Lettre à mon acousticien (3/6) – « Laissez-moi vous dire que vos lignes ont quelque chose de terriblement agressif »


Monsieur le Directeur,

D’où je me trouve il n’est pas aisé d’envoyer un mail ou de communiquer avec vous les Terriens. Mais j’ai demandé à ma femme bien-aimée de vous transmettre la réponse à votre lettre. Elle me garde au fond de son cœur et nous conversons régulièrement, à notre façon. Elle me connaît tellement bien! Elle saura comment s’y prendre, je lui fais confiance.

Vous admettrez qu’il n’est pas courant d’adresser une missive incroyable comme la vôtre à quelqu’un qui a désormais pris ses marques dans l’au-delà. Mais il y a un début à tout, n’est-ce pas? N’aviez-vous pas eu vent de mon départ voici dix bonnes années? Qu’avez-vous pensé en postant votre enveloppe? Qu’à l’horloge du temps rien n’est impossible, c’est vrai. Mais quand même, quelle surprise! On ne s’y attendait pas, après si longtemps…

Dans ce contexte terriblement surréaliste, j’ai choisi de remplir cette page au style un peu lapidaire pour nous éviter une quelconque gabegie qui nous mettrait l’un et l’autre dans une situation «cornélienne»: vous, de devoir placer vos articles, et moi de devoir répondre à vos sollicitations.

Je conçois qu’il est bien normal de chercher à faire l’éloge de vos magnifiques appareils et d’en tirer le meilleur profit. Mais vérifiez-vous toujours si votre client potentiel est solvable? Cela me semble essentiel pour chaque affaire commerciale. Et je vous parle en connaisseur, car j’ai autrefois travaillé dans un domaine légèrement similaire. Quand j’étais petit et que j’avais par malheur reçu un pétard dans la cour de récréation, ma maman m’emmenait tambour battant chez le dentiste. Le praticien me soignait sans condition financière, car il savait que ma famille avait toujours payé ses factures. Mais là…

D’autre part, avez-vous la moindre idée de mes besoins actuels, de mes uniques besoins? En fait, cela ne vous intéresse pas, c’est assez normal. Vous ne visez qu’un but: le vôtre. Votre esprit de fermeture n’est pas conscient de ma réalité. Je ne vous en tiens pas rigueur. Nous ne sommes pas du même monde et je m’en réjouis. Laissez-moi vous dire que vos lignes ont quelque chose de terriblement agressif. Oui j’insiste: agressif pour moi qui ne peux pas me défendre comme un simple quidam.

Oublions les terrassements passés, les jours nombreux où ma chère épouse a déjà dû remettre à l’ordre d’autres indiscrets sans vergogne de votre trempe. Reprenez votre boniment, je n’ai rien à vous offrir, et surtout, ne vous avisez pas de me refaire le même coup. Car ça, je ne le supporterais pas.

Béatrice Dufey Corbaz

©2022 Béatrice Dufey Corbaz (Café aux Lettres juin)

Mots-clés: Dentiste, solvable, gabegie, lapidaire, quelconque, fermeture, incroyable, pétard, maman, horloge, unique, terrassement.

Thème: Lettre à l’acousticien (proposé par Emilie)

Tags: , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.