« L’adulation des dirigeants au pouvoir est la racine des problèmes de la société »


Patrick Fischer, producteur de Big Boss, et Anne Bouvrot Claude, chargée de production de l’émission TTC de la RTS sont «navrés» que l’interview du président de Nestlé, Paul Bulcke, diffusée le 3 octobre 2022 «n’ait pas convenu» à Yasmine Motarjemi. Dans une lettre ouverte envoyée le 12 octobre 2022, l’ancienne directrice de la Sécurité des Aliments de Nestlé se plaint de «l’absence de faits troublants qui méritaient d’être soulevés et débattus».

Dans leur réponse adressée à Mme Motarjemi en date du 18 octobre 2022, les deux professionnels de la télévision ajoutent:

Nous avons reçu beaucoup d’échos positifs de personnes que l’on ne peut pas soupçonner d’accointances avec Nestlé.

Pour notre part, nous avons choisi de privilégier les questions d’actualité et nous n’avons pas le sentiment d’avoir été complaisants sur la Russie, les pizzas Buitoni ou la pollution au plastique.

Une bonne partie de l’émission portait sur les projets en cours car il nous semble d’intérêt public de savoir à quoi va ressembler la nourriture du futur ce qui est entrepris pour réduire l’impact environnemental des emballages.

Estimant que cette réponse «nécessitait des explications supplémentaires», Mme Motarjemi a repris la plume. Voici le contenu de la lettre qu’elle a adressée à ses deux interlocuteurs le 21 octobre 2022:

Chère Madame, Cher Monsieur,

Je vous remercie d’avoir répondu à ma lettre du 12 octobre 2022. Cela m’a conforté dans mon jugement, mon appréciation n’était donc pas erronée.

Je suis heureuse pour vous que vous soyez satisfait de votre travail. Quant à l’avis des personnes qui vous ont complimentés pour l’interview de M.Paul Bulcke, cela reflète leur niveau d’information et prouve justement que les médias n’ont pas fait leur travail d’analyse comme ils le devaient.

Je suis surprise de lire que vous ne traitez que les sujets d’actualité. Tout d’abord, parce que votre émission, par son titre même, ne donne pas une telle impression, comme on s’y attend avec les nouvelles de 19h30 ou le programme Mise au point. Dès lors qu’une émission présente le parcours professionnel d’un dirigeant d’entreprise et ses accomplissements, il serait justifié de traiter l’ensemble de ses actions, bonnes ou mauvaises.

Trouvez-vous qu’un procès qui est en cours dans le canton de Vaud et dans lequel Monsieur Paul Bulcke est défendeur, n’est pas d’actualité ? Et ceci sur un sujet lié à l’affaire toute récente des pizzas contaminées, à savoir la sécurité sanitaire des aliments ?

De plus, la nourriture du futur, y compris la question de l’emballage évoquée dans votre réponse, ne peut pas être dissociée de leurs aspects sanitaires que je dénonce. Selon le cas, les emballages peuvent contribuer positivement ou négativement à la sécurité des aliments.

Mais qu’importe ce qu’un dirigeant peut dire sur la nourriture du futur, l’environnement, où d’autres sujets cités dans ma lettre précédente dans la mesure où il ne respecte pas ses engagements. Point central de tout débat.

Tout expert vous dira que la gestion de la sécurité des aliments, est une question de culture d’entreprise, et cette question est intemporelle. La culture défaillante de cette entreprise est démontrée dans le cas du procès Nestlé, et encore une fois de plus aujourd’hui avec l’affaire des pizzas contaminées. Une telle entreprise non respectueuse de ses engagements, qui ne donne pas suite à ses alertes internes et qui harcèle ses employés, comme l’a reconnu le tribunal dans mon cas, représente un grand danger pour la société. Hier, aujourd’hui, voire à l’avenir. Les conséquences: un scandale sanitaire, la mort des enfants et les désormais nombreux malades gravement atteints dans leur santé.

A mon avis, tant que cette entreprise n’examine pas ses dysfonctionnements dans la gestion de la sécurité des aliments avec un regard critique et honnête, incluant les failles que j’avais signalées à de nombreuses reprises, ou que les autorités ne fassent pas leur travail d’enquête, l’affaire reste d’actualité.

Autre question: diriez-vous que les violations ou les actes criminels d’une personne, ou d’une entreprise, s’effacent dès que l’affaire n’est plus dans les médias et que les personnes responsables ne sont plus tenues de rendre des comptes ? Dans ce cas, les criminels de notre monde n’ont qu’à attendre que les médias se désintéressent de leur affaire.

En mai 2019, M. Alexis Favre, le modérateur du programme Infrarouge de RTS, a refusé de parler de l’affaire Nestlé et de mon expérience en tant que lanceuse d’alerte, sous le prétexte que le procès Nestlé était en cours. Maintenant, que mes allégations viennent d’être prouvées et les faits établis, vous ne les trouvez plus d’actualité ?!! Alors, quand est-ce-que les faits cités dans ma lettre précédente seraient d’actualité ?

C’est ce rôle négatif de certains médias qui s’abstiennent de révéler toute la vérité et manquent à leur travail de recherche et d’analyse, qui fait que les citoyens sont induits en erreur, et certains Big Boss bénéficient de l’impunité. Ainsi, ils peuvent poursuivre leurs méfaits dans la société, malheureusement.

Madame, Monsieur, la Radio Télévision Suisse (RTS) étant un média public, elle a le devoir primordial de servir les intérêts des citoyens et non des entreprises et des personnes privées.

C’est cette adulation des dirigeants au pouvoir, quels que soient les actes, qui est la racine des problèmes de la société et la persécution de ceux qui dévoilent la vérité, comme Julian Assange et de nombreux lanceurs d’alerte. Un fait qui me rappelle souvent la citation d’Edmund Burke : La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien.

Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de ce dialogue que je considère comme un cas d’école pour les pratiques des médias.

Veuillez recevoir, Chère Madame, Cher Monsieur, l’assurance de mes sincères salutations.

Yasmine Motarjemi

Tags: , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.