L’avenir d’Emosson est en jeu? Ah bon?


PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Il est des médias qui prennent la peine de réfléchir et d’argumenter. « Le Monde Diplomatique » est de ceux-là. Mais prendre connaissance de ses longs articles prend du temps, il arrive que l’on remette la lecture à plus tard. Aux calendes, parfois. C’est ainsi que j’ai exhumé ce matin d’une étagère un exemplaire datant de février 2021. A la Une, ce titre: «Qui veut la mort d’EDF?». Les auteurs, une ingénieure, un journaliste, tirent la sonnette d’alarme. Ils s’inquiètent du silence entourant le démantèlement de l’établissement public transformé en SA en 2004 et introduit en Bourse en 2005.

Une année et demie plus tard, qu’en est-il de la privatisation d’EDF? L’opacité est-elle dissipée? Pas du tout! Propriétaire historique du premier producteur d’électricité d’Europe, le deuxième au monde (!) l’Etat français affirme vouloir rester plus que jamais aux commandes. Mais Paris maintient le grand flou sur les négociations menées avec Bruxelles. Au menu: la scission d’EDF. Avec, d’un côté, l’élément intransmissible: le stratégique pôle nucléaire. Et de l’autre, l’hydroélectricité. Offerte à l’encan? Sur ce dernier point, rien ne filtre. Les médias sont muets.

En soi la question n’intéresserait personne en Suisse, si le groupe EDF ne détenait pas la moitié du capital du barrage d’Emosson, en Valais. La possibilité que cette réserve d’eau, la plus importante de Suisse après la Grande-Dixence, change de propriétaire, l’éventualité qu’elle puisse devenir saoudienne ou chinoise ne semble émouvoir personne, surtout pas la presse locale qui consacre de belles colonnes à vanter les vertus touristiques du site mais ne dit pas un mot de l’enjeu stratégique. Quant au monde politique, il y a longtemps qu’il a abdiqué, camouflant son apathie (incompétence?) derrière les masques de l’incommunicabilité, un réflexe que la grande farce sanitaire n’a fait qu’amplifier.

Tags: , , , , ,

5 Responses to “L’avenir d’Emosson est en jeu? Ah bon?”

  1. Geneviève Delaunay 9 juin 2022 at 13:25 #

    Très pertinent et documenté votre article ci-dessus « L’avenir d’Emosson est en jeu ? Ah bon ? » Merci de nous ouvrir les yeux et les oreilles et de nous réveiller à une réalité passée inaperçue, en tous cas pour moi.

  2. Edgar Bloch 9 juin 2022 at 18:18 #

    Pour info, le quotidien Les Echos annonce aujourd’hui que la nationalisation d’EDF est une priorité du gouvernement français qui aurait de nombreux avantages. La guerre en Ukraine entraîne des besoins pressants en énergie. Donc ce serait la France qui deviendrait indirectement un des deux actionnaires de référence d’Emosson. Attendons la fin des élections législatives.

  3. Christian Lecerf 10 juin 2022 at 11:28 #

    En outre, le droit européen de la concurrence permet de limiter les appels d’offres aux seuls investisseurs européens. Donc a priori, pas de crainte de voir venir les méchants chinois ou américains…

    • Christian Campiche 10 juin 2022 at 13:43 #

      On aimerait l’entendre dire en Suisse!

    • Pierre Santschi 15 juin 2022 at 10:08 #

      Le « droit », ou plus exactement des textes pondus et appliqués dans la plus complète mauvaise foi par des juristes et/ou politiciens aux ordres de la finance ne sert quasiment que de masque à l’arbitraire des appareils d’État de la planète… Alors attendre du « droit européen de la concurrence » quelque chose d’équitable et au service de la collectivité (et non de ses exploiteurs), c’est attendre que l’appareil d’État s’attaque à la main qui lui assure ses prébendes…

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.