L’Amicale des vétérans de Matran ou le football érigé en philosophie de vie


PAR PIERRE ROTTET

Match revanche, l’autre soir à Matran, sur le stade du lieu. Rencontre internationale entre l’amicale des vétérans de Matran et l’équipe des Érythréens de la région de Fribourg et de Berne.

Autour du terrain, il n’y avait pas la foule pour assister à cette partie de foot. Il n’y avait même personne, hormis les remplaçants des deux équipes. Et les cuisiniers de service, entre le mijotement de l’une ou l’autre casserole en vue de la 3ème mi-temps. Il est vrai que le foot élevé en rencontre amicale pour ne pas dire fraternelle peut se passer des hordes de supporters fanatiques. Des imbéciles sur lesquels peuvent compter les dirigeants du foot mondial pour remplir les caisses de la corruption et des salaires  de la honte. Le score de la rencontre? Une minute après le coup de sifflet final, plus personne n’y songeait. 

Il faut dire que l’Amicale des vétérans de Matran n’a sans doute pas son pareil pour mettre sur pied ce genre de rencontre. A Matran et même dans le reste du monde. Pas son pareil non plus dans le canton de Fribourg. Et peut-être même en Suisse! D’où le coup de projecteur sur cette amicale, bien trop vivante et séduisante pour susciter la curiosité des confrères journalistes.   

Ses multiples facettes dans ses activités en font un exemple. Il est vrai que l’Amicale a plusieurs cordes à son arc: le sport avec le foot, bien entendu, une vie sociale, de l’imagination pour rendre attractif son idéal de société accessible à tous, des voyages avec ce qu’ils impliquent de découvertes.

Le tout teinté d’une empreinte où le social et la solidarité ne sont jamais oubliés! Les ADN du club.

Fondée en 1976, l’Amicale des vétérans de Matran joue depuis lors un rôle central dans la vie du village éponyme. Sous bien des aspects. Forte de quelque 80 membres, femmes et hommes, sans compter ses sympathisants et sympathisantes de longues dates, elle a fait de ses nombreuses activités les mamelles de sa raison d’être. Animée en cela par un comité actif, désigné ou renouvelé démocratiquement lors des assemblées annuelles.

Bon an mal an, entre 6 et 8 rencontres de football sont organisées entre le printemps et l’automne, avec les troisièmes mi-temps parmi les plus connues du canton, qui rassemblent à chaque fois entre 35 et 40 personnes autour d’un repas concocté par l’équipe de cuisine. 35 à 40 personnes? Soit une partie de l’Amicale des vétérans et leurs adversaires d’un soir, pour des joutes réunissant les footballeurs, des équipes de pétanque et des joueurs et joueuses de cartes.

Pétanque, cartes et foot composent en effet cette trilogie de jeux qui sont une partie de la spécificité de l’Amicale lorsqu’elle reçoit les équipes adverses appelées à en découdre sur un terrain de foot pour les uns, dans un cadre ensablé pour lancer le cochonnet pour d’autres, autour d’un tapis de cartes pour les plus « planqués ».

Ici, on ne cherche pas la performance. La victoire avec le sourire jamais triomphant, la défaite jamais amère. La compétition, les acteurs de ces jeux l’ont laissée derrière eux depuis bien longtemps. Voire depuis très longtemps pour les uns; encore dans un souvenir plus ou moins proche pour d’autres. Ici, le dénominateur commun a pour nom convivialité et amitié. Le bonheur d’encore s’adonner au loisir qu’on aime. Et de le partager!

Mais c’est bien le foot qui occupe une grande partie de la raison d’être de l’Amicale. Le foot. Le jeu pour le jeu. Le plaisir de pouvoir courir après un ballon sur un terrain, le souffle encore très tenace pour les plus « jeunes » histoire de compenser celui des autres, plus court voire très court des plus « vieux ». Un amalgame d’éléments, de joueurs dont la moyenne d’âge se situe à plus de 50 ans. Une aubaine pour les septantenaires et plus qui foisonnent dans l’équipe, que de se retrouver avec leurs cadets de quelques années de moins chaque mardi lors des entraînements hebdomadaires. Sur une portion de terrain indigne pour eux. C’est-à-dire pour les quinze à dix-huit fidèles aux rendez-vous des mardis.

Au rendez-vous des amis

Amalgame gagnant que cet improbable ensemble, entre les anciens de demain lassés des compétitions et des résultats à tout prix, et les toujours présents nullement ou si peu marqués par les ans, qui s’adonnent crampons aux pieds aux plaisirs du ballon, du beau geste sempiternellement présent, avec ce qu’il faut d’enthousiasme pour retarder longtemps encore de raccrocher leurs souliers aux clous de l’oubli. Ils le seraient depuis longtemps sans doute ailleurs dans un club de vétérans attachés aux résultats, à la « perf ». Au classement! Et, surtout, dans lequel ils ne seraient que « bouche-trou ». Le je préféré à la confrontation. Une philosophie de vie? Une philosophie cultivée sur le terrain!

Reste que le foot n’est pas l’unique pierre angulaire de l’amicale, aux activités multiples. L’une d’entre-elles englobe en effet le social sous l’angle de la solidarité.

A l’exclusion des deux dernières années, crise sanitaire oblige, chaque an depuis sa création, l’Amicale des vétérans de Matran donne rendez-vous fin mai aux aînés de la commune de Matran. Objectif, une balade à travers le pays fribourgeois ou proche, alternativement en montagne ou à proximité d’un lac. Mobilisés dès 13 heures, le samedi retenu pour l’excursion, les membres de l’amicale embarquent ainsi dans leurs voitures les aînés du village préalablement inscrits, entre 50 et 60 généralement. La visite d’un lieu digne d’intérêt ainsi qu’une collation dans un restaurant composent généralement le menu de ces sorties. Qui s’achèvent en soirée par un repas servi à la salle communale de Matran, mitonnée par l’équipe de cuisine de l’Amicale. Une journée prise financièrement en charge par l’Amicale, largement attendue d’année en année par les participants, qui en font le plus souvent un événement. Très attendu!

Autre enrichissement proposé à l’Amicale, et non des moindres… En 2011, l’Amicale des vétérans, grâce à un comité ad hoc, ajoutait une nouvelle aventure à ses activités en organisant un premier grand voyage. C’est ainsi qu’en avril 2011, 24 membres de l’Amicale des vétérans de Matran, femmes et hommes, se retrouvaient le samedi 16 avril au Club suisse de Lima, pour une rencontre amicale entre une représentation de la colonie suisse au Pérou et l’équipe de foot de Matran. Après un périple de quelques 20 heures la veille… une défaite et une réception mémorables… et deux semaines à visiter le Pérou, deux rencontres de foot et un séjour à jamais ancré dans la mémoire des participants.

Depuis, d’autres aventures ont à chaque fois rassemblé entre 18 et 25 personnes: Arles, dans le sud de la France, la Sicile, Paris, Lisbonne, le Kosovo, les îles éoliennes les Pouilles et Naples, l’Est de la France, l’Inde… Cerise sur le gâteau, à chaque fois avec une rencontre ou un tournoi de foot à la clé… hormis dans la fournaise de Inde. Le coronavirus ayant eu raison du voyage prévu en Afrique du sud.

Des voyages, dit en passant, sans participation financière de la caisse de l’Amicale, dotés d’un leitmotiv et d’une alchimie toujours séduisante: la découverte, avec ses immuables rendez-vous que sont la culture, les visites impérieuses parmi les plus fascinantes, la rencontre « de l’autre », la détente, la gastronomie locale. Et donc le sport. Le foot!

L’argent? L’Amicale des vétérans de Matran n’échappe pas aux réalités du financement de ses activités. Les cotisations des membres, plus que modestes par ailleurs, ainsi que l’organisation de 2 matches aux cartes individuels, en hiver et en automne y pourvoient tout au long de l’année. Le bénévolat fait le reste…

Tags: , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.