

Comme on peut l’imaginer : sur sa longueur, l’auguste couchage allait devoir mesurer plus de 2m50.

– Cette chambre à coucher est en principe celle que nous réservons aux Présidents de la République ou à leurs ministres. Jacques Chirac, entre autre, y a passé la nuit. Bernadette, quant à elle, s’est vu attribuer la pièce d’à côté.

A noter que curieusement, les toilettes sont minuscules.

– Le Général avait-t-il pu s’en accommoder ?

– Difficilement, semble-t-il, mais tout grand soldat doit aussi pouvoir s’accommoder d’un confort spartiate. 

Puis, le visage de l’Ambassadrice s’éclaire d’une lueur badine :

– Voulez-vous que je vous en raconte une bonne ? Eh bien figurez-vous qu’au matin de sa dernière visite, je suis allée voir Jacques Chirac pour m’assurer de la qualité souhaitée de son séjour en nos murs. 

– Avez-vous bien dormi, Monsieur le Président ? lui ai-je demandé.

– Pour ne rien vous cacher, Madame, j’ai dormi comme une bête !

La Villa Bonaparte. Photo DR

Tags: , , , , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.